Forum - Orfeu Negro - N'achetez pas l'ancienne édition !!
Accueil
Forum : Orfeu Negro

Sujet : N'achetez pas l'ancienne édition !!


De Impétueux, le 3 janvier 2006 à 17:46
Note du film : 5/6

A sa sortie, j'avais été émerveillé par ce film, ce déluge de couleurs, cette gaieté – y compris (et surtout ?) dans la misère -, ces filles ensorcelantes de beauté (j'étais précoce !), surtout cette musique surprenante à mes oreilles occidentales, samba et bossa-nova, à ces joyaux dansés du Carnaval de Rio. En bon lycéen frotté aux Humanités grecques et latines, la transposition du mythe d'Orphée m'avait intéressé et j'étais sorti de la salle la tête toute bouleversée de rythmes et d'exotisme.

Revu, le film retrouve sa vraie place de bon spectacle expansif et souvent mièvre, bien plaisant toutefois, et je confirme que les filles étaient bien belles et souvent très sexy.

Pourtant le DVD paru dans la funeste collection Ciné-Club est en dessous de tout : je m'accommode encore d'une image et d'un son non retravaillés ; je veux bien admettre que le film soit seulement disponible en version française, même si dans les dialogues, on perd beaucoup de cette chaleur si typique et maintenant si connue du lusitano-brésilien.

Mais ce qui ne va plus du tout, c'est que les chansons, omniprésentes, sont chantées en français, avec des textes et des voix d'une indigence à faire pâlir. Quand Breno Mello entonne "Matin, fais lever le soleil" avec la voix d'un sous-André Claveau ou que Marpessa Dawn vocalise comme une divette de sous-préfecture, c'est intolérable…

Il est vrai que, l'autre soir, je suis tombé, par la grâce (?) d'une chaîne de la TNT sur La mélodie du bonheur où l'admirable Julie Andrews débitait des nunucheries avec la voix de l'immortelle (ah ah ah !) Mathé Altéry ! C'est dire !

Je vote pour une nouvelle – et bonne – édition DVD.


Répondre

De Impétueux, le 11 avril 2007 à 15:47
Note du film : 5/6

Je faisais tout à l'heure mon rezzou périodique à la FNAC (ah ! que de délicieux nanars dont votre vieil oncle Impétueux va bientôt vous entretenir ici même !) et je tombe sur un DVD d'Orfeu negro tout nouvellement sorti des presses et non encore référencé sur notre site préféré.

Chic ! me dis-je ! Je vais pouvoir bazarder ma version immonde Ciné-club dont je vous parlais ci-dessus, où les chansons sont interprétées en français et dans des textes et avec des voix d'une cucuterie sans nom.

Patatras ! Que vois-je au dos du boîtier : Langue : français.

Ces chiens galeux nous refont le coup !

A quand la vraie version d'Orfeu negro ?


Répondre

De Impétueux, le 22 décembre 2008 à 17:44
Note du film : 5/6

Je me réponds (je me trouve bien seul depuis toujours sur le fil de cet excellent film, Palme d'Or à Cannes et Oscar du meilleur film étranger) pour célébrer avec bonheur l'édition en VOST d'Orfeu negro dont je pourrai enfin goûter sans agacement la merveilleuse partie musicale…


Répondre

De kfigaro, le 22 décembre 2008 à 19:26
Note du film : 5/6

J'ai moi aussi cette horrible édition française, quand j'aurais un peu plus de sous, je compte également chercher la VO, doit bien y avoir une Z1 quelque part pas trop cher… car c'est vrai qu'en français, les bossas ça ne le fait pas trop ! ;)


Répondre

De Impétueux, le 22 décembre 2008 à 23:00
Note du film : 5/6

J'ai dû mal m'exprimer, kfigaro, puisque vous évoquez une éventuelle Z1, dont je ne vois pas trop ce qu'elle pourrait nous apporter, alors que les éditions Potemkine, en partenariat avec la styliste Agnès B viennent de nous donner une très jolie édition en Z2 (23 euros à la FNAC). Il y a eu deux terrifiantes éditions, l'une chez la très médiocre et mal-nommée maison Ciné-Club, l'autre chez je ne sais plus qui qui proposaient des versions entièrement en français, y compris les chansons !!!


Répondre

De kfigaro, le 23 décembre 2008 à 09:12
Note du film : 5/6

Oui je le savais (je dirige un forum sur la bossa !) mais je pensais surtout au prix, en général et si on est malin, les éditions Z1 d'occasion sont souvent moins chères que certaines Z2 neuves (sauf les Criterion)…


Répondre

De Impétueux, le 31 janvier 2009 à 19:51
Note du film : 5/6

Et voilà que, par la grâce d'une édition enfin fidèle (c'est-à-dire en V.O.S.T.), Orfeu negro qui m'avait paru charmant mais mièvre et à qui j'avais mis un 4 de complaisance, en révérence à l'impression qu'enfant m'avait fait le film, voilà que j'ai passé un moment superbe, à m'enchanter de la musique prodigieuse de Antonio Carlos Jobim, de la frénésie de la foule brésilienne, de la beauté des filles (ô la sensualité de Mira (Lourdes de Oliveira), qui sera délaissée par Orphée (Breno Mello) pour Eurydice (Marpessa Dawn), ô Mira descendant en dansant les marches de la mairie où Orphée et elle viennent de déposer les bans de leur mariage ! un très grand moment !).

Je ne méconnais pas quelques balourdises de construction, le jeu des acteurs principaux, quand ils ne chantent ou ne dansent pas est discutable, et il y a, après la mort d'Eurydice, quelques longueurs jusqu'à ce qu'Orphée soit introduit dans une cérémonie de candomblé, étrange culte syncrétiste, qui fait de la transe sacrée un moyen d'atteindre l'au-delà…

Mais que d'images formidables par ailleurs ! De l'arrivée d'Eurydice à Rio qui se prépare fiévreusement à la fête, saisie en plongée du haut des gratte-ciel de la modernité aux séque(nces tragiques dans le dépôt des tramways, où elle est poursuivie par la Mort, séquences d'images de l'Enfer, dans de magnifiques tonalités rouge sang qui font songer que Mario Bava d'abord, puis Dario Argento ne peuvent pas ne pas s'être inspirés de l'éclairage de Marcel Camus ! Et puis le Carnaval, fastueux et étourdissant, sons, couleurs, ombres et lumières, danseurs animés par une sorte de ferveur sacrée…

Je songeais, d'ailleurs, en regardant cette étourdissante gaieté, qui éclate dès le générique, ce tourbillon de rythmes et de sourires, qu'au fur et à mesure qu'il entre dans la Modernité, produit de dégoûtants ersatz végétaux de pétrôle et devient une puissance émergente, le Brésil quitte notre imaginaire et se banalise presque ; toute ma génération a été fascinée – et depuis Orfeu negro précisément sans doute – par Manaus la baroque, Sao Paulo la footballeuse, Rio la sensuelle (et même Brasilia la glaciale) ; fascinée par Vinicius de Moraes, Joao Gilberto, Baden-Powell, par Nazare Pereira ou Gail Costa… par des mélodies magnifiques et des cadences inouïes… En Europe, on avait l'impression que tout le monde dansait tout le temps et si ce n'était sûrement pas tout à fait vrai, on voyait encore dans le chef-d'œuvre de Philippe de Broca une de ces vitalités éblouissantes qui donnaient d'irrésistibles envie de partir…

Sûrement y avait-il moins de drogue et de violence, sûrement le pays était-il du tiers monde ; n'empêche qu'il était de ceux qui faisaient rêver les adolescents de la pâle Europe… Aujourd'hui, il est aussi enquiquinant que tous les pays du globe…

Revoyons Orfeu negro !


Répondre

De kfigaro, le 2 février 2009 à 09:17
Note du film : 5/6

Ravi de lire un tel enthousiasme doublé d'une connaissance authentique de la musique brésilienne dans toute sa diversité (Gal Costa et co) et pas seulement de quelques clichés, si ça vous intéresse, je suis l'administrateur de l'unique forum français consacré à la bossa ;)

si le coeur vous en dit…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0048 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter