Forum - Stanley Kubrick revient - Avis
AccueilStanley Kubrick revient
Forum : Stanley Kubrick revient

Sujet : Avis


De PM Jarriq, le 26 juillet 2007 à 11:16

Il était temps !

Ce n'est guère que la 3ème édition "définitive" de l'oeuvre du maître ! Les deux précédentes étaient en 4/3, sans aucun soin particulier apporté à l'image ou au son. Pourvu que cette fois, ce soit la bonne, et qu'on cesse de racheter indéfiniment les mêmes films, tous les dix ans !

Il serait d'ailleurs heureux qu'on exhume son premier film Fear and desire, invisible depuis des décennies, puisque renié par Kubrick, qui fit tout pour détruire copies et négatif.


Répondre

De droudrou, le 26 juillet 2007 à 12:01

Ce que je trouverais sympa c'est que, cette fois-ci, on puisse disposer en une seule fois de l'ensemble de son oeuvre et non à avoir un coffret incomplet auquel il faudra ajouter un Spartacus et puis Les Sentiers de la Gloire complété des 2 autres dont le titre m'échappe pour l'instant.

Qu'on nous propose quelque chose de chouette, qui respecte les formats et que la qualité image et son soient bien présents.


Répondre

De lych666, le 26 juillet 2007 à 16:35

Mouais… En tous cas, je ne suis pas près de réinvestir une fois de plus dans des films que j'ai vu une bonne demi douzaine de fois chacuns pour probablement un simple respect du format d'origine et deux ou trois suppléments d'archives ou de commentaires de soi disant experts qui se masturberont sans aucune retenue pour precher des convaincus… L'abscence de bonus m'avait déjà frappé sur les précédentes éditions, mais pourquoi donc des éditions si pauvres? Peut-être pour en ressortir tous les dix ans, comme l'a dit Jarriq, et ainsi pousser les fans à l'achat…
La bonne nouvelle serait qu'is éditent enfin des films qui méritent autant que ceux de Kubrick de voir le jour pour trouver de nouveaux fans.


Répondre

De droudrou, le 26 juillet 2007 à 18:00

De fait, tu as raison sur les deux plans. Les suppléments, nous en aurions bien eu besoin car si tu as acheté le coffret, j'ai trouvé, quand même, relativement pauvre le DVD de "suppléments" qui nous apportait quelques informations que, par ailleurs, comme tous fans de Kubrick, nous étions déjà allés glaner en librairie !

Mais ta remarque est très juste par rapport à toutes nos attentes !


Répondre

De PM Jarriq, le 26 juillet 2007 à 18:09

De toute façon, on en revient toujours à ce qui énerve tant les DVDphiles : était-il vraiment si difficile faire correctement les choses dès la première édition, sans passer par ces sempiternelles refontes, remastérisations, remixages, etc. ?


Répondre

De droudrou, le 26 juillet 2007 à 21:30

Plus saisissant encore avec le phénomène très actuel des "suites" et qui transforment les films en véritables séries cinématographiques au même titre que les feuilletons télé qui ont, en certains cas, atteint des niveaux que le cinéma lui-même n'était même pas capable de pouvoir offrir.

Je penserais à deux séries dont j'espère faire l'acquisition : "Rome" et "Deadwood" et où, en plus, ce qui surprendra peut-être plus d'un par rapport à mes propos ordinaires, "Band of Brothers" est un exemple de qualité…

C'est très surprenant et, peut-être histoire de remuer un peu plus la… le couteau dans la plaie, ces rééditions "prestigieuses" se feraient quelque peu au détriment de tous ces films que les uns et les autres nous réclamons avec une certaine patience…


Répondre

De lych666, le 27 juillet 2007 à 18:19

Les fameuses séries à suite ayant forcémment l'allure de films géants sont devenues effectivement un phénomène qui évince de plus en plus le cinéma, je pense à 24, Lost, Desperate Housewives et tous les autres avec bien sur, toutes les saisons qui s'en suivent…

Je ne vais pas vous cacher que moi aussi, je suis tombé dans le traquenard Prison Break et Heroes, par contre, quand j'ai regardé toute la première saison de Lost d'une traite, j'ai eu une desagréable sensation, cette fameuse impression qui ne trompe pas et qui finit par devenir insupportable, l'impression qu'on me prend pour un con…
La clé de Lost, c'est de faire monter un suspense perpétuel en fournissant juste assez de mystère pour que le spectateur soit en quête de réponse permanente et suivent les épisodes avec avidité sans que quoi que se soit de concret ne lui soit révélé, une sorte d'hypnose qui maintient dans un état de frustration et d'attente de réponses qui se révèlent par de nouvelles questions… Mis à part ce suspense haletant, qu'est ce qu'il reste?… Pas grand chose, à part des relations entre des personnages aux psychologies sur mesure pour l'utilité de cette intrigue des plus roublardes et poussives…
Alors, j'ose à peine imaginer quand cette série aura une fin (s'il y en a une), quand elle aura décidé de finir cette prise en otage de spectateurs et qu'elle mettra un terme à son intrigue… Intrigue qui doit avoir atteint désormais un tel niveau d'invraisemblance que j'ose a peine imaginer l'état des fans qui j'espère, commencent à se poser des question sur la legitimité de leur passion…

Je ressens en ce moment un tel mépris pour toute ces séries roublardes qui se servent de suspense à rallonge sur un nombre interminable de saisons (même le scénariste ne connait pas la fin) que je ne peux m'empêcher de les regarder et d'y prendre avec effroi un plaisir facile qui vide mon cerveau… Les nouveaux héros sont les scientifiques et les policiers qui ont réponse à tout, et dénouent tous les problèmes qui frustrent le spectateur entre deux pages de pubs bien ciblées… Par contre, le suspense passé, l'intrigue ingurgitée, que reste-t-il?… Un coffret DVD? Même s'il n'est vraiment pas difficile de tomber dans le piège d'une série, j'ai du mal à comprendre qu'on puisse regarder un épisode plusieurs fois, après en avoir fait l'achat en DVD… Je suis bien sur près à parier qu'il existe tout de même plein de séries valables, mais j'ai désormais trop peur de tomber dans un attrape-nigaud bouffeur de temps, que je m'abstient de toute tentative… Peut-être que la chose ne m'effraierait pas tant s'il n'y avait pas autant de fans de ces nouvelles passions creuses et vide-cervelle…


Répondre

De PM Jarriq, le 27 juillet 2007 à 18:53

Penche-toi plutôt du côté de Six feet under, Les Soprano, Deadwood, Rome, The shield, et tu verras qu'on peut bel et bien revoir des séries, et que si effectivement Lost ou Prison break sont un équivalent en celluloïd du fast food, il n'en est rien des séries précitées.


Répondre

De lych666, le 27 juillet 2007 à 18:58

J'avais remarqué, Jarriq, que la série Six Feet Under faisait partie de votre liste de films préférés, et j'ai entendu parler des autres séries susmentionnées, juste une question, Est-ce que ces séries ont une fin? Et comment se construisent les épisodes: Chaque épisode a-t-il un début et une fin avec une ou plusieurs mini-intrigues, comme dans Les Experts, par exemple, ou est-ce que les épisodes son juste le fragment d'un fleuve interminable comme dans Lost?

Je suis évidemment ouvert à tout visionnage de série s'il y a une construction des épisodes qui forment un tout et que le format série soit justifié et non pas pretexte à rallonge et abus de "suspense-poudre aux yeux"… Vous allez rire, je me suis déjà laissé séduire par Twin Peaks, par le passé, et ce mystère et attente de réponse frustrant c'est exactement ce que Lynch utilisait pour faire monter un suspense et une tension prenante mais un style, une audace et une richesse indéniable s'en dégageait et la série avait une fin…

Sinon, je me laisserais bien tenter par "La cité des hommes", suite au plaisir et au choc que m'a inspiré "La cité de Dieu".


Répondre

De PM Jarriq, le 27 juillet 2007 à 19:36

Toutes les séries citées sont bâties comme de longs romans-fleuves, qui se bouclent néanmoins soit par épisode, soit par saison. Mais si je n'accroche pas du tout au côté visiblement improvisé de Lost, toutes les autres ont un arc narratif bien structuré, permettant des études de caractères approfondies, et permettant aussi de dépasser le matériau, pour un discours plus universel (la mort pour Six feet under, la famille pour Les Soprano, la corruption pour The shield, etc.) Et en fin de course, toutes ont – ou auront – un aboutissement. Celui de Six feet under frise le génie pur et simple.

Moi aussi, j'avais adoré Twin Peaks à l'époque, et attends avec curiosité sa sortie prochaine en DVD. Après tout, c'était vraiment la pionnière de la télé nouveau genre.


Répondre

De droudrou, le 29 juillet 2007 à 18:56

De fait, et je n'entre pas dans le niveau de qualité des séries et leurs scripts, on s'aperçoit qu'aujourd'hui on aboutit à ce que ces séries à ralonges prennent le relais de nos romans feuilletons du 19ème siècle. On ne parle plus en écriture, on parle en images… de la même façon, d'ailleurs, que certaines séries BD où on se pose encore la question de savoir quelle va en être la fin.

En écriture et avec transcription cinéma, on a le phénomène Harry Potter.

En BD, on a le phénomène de XIII où au "19ème" épisode nous connaîtrons la réponse puisqu'un 18ème album vient s'intercaler…

En "roman" type "thriller-politique" on a le cas de notre ami Tom Clancy qui, à partir d'Octobre Rouge nous emmène avec le personnage de Jack Ryan et tout un ensemble de personnages secondaires dans des intrigues qui se nouent à chaque épisode mais rebondissent dans l'épisode suivant puisque l'écrivain tient compte du devenir de ses différents héros.

C'est très amusant… mais ça nous éloigne de notre ami Kubrick…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.019 s. - 4 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter