Forum - Madame Bovary - Une très belle adaptation du roman de Flaubert
Accueil
Forum : Madame Bovary

Sujet : Une très belle adaptation du roman de Flaubert


De vincentp, le 12 mai 2006 à 21:51
Note du film : 5/6

Une très belle adaptation du roman de Flaubert par Minnelli, qui dut ruser pour passer outre la censure de l'époque, celle-ci voyant d'un très mauvais oeil que l'on mette en scène une femme adultère. Pour contourner cet obstacle, Minnelli met en scène James Mason (Flaubert) à son propre procès, celui-ci expliquant doctement autant à la censure qu'aux jurés (et aux spectateurs) le sens de son roman.

Le roman faisant allusion implicitement dans son titre à la situation conjugale de l'héroïne, le spectateur est donc en droit de se demander comment cette situation est évoquée dans le film. Minnelli présente Madame Bovary comme un personnage complexe, selon ses termes "nerveux jusqu'au déséquilibre" et qui "agit sous l'empire d'une force instinctive". Cette vision se rattache peut-être à la vie privée de Minnelli de cette époque (qui n'a pas lieu d'être commentée).

Quoiqu'il en soit le film surprend quand il présente ce personnage dans une robe blanche somptueuse, plus adaptée à un contexte hollywoodien qu'au contexte de la campagne française du XIX° siècle.

A rééditer en coffret avec d'autres films de Minnelli de cette époque : par exemple "the clock", excellent film atypique sur le thème, cette fois-ci, de la construction d'un couple.


Répondre

De kim, le 1er juin 2006 à 15:49

Jennifer Jones illumine de bout en bout ce film somptueux et baroque, évoluant dans des toilettes signées Walter Plunkett, ce qui obligèrent les décorateurs à élargir la taille des portes, au vu de la largeur des crinolines de Miss Jones!

J'ai une prédilection particulière pour ce film, qui présente un portrait d'héroïne romantique guidée par la fatalité, se perdant désepèrement dans des relations adultères qui la saignent chaque fois un peu plus, et qui l'enlisent dans un marasme psychologique dont seule la mort semble la sauver.

Vincente Minnelli souhaitait Lana Turner,qui aurait certainement excellée. IL aura Jennifer Jones, dont l'image semblait moins redoutable que celle de la sulfureuse blonde, pour l'adaptation du roman déjà contreversé.

L'actrice avait déjà largement fait ses preuves dans les rôles passionnels et/ou costumés, et c'est avec un réel plaisir de la voir endosser un rôle, certes ingrat mais riche en composition, dans une mise en scène virtuose,d'une grande beauté formelle.

Pour ce portrait féminin, Minnelli utilise souvent les miroirs, soulignant la part introspective du personnage, et ses prises de conscience au moment où elle croise son reflet.

Van Heflin et Louis Jourdan ne sont pas en reste, le premier incarnant le mari en complet décalage avec l'idée du prince charmant, mais qui compose un homme d'une grande sensibilité, à contre-courant d'une Emma orgueilleuse, et le deuxième reflète à la perfection l'amant dont la beauté n'a d'égale que la lâcheté.


Répondre

De vincentp, le 1er juin 2006 à 21:09
Note du film : 5/6

Ce que vous dites est fort intéressant. Si vous avez vu d'autres films de Minnelli, n'hésitez pas à apporter votre pierre à l'édifice.


Répondre

De DelaNuit, le 23 août 2008 à 21:02
Note du film : 6/6

Bonne nouvelle pour les cinéphiles : parmi la vingtaine de titres de la toute nouvelle collection dvd Fnac (12 €), cette excellente Madame Bovary de Minnelli !

Mon souvenir le plus vivant du film est celui de la fameuse scène du bal et de la danse d'Emma / Jennifer Jones dans les bras de Louis Jourdan. Pour l'occasion, le compositeur Miklos Rozsa avait composé une valse inspirée de Ravel, tournoyant de plus en plus vite au rythme de l'action, et du grisement de l'héroïne vivant enfin (brièvement) son rêve romanesque.

Soudain prise de vertige dans son corset, la belle se pâme dans les bras du châtelain, lequel ordonne à ses laquais de jeter des chaises dans les portes vitrées pour les briser sur leur pasage, afin de faire entrer l'air dans la salle de bal…

Après avoir vu cette version de Mme Bovary, on ne lit plus Flaubert de la même façon !

A noter aussi : la présence de James Mason dans le rôle de l'écrivain français dans la scène d'introduction du film, évoquant le procès intenté contre l'auteur à l'époque pour avoir osé créer une héroïne si scandaleuse…


Répondre

De droudrou, le 23 août 2008 à 22:28

Là, Laurent, tu me donnes des envies !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.017 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter