Forum - Faisons un rêve - Une merveille de théâtre filmé !
Accueil
Forum : Faisons un rêve

Sujet : Une merveille de théâtre filmé !


De faisonsunrevophile, le 5 décembre 2006 à 23:33

Théâtre filmé, peut-être, mais quels dialogues, un sommet de l'art en la matière. Enfin, du dialogue, du monologue plus exactement : la description du chemin que doit suivre Jacqueline Delubac pour rejoindre le maître : "tu remontes l'avenue de Washington, ah, elle est longue l'avenue de Washington…, tu montes les marches, et tu sonnes… tu sonnes… tous les amoureux de Guitry me comprendront. Que ce film n'existe pas en dvd est une insulte à la grâce et au talent.


Répondre

De Impétueux, le 6 décembre 2006 à 11:06
Note du film : 6/6

Comme vous avez raison ! Et comment se fait-il que, passionné de Guitry comme je le suis je n'aie pas encore voté pour l'édition de cette merveille ?

Vous citez à très juste titre le monologue de l'amant qui retrace fantasmatiquement le périple de la femme aimée jusqu'à son appartement de l'avenue de Messine ; mais le prologue étincelant, avec des mots et des numéros d'acteurs tous plus brillants les uns que les autres (Marguerite Moreno, Victor Boucher, André Lefaur et tant d'autres) ! Et la déclaration de l'amant Oh ne me le dites pas ! Oh si, elle va le dire !

Même le jeu pâle de Jacqueline Delubac, toujours un peu gourde, mais si charmante n'est pas décalé pour une fois !


Répondre

De Impétueux, le 12 février 2008 à 17:42
Note du film : 6/6

J'ai trop défendu jusqu'alors, et notamment à propos du Roman d'un tricheur l'apport de Sacha Guitry à l'innovation cinématographique pour ne pas volontiers convenir que le charmant Faisons un rêve est bien du théâtre filmé, de la comédie de boulevard filmée, très exactement.

Trois personnages, confinés dans un lieu unique, et un festival de mots ; naturellement, je mets de côté le délicieux et artificiel prologue, où, dans un appartement grand-bourgeois, au son du cymbalum d'un orchestre tzigane, quelques vedettes de l'avant-guerre rivalisent de mots d'esprit, de mots de Sacha : Arletty, Michel Simon, Marguerite Moreno, Victor Boucher, Pierre Bertin, la gracieuse Rosine Deréan ; lorsqu'en fait le film commence, on ne voit plus – à part le valet de chambre – que le trio majeur, Guitry, Raimu, Jacqueline Delubac

Eh bien, ça m'est encore une raison de célébrer l'avènement du cinéma : songez donc que ce feu d'artifices éblouissant aurait pu être à tout jamais perdu si une caméra ne l'avait pas filmé ! On aurait quelque jour repris la pièce au Gymnase ou au Palais-Royal (on l'a peut-être fait, d'ailleurs) avec Francis Huster, Cristiana Réali et…Roger Hanin, par exemple. Vous imaginez ?

Moi aussi ! et j'en frémis !

Que ces merveilles nous aient été conservées est une raison de plus pour bénir Louis et Auguste Lumière !

Édition impeccable, suppléments intéressants ; vraiment, nous avons attendu longtemps avant de voir le Maître en DVD, mais notre peine n'a pas été vaine !


Répondre

De fernand, le 12 février 2008 à 22:06

M'ouauip ! Faut aimer..moi , je critique pas , (respect) , mais le noir et blanc filmé comme du théâtre en plus , je trouve çà un peu laborieux. Mais je suis peut être un peu jeune pour en parler. Mais j'aime bien le film sur Versailles en couleurs. La grande scène dans l'escalier à la fin , çà m'a refilé un frisson. C'est peut être pas perdu..


Répondre

De Impétueux, le 13 février 2008 à 18:32
Note du film : 6/6

Mais, mon cher Fernand, pourquoi écrire moi, je critique pas, (respect) , mais le noir et blanc filmé comme du théâtre en plus, je trouve çà un peu laborieux. ? Pourquoi ce respect qui est un des mots les plus typiques du politiquement correct et qui est bien mortuaire ?

Sacha Guitry, qui était un homme extrêmement irrévérencieux aurait détesté qu'on pût ne pas le critiquer parce qu'il était mort ! Critiquez, critiquez, vous en avez le droit, et vous avez mille fois le droit de ne pas aimer ! Il y a bien des cheminements dans l'amour du cinéma…

Cela étant, vous êtes donc de ceux qui trouvez le noir et blanc dépassé ? Et le château de Versailles, Mozart, Diderot, Balzac, Delacroix aussi ? Par quoi, au fait ? La Tour Montparnasse, Eminem, Christine Angot, le Da Vinci Code, les mangas ?

Ma foi…mes enfants qui sont encore jeunes aiment aussi ce cinéma en noir et blanc… C'est donc que l'âge ne fait rien à l'affaire…

Enfin ! Comme vous dites, vous ressentez de l'émotion à la fin de Si Versailles ; c'est déjà ça…


Répondre

De fernand, le 13 février 2008 à 19:31

Le respect n'allait pas à Sacha Guitry Impétueux , du moins dans ma réflexion après lecture de votre avis , mais à votre engouement extraordinaire pour lui ! J'aime les gens passionnés et je déteste l'eau tiède. Et je n'ai jamais dit que le noir et blanc était "dépassé" ! Je ne crois pas en Dieu , du moins pas encore. A 17 ans , (et demi ) j'ai pas encore eu le temps de me faire une opinion , pensant qu'il y a des choses plus importantes à régler. Mais , je ne pense pas que ce soit un "sujet" dépassé si j'en crois les massacres encore perpétrés en son nom. Non , le ciné Noir et Blanc ne me "parle" pas , c'est tout.

Cela étant, vous êtes donc de ceux qui trouvez le noir et blanc dépassé ? Et le château de Versailles, Mozart, Diderot, Balzac, Delacroix aussi ? Par quoi, au fait ? La Tour Montparnasse, Eminem, Christine Angot, le Da Vinci Code, les mangas ?

Eminem c'est une musique de sauvages , Christine Angot "mademoiselle j'ai le cerveau dans le vagin et les problèmes qui vont avec " , trés loin de moi ! Le Da Vinci Code , trop tordu ! Les Mangas sans moi ! Non , rien n'est dépassé , tout est en place dans chaque époque. Il ne faut pas croire que tous les jeunes , un mot devenu trop péjoratif , crient aux ringards chaque fois qu'une musique ne hurle pas ou qu'un film ne dégouline pas son quota de sang ! Je n'ai pas encore gouté Mozart , et je n'ai pas encore ouvert Balzac. Mais je le ferai et peut être qu'un jour je reviendrais vous en parler . Mais j'ai tant à apprendre..


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.010 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter