Forum - Mogambo - Ava la sublime
Accueil
Forum : Mogambo

Sujet : Ava la sublime


De Jarriq, le 2 juillet 2003 à 09:59
Note du film : 4/6

Je me relèverais bien la nuit pour Ava, qui a rarement été aussi sublime, Grace Kelly et les shorts hilarants de Gable. Et puis John Ford, ça va sans dire…


Répondre

De PM Jarriq, le 25 août 2004 à 18:41
Note du film : 4/6

J'avais oublié qu'il y a une allusion plus qu'osée dans "Mogambo" : voyant un éléphant aux grands oreilles et à la trompe dressée vers le ciel, Ava dit à Gable : "C'est fou ce qu'il me fait penser à toi". Sacré Ford !

À part ça, la copie est effectivement inégale, avec des scènes magnifiques et d'autres totalement floues.


Répondre

De Impétueux, le 4 novembre 2013 à 19:28
Note du film : 4/6

On a peur, un moment, que ce sacripant de Clark Gable, qui se la joue dans l'éthéré et le gracile, ne préfère la timide et niaise Grace Kelly à la sublime Ava Gardner dont la beauté, le charme, l'abattage, la sensualité sont à faire rêver jaguars et antilopes. Mais heureusement il se rend compte de son aveuglement et finalement renvoie la blonde dans son calme monde et entame ce qu'on imagine une vie de rires, de whiskies frappés (et, incidemment, de stupre et de fornication) avec la brune. On respire.

Je ne me souviens pas d'avoir vu Mogambo dans mon jeune temps. Autant dire que la séance que je viens de m'offrir a été une révélation ; ça n'est pas aussi bien que Hatari, évidemment, mais qu'est-ce que l'Afrique est photogénique et qu'est-ce que les paysages sont splendides !

J'évoquais Hatari ; il me paraît peu contestable que Howard Hawks a vu le film de John Ford et en a tiré plein d'enseignements ; au début, c'est presque du copié/collé : Victor Marswell (Clark Gable) un aventurier déjà mûr a assis une entreprise de capture d'animaux sauvages dans l'Afrique de l'Est et vit au milieu d'amitiés viriles et d'indigènes disciplinés. Survient un grain de sable. Dans Hatari, c'est la journaliste Dallas (Elsa Martinelli) ; dans Mogambo, c'est une gourgandine attachante et dessalée, Éloïse Kelly (Ava Gardner), venue rejoindre un maharadjah, amant de passage qui vient de quitter l'Afrique pour l'Inde.

Arrive sur les lieux un couple dont le mari est un fade anthropologue Donald (Donald Sinden) et la femme, Linda, un bas-bleu pâlot (Grace Kelly, donc). Marswell croit en tomber amoureux parce qu'elle est exactement le contraire de la femme qu'il lui faut ; et elle s'entiche de cet aventurier séduisant parce que sa vie est l'exact contraire de la sage existence qu'elle mène.

L'intrigue sentimentale est assez ennuyeuse et convenue ; il paraît qu'elle reprend celle de La Belle de Saïgon de Victor Fleming ; c'est bien loin d'être le meilleur du film, qui réside plutôt dans le charme intact des paysages, dans la familiarité avec les animaux sauvages, dans l'atmosphère de l'Afrique d'avant. Mais, de ce point de vue, Hatari est bien supérieur, ne serait-ce que grâce à la densité des personnages secondaires.

Restent le charme d'Ava Gardner et la beauté de faire-valoir de Grace Kelly se disputant le cœur d'un Clark Gable un peu amorti, depuis Autant en emporte le vent mais encore bien séduisant.

Et que le volcan ait pièce sur l'iceberg, voilà qui fait plaisir…

Et merci à PMJarriq d'avoir attiré mon attention sur quelques sous-entendus graveleux ! Innocent comme je suis, j'aurais loupé sûrement la délicieuse réplique qu'il cite !


Répondre

De Frydman Charles, le 14 mai 2015 à 20:16

Lorsque l'on entend Melle Kelly dans le film, cela prête à confusion entre les deux amours de Victor. Melle Kelly ce n'est pas grâce Kelly dans le rôle de Linda Nordley , Mais Ava Gardner dans celui d'Eloise Kelly . Grâce Kelly devait se sentir concernée lors du tournage lorsqu'elle entendait prononcer le nom Kelly , mais en bonne artiste finissait par se dire "c'est moi dans la vie , mais pas dans le film…" .


Répondre

De DelaNuit, le 14 mai 2015 à 20:27
Note du film : 6/6

A noter : comme dans Les tueurs et Pandora, ce film permet d'entendre la vraie voix d'Ava Gardner dans la chanson "Going through the ries" (du moins dans la VO). La belle qui ne se débrouille pas si mal a eu le plaisir de ne pas être doublée (elle aurait préféré faire une carrière de chanteuse de jazz si elle avait pu. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien si elle a épousé un musicien – Artie Shaw – et un crooner – Frank Sinatra) Elle avait bien sûr le trac en enregistrant sa chanson mais son grand ami dans la vie Clark Gable avait tenu à se trouver face à elle à côté de la caméra pour l'encourager. Dans d'autres films (Show Boat, L'île au complot, Marchands d'illusion, Un caprice de Vénus), elle est scandaleusement doublée, ce qui la chagrinait beaucoup.

A noter encore : le tournage des extérieurs en Afrique a été épique et compliqué, mais bien que rivales dans le film et de caractères très différents, les deux actrices étaient amies dans la réalité et se serraient les coudes. Elles le sont restées jusqu'au bout. Ava était d'ailleurs régulièrement invitée à Monaco, même si après quelques verres, elle préférait laisser ses bijoux et ses chaussures sur le rocher pour aller danser avec les gitans à la frontière italienne, conformément à son personnage de Comtesse aux pieds nus et à ses préférences dans la vie. Dire que le prince actuel de Monaco a du sauter sur les genoux d'Ava quand il était petit !


Répondre

De droudrou, le 15 mai 2015 à 07:15

Dire que le prince actuel de Monaco a du sauter sur les genoux d'Ava quand il était petit !

Jaloux !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0090 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter