Forum - Le Parfum : histoire d'un meurtrier - Avis
Accueil
Forum : Le Parfum : histoire d'un meurtrier

Sujet : Avis


De PM Jarriq, le 12 mai 2007 à 11:08
Note du film : 2/6

Le roman est fascinant, inoubliable, et si Kubrick et quelques autres se sont cassés les dents sur l'adaptation, ce n'est pas pour rien. Le livre faisait pénétrer l'esprit dérangé d'un tueur obsédé, en quête de beauté et d'absolu, même si pour arriver à ses fins, il devait accomplir des actes monstrueux. Le film lui, en restant en surface, ne montre finalement qu'une espèce de "freak" très antipathique, un assassin doté d'un bon nez. Rien de plus. Après un premier tiers prometteur, porté par le cabotinage de Dustin Hoffman qui semble s'amuser comme un petit fou, le film s'écroule et se disperse, devient banal, et se résume à une série de meurtres. Les comédiens n'ayant rien de transcendant (un seul acteur pouvait interpréter Grenouille : Denis Lavant), on finit par se désintéresser de ce "digest" d'un ouvrage décidément inadaptable. Mission impossible…


Répondre

De jipi, le 20 mai 2008 à 18:03
Note du film : 6/6

"L'ame d'un être est son odeur".

Le « Parfum » est la recherche d'une luminosité odorante acquise en des temps crasseux. Une rage de vivre des la naissance dans une tapisserie nauséabonde d'immondices et d'ocres sombres foulées par un esprit malade capteur de senteurs conquises par le crime.

La conception d'un arome inconnu s'élabore par des gestes lents et minutieux sur fonds de ruelles désertes. Une proie spécifique est traquée puis humée par des narines grisées de ressentir de nouvelles odeurs indescriptibles.

La traque reste quelquefois inassouvie en épargnant quelques bienheureuses échouant momentanément aux portes de la mort distribuée par un être absent, passionné, presque muet attribuant des gestes limpides à une obsession enivrante entretenue par d'éternels ingrédients traqués la nuit tombée.

Un nez diabolique exécute merveilleusement une palette sensitive hors du commun en s'emparant de vestiges féminins dénudés offerts aux degrés indispensables évolutifs menant vers la perfection d'une idée.

La lucidité d'un homme récupéré par la démence d'une conception machiavélique n'est plus palpable.

« Le Parfum » détient une lenteur lancinante, un texte débité minutieusement sur des images de visages marqués par la transcendance, la convoitise, la surprise et la peur que l'on a le temps d'admirer dans une reconstitution exemplaire d'une époque sans pitié.

Des moments sublimes rarement vus au cinéma extraordinaires et somptueux. Une dépendance folle et collective envers un personnage plus déterminé par la mission que par la perversité, perçu comme un ange par une populace rongée de voyeurisme et de puanteur copulant sans réticences sous la dépendance d'un nectar inconnu.

La longue séquence de l'exécution de Grenouille est un aboutissement. Elle dépeint merveilleusement la prise du pouvoir des senteurs régénérant chez l'être humain la soif des caresses


Répondre

De Lagardère, le 20 mai 2008 à 18:22

Un nez diabolique exécute merveilleusement une palette sensitive hors du commun en s'emparant de vestiges féminins dénudés offerts aux degrés indispensables évolutifs menant vers la perfection d'une idée.

Je veux bien qu'il y ai sur ce site des petits guignols à virer , avec plus ou moins de ménagements , mais que c'est joli de vous lire quelques fois , Messieurs ! Ah oui ! Vraiment…Et je dis ça avec une pointe de jalousie car , bien que ne me prenant quand même pas pour la dernière des buses , je n'ai jamais su exprimer pleinement la beauté des choses. Le bourgeois gentillhomme -Ah! Mon père et ma mère , que je vous veux du mal-…Oh mais je digresse , je digresse , voilà que j'allais raconter ma vie..Je ne sais plus quel compagnon (un bien beau conteur , aussi ), sur ce site , m'invitait dernièrement à être plus assidu. Mais que rajouter à un texte pareil ? Là , sous le coup de l'émotion , que j'exploite , je vous redis le plaisir de vous lire , sans flagornerie imbécile. Et vous demande d'excuser ceux qui ne savent que lire…J'ai fais des millions de kms en voiture pour faire bouillir la marmite, mais beaucoup moins sur mes cahiers d'écoliers..En tous cas , encore bravo , et surtout merci !


Répondre

De urspoller, le 20 mai 2008 à 20:51

Lagardère, je m'associe à vos dithyrambes.

Jipi, à quand une glose sur John Ford, Fritz Lang ou Hitchcock? Que je puisse au moins glisser quelques billevesées…


Répondre

De DelaNuit, le 7 septembre 2009 à 19:00
Note du film : 5/6

J'ai vu récemment Le parfum en dvd. Je ne m'étais pas précipité dans les salles à l'époque de sa sortie bien que le sujet m'intéressait, car je craignais que ce film ne puisse rendre l'atmosphère du roman, que j'avais apprécié.

Beaucoup de personnes autour de moi ont choisi de faire l'impasse définitive sur ce film pour la même raison. Ayant finalement eu l'occasion de le voir, bien que sur petit écran, je trouve un tel parti pris dommage, car le film est beau et intéressant, et mériterait bien des louanges si la question de la comparaison avec le roman ne se posait pas. Je le trouve plutôt bien conçu dans ses images léchées, sa reconstitution historique, sa musique, le jeu des acteurs, les choix de mise en scène, les jeux de couleurs pour suggérer les parfums… Je trouve tout cela plutôt bien rendu.

Le choix de l'acteur principal peut prêter à discussion, car on s'imagine Jean Baptiste Grenouille plus laid, voire hideux. Toutefois, son interprétation ne manque à mon avis pas d'intérêt. En effet, j'avais à la lecture du roman suivi ses pérégrinations avec détachement pour sa personne. Ses comportements, ses pensées froidement méthodiques et obsessionnelles, m'interdisaient toute empathie pour le personnage.

A l'écran, il prend chair et regard, exprime des émotions, bien qu'exclusivement en rapport avec l'odorat : exaltation, déchirement, frustration, souffrance… Par ce fait, le film m'apparaît complémentaire au roman, en ce qu'il rend au personnage sa part d'humanité qui nous touche malgré sa monstruosité et sa différence.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.015 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter