Forum - Les Hommes du président - Gorge profonde
Accueil
Forum : Les Hommes du président

Sujet : Gorge profonde


De Thierry61, le 9 mai 2005 à 18:50
Note du film : 6/6

Je ne vois pas d'autre solution pour revoir cet excellent film que de demander sa réédition en DVD ou de cultiver le vain espoir que notre pôv'télé veuille bien le rediffuser un jour…


Répondre

De krakotte, le 22 novembre 2005 à 20:04

Hum hum, une réédition prévue pour février 2006. Il y a donc en effet peut-être un espoir de voir le film sortir en zone 2. En passant, pour ceux qui s'intéressent aussi à l'histoire du film, Bob Woodward (le vrai), un des héros du film, a sorti un dernier livre "Gorge Profonde, la véritable histoire de l'homme du Watergate" qui nous en apprend un peu plus sur les relations secrètes entre le journaliste et Gorge Profonde qui s'est dévoilé il y a peu comme étant… suspens pour ceux qui ne le savent pas encore. Pour les autres, à lire si vous voulez connaître le fond de l'histoire. A quand un nouveau film sur le sujet? Qui oserait relever le gant après Redford et Hoffman…?

Krakotte


Répondre

De PM Jarriq, le 23 novembre 2005 à 09:16
Note du film : 3/6

Je serais aussi d'avis d'une nouvelle version du sujet, car le film de Pakula, pour respectable qu'il soit, m'a toujours un peu ennuyé, se résumant souvent à une succession de coups de fil, de noms propres, de cavalcades dans les couloirs du Wasington Post. Les journalistes étaient réduits à l'état de pantins sans âme, ni caractère… Avec le recul du temps, il y aurait sûrement façon de traiter le sujet de manière plus attractive et dramatisée.


Répondre

De vincentp, le 10 mai 2006 à 20:56
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Un excellent film, peu spectaculaire il est vrai, car tout simplement ancré dans la réalité de la société américaine. Le suspens vient de choses ordinaires, et je garde en particulier un grand souvenir de la scène du parking. Le film aborde bien entendu de façon exemplaire le sujet des relations entre la presse et le pouvoir politique. Une référence en la matière et une prochaine réédition en zone 2 bienvenue, à un moment ou la réalité semble rejoindre la fiction. C'est l'éditeur qui doit se frotter les mains !


Répondre

De paul_mtl, le 11 mai 2006 à 01:30
Note du film : 4/6

Oui un bon film grâce au duo Dustin Hoffman – Robert Redford mais que j'aurais davantage apprécie avec un scenario plus travaillé, moins brouillon et plus documenté sur l'affaire du Watergate.

Pour l'affaire, mieux vaut voir un vrai bon documentaire.


Répondre

De paul_mtl, le 30 septembre 2006 à 13:13
Note du film : 4/6

Un livre gênant pour l'administration Bush

Bob Woodward, l'un des deux journalistes à l'origine du scandale du Watergate, accuse à quelques semaines des élections de mi-mandat, l'administration Bush de cacher l'ampleur des attaques contre les soldats américains en Irak.

Dans une entrevue qui sera présentée dimanche au réseau CBS, le journaliste vedette du Washington Post affirme qu'il y a désormais quatre attaques par heure contre les troupes américaines.

« Les experts du renseignement estiment que l'année prochaine sera pire mais, en public, notre président et le Pentagone disent que non, non, les choses vont s'améliorer », dit-il.


Répondre

De Impétueux, le 5 juillet 2012 à 19:26
Note du film : 2/6

Ce n'est pas mal filmé, ce n'est pas mal rythmé, ce n'est pas mal interprété, bien au contraire (avec une mention spéciale à Jason Robards), mais qu'est-ce que c'est ennuyeux…

Si ça commence assez bien, avec des images de thriller impeccables, ça se perd au fur et à mesure que l'enquête avance, comme le mince fil d'eau de l'oued se perd dans les sables. On finit par ne plus rien comprendre, par mélanger tous les noms cités, qui correspondent à des personnages que, pour la plupart, on ne verra pas à l'écran, à être dépité par l'enchevêtrement tortueux de l'intrigue et, finalement, par le faux suspense de l'histoire, dont on sait comment elle s'est terminée.

Ce reproche là est le plus grave, tant un conteur de qualité sait, lorsqu'il connaît son métier, vous tenir en haleine jusqu'au bout et, à chaque fois, vous faire espérer – ou craindre – que ce qui s'est réellement passé peut être encore bouleversé (du type Ponce Pilate parviendra-t-il à sauver Jésus-Christ ? Louis XVI parviendra-t-il à ne pas être arrêté à Varennes ? Napoléon ne va-t-il pas voir arriver plutôt Grouchy que Blücher ?).

Dans Les hommes du Président, la machine va son chemin, un peu plus complexe à chaque séquence, mais accroche bien rarement. Je ne doute pas que le film de Pakula soit parfaitement conforme au livre des vrais Woodward (Robert Redford) et Bernstein (Dustin Hoffman) et que le livre retrace tout aussi fidèlement l'enquête menée par les deux journalistes, foisonnant de détails et de petits faits vrais

Mais enfin, l'enquête, comme toute enquête, quand elle n'est pas transcendée par la fiction, est précisément faite de tas de strates nullement spectaculaires, d'une accumulation de noms, de numéros de téléphone, de témoignages incertains. Peut-on faire un film à partir de milliers de pages de dossiers en restant fidèle à l'exactitude, mais, parallèlement, en ne privilégiant pas le spectaculaire ? J'en doute fortement et Les hommes du Président me confortent plutôt dans mon point de vue : la précision n'est pas romanesque. Et les deux heures du film sont bien longuettes.

On demeure naturellement effaré qu'une histoire de cornecul, blâmable, sans doute, mais qui ne remettait nullement en cause la force de la démocratie étasunienne, ait abouti à la lamentable démission de Richard Nixon, un des rares hommes d'État qui avait su mener son pays sur des chemins intelligents. De temps en temps, nos amis d'Outre-Atlantique sont saisis de folie. Avoir chassé un très grand Président pour une si petite faute demeure inimaginable en Europe civilisée.

Il est vrai que, depuis le Watergate, le moralisme parpaillot a gagné, chez nous, de solides positions…


Répondre

De vincentp, le 14 août 2015 à 23:52
Note du film : Chef-d'Oeuvre


Très, très bon film d'investigation, aux multiples qualités, passionnant. Le portrait d'une époque, une évocation sans faille des coups-bas de la politique, et des anonymes qui gravitent autour du milieu des affaires et de la politique. Et oui, le pouvoir est parfois aux mains de canailles type Nixon, entourés d'une clique pas très nette. En-dessous, les clampins qui vivent du système, qui voient des choses malhonnêtes, et souvent s'en accommodent.

Les journalistes du Washington Post sont montrés également avec les forces et faiblesses, et les relations à l'intérieur de la rédaction sont remarquablement évoquées. Les hommes du président emploie de très nombreux acteurs américains des années -70, très performants, la plupart aujourd'hui oubliés comme Martin Balsam Jack Warden, Jason Robards ou Ned Beatty. Les séquences dans le parking, souvent flippantes, sont magnifiquement réalisées.


Répondre

De Impétueux, le 15 août 2015 à 16:49
Note du film : 2/6

Richard Nixon une canaille ? Pour l'affaire du Watergate ? Reprenez-vous, Vincentp… Ou alors qu'est-ce que vous allez dire de John Kennedy et de ses liens avec la Mafia ?


Répondre

De vincentp, le 15 août 2015 à 21:38
Note du film : Chef-d'Oeuvre

La première réaction que j'ai eue concerne la vision un peu manichéenne gentils démocrates contre méchants républicains sous-jacente de Les hommes du président. La récente affaire des écoutes massives, invasives et totalement inutiles de la NSA, sous huit années de présidence démocrate, montre que la réalité est bien différente. Que les écoutes de la NSA concernent des truands, des gouvernements ennemis ou des terroristes, pourquoi pas, mais il faut s'arrêter là, et surtout ne pas espionner des pays alliés.

A part ça, Nixon, une canaille ? Oui, bien sûr. L'affaire du Watergate fut une énorme bévue de sa part.


Répondre

De Impétueux, le 15 août 2015 à 23:00
Note du film : 2/6

Une bévue fait-elle de vous une canaille ?


Répondre

De vincentp, le 16 août 2015 à 00:15
Note du film : Chef-d'Oeuvre


L'essentiel est que Les hommes du président soit un coup de maître de Alan Pakula (admirable réalisation, avec un enchaînement de séquences anthologiques), que je place aux côtés de Klute (1971) comme autre grande réussite de ce réalisateur. Curieux parcours sinueux pour Pakula.

Le directeur de la photographie Gordon Willis (Le parrain,Annie Hall,…) réalise également un travail magnifique. Le blu-ray, sans être de qualité exceptionnelle, met en valeur son travail.

Les hommes du président est une référence en matière de thriller politique, le tout sans une scène de violence.

Le cinéma américain contemporain est loin de tout cela…


Répondre

De vincentp, le 23 février à 22:15
Note du film : Chef-d'Oeuvre


Revu sur grand écran, en présence de Robert Redford (83 ans), un peu fatigué après la bringue de la veille aux césars, mais lucide (c'est l'acteur le plus intelligent que j'ai jamais rencontré). All the President's men est un film impressionnant, ultra-réussi dans toutes ses composantes. Le rythme est parfait, l'utilisation des décors et des bruits de la ville est une totale réussite. La peur se lit sur les visages des interlocuteurs des deux journalistes. Les personnages secondaires sont incarnés de façon brillante. Pas l'ombre du début d'un défaut. Un film emblématique d'une époque forte pour le cinéma des Etats-Unis, alors très créatif.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0064 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter