Forum - Un Après-midi de chien - Un peu long, mais...
Accueil
Forum : Un Après-midi de chien

Sujet : Un peu long, mais...


De Impétueux, le 27 novembre 2006 à 13:43
Note du film : 3/6

Jamais je n'avais encore vu ce film au titre intéressant et à l'intrigue classique, mais toujours plaisante. La chose est désormais faite. Qu'en penser ?

Issue d'un fait divers réel, l'histoire fonctionne assez bien ; ces branquignols minables qui, avec toute l'inconscience du monde, braquent une petite banque d'où les fonds viennent d'être transférés et se retrouvent à ne pas savoir que faire de la situation idiote dans laquelle ils se sont fourrés sont parfaitement peints ; qu'il ne leur arrive que des catastrophes est logiquement dans le ton. Leur côté pitoyable est encore accentué, et finement décrit par l'intervention de détails très justement relevés (par exemple l'atterrante médiocrité de Sal (John Cazale), qui ignore que le Wyoming n'est pas un pays indépendant, qui n'a jamais pris l'avion, qui est prêt à buter tout le monde). Et puis cette histoire fantastique que vit Sonny (Al Pacino, brillant) marié à la fois à Angie…et à Léon (!) soucieux de l'une, amoureux de l'autre, brave type qui fait ce qu'il peut avec la situation…

J'aime moins l'excessive durée du film (2 heures) et le côté post soixante-huitard de la foule des badauds qui vient acclamer les preneurs d'otage…Mais, somme toute, c'était peut-être bien le cas dans la réalité…


Répondre

De sansnom, le 3 juin 2009 à 05:20
Note du film : Chef-d'Oeuvre

(Excusez ma mauvaise orthographe) Il n'y a aucunes longueurs dans ce film. Si vous trouver qu'il y a des longueurs c'est peut-être parce que vous regarder trop de films d'actions récents qui sont fait dans le seul but de divertir (et donc de faire beaucoup de $$$). Ce film est non seulement divertissent mais il a aussi une valeur artistique (contrairement à plusieurs autres films policiers) et l'intrigue du film est assez intéressante et complexe. Tous les acteurs jouent très bien leur rôle, et c'est d'ailleurs avec de tels films que l'on peut voire à quel point le jeu des acteurs peut faire toute la différence entre un bon et un mauvais film. C'est un film américain assez originale puis-ce que pour une fois, l'histoire est crédible et l'action ce déroule dans un contexte très limité – la plus part de l'action ce déroule soit a l'intérieur de la banque ou directement en dehors – (on a presque l'impression que l'on regarde une pièce de théâtre filmée). Le film est aussi originale du fait qu'au lieu de nous présenter des personnages qui sont bon ou méchant jusqu'au bout, on voit plutôt des personnages beaucoup plus réalistes qui ont de bon et de mauvais cotés et qui ne sont pas de grandes lumières (comme le sont la plus part des gens qui nous entourent; est-ce qu'il y a du mal à cela?). Et comme tout bon film, ce film est frappant et nous porte à réfléchir.


Répondre

De fretyl, le 9 janvier 2010 à 23:20
Note du film : 6/6

Les Hold-up bidons ou ratés ont toujours été au cinéma une source d'inspiration pour les réalisateurs, justement peu inspiré. On se souvient tous du gentil braquage de Jugnot et Auteuil dans Pour cent briques t'as plus rien… ; du duel Belmondo/Marielle dans la banque canadienne de Hold-Up ; du casse psychologique de Ventura à Cannes, et je dois oublier d'autres titres…
Mais Sidney Lumet est plus malin et moins conformiste que les réalisateurs des films cités plus haut.
Un Après-midi de chien n'est donc pas seulement un thriller surexcité, mais aussi, une observation de la fascination du public pour les truands. Truands qui finissent par se prendre, pour des stars et s'installe dans le costume sur mesure que leurs ont tricoté la presse à sensation. Dans la réalité qu'il s'agisse de Mesrine, ou encore de Spaggiari, on sait que la présentation triomphale, de leurs contestables exploits, les poussa vers une soif de publicité et de reconnaissance.
Dans Un Après-midi de chien il en est de même. Les héros n'ont rien de légendaire, ni de courageux, ni de triomphal, mais le seul fait qu'ils aient pris un risque suffit à ce qu'une foule s'amasse …
Le film est à mettre dans la lignée des films sociologiques des années 70 au cinéma. Comme dans Taxi Driver, dans Macadam cow-boy, les personnages principaux sont des marginaux, des homosexuels désorientés, qui ont perdu leurs repères.

Au fil de ce hold-up laborieux, dont les interprètes, sont tous plus pitoyables les uns que les autres, on finit presque par trouver le film drôle, tant l'excitation généralisé autour du pauvre type qu'est Al Pacino (magnifique) lui même sidéré, finit par atteindre un degré de surréalisme comique.

Et puis ce qui s'avère être au départ, un simple distraction ne tarde pas à devenir dans la deuxième partie clairement plus trouble et ambigu.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.017 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter