Forum - La Castagne - Objet de culte rigolard au Québec...
Accueil
Forum : La Castagne

Sujet : Objet de culte rigolard au Québec...


De Arca1943, le 29 octobre 2006 à 14:43
Note du film : 4/6

…ce curieux film situé dans le monde miteux des ligues de hockey semi-pro de troisième catégorie doit avoir eu une audience plutôt limitée en France…


Répondre

De PM Jarriq, le 29 octobre 2006 à 14:48
Note du film : 4/6

Il est certain que pour un film avec le réalisateur et la star de Butch Cassidy et The sting, La castagne n'est pas vraiment resté dans les mémoires. Il y avait pourtant dans mon souvenir d'excellentes choses dedans, et c'était la période "anti-héros" minable de Newman, qui s'acharnait alors à détruire définitivement son image de bellâtre aux yeux bleus.

Il me semble que le film a connu des "sequels" sorties directement en vidéo, avec quelques seconds rôles du film de Hill.


Répondre

De Arca1943, le 29 octobre 2006 à 17:08
Note du film : 4/6

En tout cas, je confirme la véracité de fond de l'univers décrit, même si la caricature l'emporte, par exemple avec les méthodes hautement discutables des trois frères Hanson. Il est hélas indéniable que le hockey, sport numéro un au Canada mais beaucoup moins populaire aux USA avait tenté, dans les années 1970, pour essayer de se vendre auprès du public étatsunien, de tabler sur la violence afin d'attirer des spectateurs généralement plus portés sur le baseball, le football américain, le basketball… (aux États-Unis, même le golf télévisé fait plus d'audimat que le hockey !). Les bagarres sur la glace étaient tolérées, voire utilisées dans la pub pour attirer le chaland. Les chefs de file de cette détestable école de pensée furent les honteux Flyers de Philadelphie, avec en tête leur goon "Moose" Dupont et autres taupins à gros bras, qui firent régner la terreur sur les patinoires, remportant même deux coupes Stanley entre en 1971 et 1974… avant que le Canadien de Montréal ne les domine triomphalement dans la finale de 1975 grâce à l'adresse et la rapidité légendaires des Guy Lafleur, Jacques Lemaire, Steve Shutt, Larry Robinson… Ce fut la victoire de l'intelligence sur la bêtise primaire, de la finesse sur la brutalité, de la vitesse sur l'accrochage; victoire qui marqua un véritable point tournant, car le hockey revint ensuite « à la normale », pourrait-on dire, après avoir subi une véritable dérive historique (dont on entend d'ailleurs un écho dans Rollerball du Canadien Norman Jewison).


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.012 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter