Forum - Astérix aux jeux Olympiques - Avis
Accueil
Forum : Astérix aux jeux Olympiques

Sujet : Avis


De nouvelle, le 1er février 2008 à 22:52
Note du film : 1/6

message effacé.


Répondre

De sépia, le 2 février 2008 à 00:04

J'eusse aimé lire un mot sur la "performance" (?) du Sieur Delon qui me fait grand'peine d'être sorti de sa retraite pour ces jeux là. Lui qui a répété si souvent que le cinéma était mort, qu'est il allé faire en cette galère Romaine ? Parlez nous, chère Nouvelle de cet empereur là, s'il vous plait…


Répondre

De Arca1943, le 2 février 2008 à 01:54

Oh, que ça regarde mal (c'est un calque de l'anglais "it doesn't look well", courant en français du Québec). Moi qui suis capable de défendre le second opus (en usant certes d'un truc rhétorique : il est meilleur que le premier), là je sens que je n'en serai pas. C'est la victoire de Jarriq, pourrait-on dire.

Est-ce qu'ils ont au moins gardé le gag du voyage organisé pour aller jusqu'en Grèce ? « Il avance, votre bateau ? » demande Astérix. Le capitaine : « Ça dépend de vous. Voici vos places. » Et d'un geste large, il montre les bancs vide de sa galère. Nos villageois se répandent en imprécations. Le capitaine : « Et ne vous plaignez pas. Vous bénéficiez de la classe luxe. Dans les voyages organisés normaux, les passagers sont enchaînés et fouettés. » Abraracourcix : « Mais… et l'ambiance ? » Le capitaine : « C'est juste ! » Il claque des doigts et le type au gros tambour qu'on trouve toujours sur les galères commence : Bong ! Bong ! Bong ! Bong !…

Alors, c'est ça. Nouvelle, vous avez vu ce film, et comme on dit dans un autre Astérix, là où il y en a déjà un, inutile d'en mettre deux. Donc dites-moi : il est là, le gag des voyages organisés ? S'il n'est pas là, je n'y vais pas.


Répondre

De Arca1943, le 2 février 2008 à 19:58

Oui, je m'en doutais. Juste à lire les résumés du film, je vois bien que le scénario de Goscinny a été remplacé par une espèce de soupe gnangnan avec une princesse. Et donc, on n'entendra pas non plus Abraracourcix lancer son avertissement avant de débarquer dans la Grèce antique : « Attention, les enfants, ne nous moquons pas des indigènes même s'ils n'ont pas notre passé glorieux et notre culture !»


Répondre

De Freddie D., le 2 février 2008 à 20:20
Note du film : 0/6

Vu la promotion et les bandes-annonces, j'ai l'impression que le film aurait dû s'intituler "Brutus vs César".

Non, vraiment RIEN à voir avec les chers albums de notre enfance.


Répondre

De Freddie D., le 2 février 2008 à 20:45
Note du film : 0/6

Regretter Clavier ? ça doit vraiment être grave, alors…


Répondre

De Gaulhenrix, le 9 février 2008 à 14:19

Que de médisances sur ce Forum, non seulement exprimées mais répétées ! Je me dois de voler au secours d'Astérix, mon frère (nous avons tous deux été « déclarés sous -ix »).

Eh quoi ! Que peut-on reprocher à un film qui exalte notre héros national (et dont le tournage a été délocalisé en Ibérie – euh ! c'était moins cher…) ? Un film qui remet sur le devant de la scène notre grand acteur national Delon (et dont le lieu de résidence est l'Helvétie – euh ! c'est moins cher pour les impôts…). Comment critiquer aussi légèrement un film qui « compte » aussi lourd : millions de budget, milliers de figurants, sans oublier les figurants « truqués ») – (euh ! c'est moins cher pour les producteurs…), et plus de trois millions de spectateurs à ce jour – qu'on se le dise, et tous les sites et les magazines de cinéma le proclament haut et fort  !

Par ailleurs, ayant à l'esprit le fameux mot de Malraux selon lequel le cinéma est, d'abord, une industrie, nous nous devons donc de soutenir l'industrie française.

Et j'ai gardé pour la fin l'argument irréfutable, celui qui emporte toute réticence : le film a été projeté en avant-première dès janvier 2007, pour l'Elysée (lieu de résidence de Sarkosie, sosie de Guignol). Le film est donc certainement – très – désopilant.

Pour toutes ces raisons, amis cinéphiles et – sans doute – cinéphiliques, allons tous en choeur voir cet excellent film !


Répondre

De Freddie D., le 9 février 2008 à 15:20
Note du film : 0/6

Démonstration brillante et irréfutable. J'y cours de ce pas ! C'est du pur patriotisme !

Et puis la promotion récente, faite par les producteurs et les vedettes, alignant les chiffres jusqu'au vertige, sans jamais parler du contenu (?), ni même de la forme d'ailleurs, est bien dans l'air du temps.

Tout ce que le gentil Uderzo a trouvé à dire, c'est qu'il était tout étonné qu'un acteur comme Delon ait accepté de jouer là-dedans… Et nous donc !


Répondre

De Gaulhenrix, le 9 février 2008 à 17:24

Bravo, Freddie D.  !

D'après mes « calculs », je « comptabilise », grâce à vous, deux spectateurs de plus. Je consulte ma « Rolex » : il est 17h24 ; j'envoie aussitôt un « Texto » sur mon portable pour prévenir les producteurs que tout va bien : leur film, « C'est du sérieux ! »


Répondre

De Freddie D., le 30 mai 2008 à 17:09
Note du film : 0/6

Bon… La curiosité (malsaine) a été la plus forte, et j'ai quand même fini par voir Astérix. On m'aurait un jour que j'aurais la nostalgie des films des Charlots et de Mon curé chez les nudistes !

Massacré par la critique, qui fut malgré tout polie et magnanime, vu l'étendue du désastre, c'est un salmigondis bouffi de fric, sans l'ombre du début de l'ébauche d'un scénario, qui aligne des sketches primaires, atrocement mal dialogués, et des "gags" attristants. Poelvoorde laissé en complète liberté, est tout simplement insoutenable, dans un numéro de cabotinage à voir pour le croire, et il faut espérer que Delon tourne un prochain film – n'importe quoi – pour ne pas clore sa filmo, par ce machin. Il atteint le fond, en parodiant son propre guignol. Et son premier laïus, citant les titres de ses films les plus célèbres, est d'une lourdeur, d'une infantilité effrayantes. Quant aux "héros" du film, ils font de la figuration, et le remplacement de Clavier par Cornillac n'est même pas perceptible. Ils auraient eu tort de se gêner. Ne parlons même pas du dernier quart, occupé par des "guests" comme Debbouze, qui s'accapare l'écran, dans un one man show sans aucun rapport avec le reste de l'action, ou Zidane dont les talents de comédien ne sont plus à vanter. Et que dire de Francis Lalanne, jouant un barde nommé "Lalanix" ? C'est du niveau maternelle pour enfants attardés.

Un des pires navets engendrés par le 7ème Art. Et je ne dis pas ça parce que je suis fâché !


Répondre

De jipi, le 30 mai 2008 à 17:19

Je suis bien d'accord avec vous Freddie D

Décevant presque affligeant « Astérix aux jeux Olympiques » se traîne péniblement en cent cinq minutes d'images au bord du gouffre.

Pas de récit structuré, uniquement des numéros d'acteurs sans aucun risque blindés de numériques. Comédiens qu'il faut parfois savoir déceler dans ce bric à brac de scénettes lourdes et insignifiantes.

Clovis Cornillac relégué au rang de support technique par un Benoit Poelvoorde fou furieux incontrôlable et trop débridé n'est plus qu'un fusible épisodique dynamisé le temps d'une scène presque sans intérêt.

L'anachronisme tissé dans tout le film n'est pas du meilleur goût. « Le clan des siciliens » et « que je t'aime » mène l'ensemble à la frontière du débilissime « Deux heures moins le quart avant Jésus Christ "de Jean Yanne avec une pincée des « fous du stade » de Claude Zidi.

La scène ou Brutus triche lamentablement dans une course de relais est représentative de l'essence d'un produit au parcours pitoyable sans esprit de recherches. On ne peut pas dire que les méninges se soient triturées dans l'élaboration d'un tel opus.

Quelques mimiques d'Alain Delon officialisant un statut narcissique maintiennent pendant quelques rapides secondes le contenu hors de l'eau.

Bref un détour est souhaitable plutôt que d'ingurgiter une ambiance facile bourrée de clins d'œils fournis par des œuvres cinématographiques antérieures référencées ou de panoplies professionnelles de célébrités récupérées.

Le final ressemble à un amoncellement de spots publicitaires incohérents regroupant les stars sportives du moment exécutant devant la caméra quelques prouesses liées à leur gagne pain quotidien.

Une surprise cependant dans ce ramassis d'idées au ras des paquerettes, l'agréable trouvaille d'avoir fait de Jérôme le Banner le soufre douleur d'un Brutus chétif dominant du geste et de la parole un colosse serviable et soumis, ça franchement c'est drôle et peut-être plus fort que la prestation d'un césar tutoyant les cieux.


Répondre

De Cornélia, le 30 mai 2008 à 19:47

Je vais donner mon petit avis sur Astérix. Il est vraiment dommage que ces aventures si bien faites en DA soient retranscrites en film, enfin ça ne le fait pas. Moi, je ne suis pas fan des Gaulois mais j'ai accompagné mon petit cousin de 12 au ciné. Je me suis pris la tête si bien qu'à la fin j'ai mis mon walkman et je me suis écouté Madonna parce qu'autrement je pensais qu'on allait retrouver la belle au bois dormant dans la salle.

Je me rappelle avoir pourtant vu les 12 travaux d'Astérix en VHS et avoir aimé ça. En plus mon père en a en BD, j'en ai lu un peu, bon passable, mais là ! Remarquez que le premier encore était passable ! J'avais bien aimé la chanson Ti amo et on la balançait à la récré. Non, je ne vois pas l'intérêt de faire un portage comme ça au ciné. D'ailleurs il en est de même pour Tintin. Pourtant lui, j'ai toutes ses BD.


Répondre

De Freddie D., le 30 mai 2008 à 21:09
Note du film : 0/6

"Passable", les BD d'Astérix ?

J'en connais qui vont faire une syncope ! Je crois que tu devrais les relire tranquillement, dans quelques années. Je te jure : c'est bien mieux que passable, et ça n'a aucun, mais aucun rapport avec le film dont nous parlons ici.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0027 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter