Forum - Edvard Munch - Critique
Accueil
Forum : Edvard Munch

Sujet : Critique


De dumbledore, le 8 novembre 2005 à 10:19
Note du film : 6/6

S'il existe un cinéaste à la fois iconoclaste, passionnant et ayant à son actif la création d'un style narratif à la fois novateur et propre, c'est bien Peter Watkins. En quoi consiste cette forme de narration ? Dans l'intégration de la forme documentaire dans la fiction. Les films de Peter Watkins sont des films de fictions, avec un scénario, des comédiens, de la direction d'acteurs et des dialogues (pour le plus souvent) écrits. Toutefois, le réalisateur anglais recourt à tous les procédés propres aux documentaires : voix narrative neutre, interview des personnages, regards des personnages à la caméra, signifiant parfaitement que la caméra est dans "leur réalité" un objet étranger. Chaque regard caméra dans le cinéma de Peter Watkins a l'étonnant effet de rendre plus "réaliste" les personnages et la scène filmée.

Peter Watkins a utilisé ce procédé à des fins réalistes, jouant sur le trouble que peut engendrer ces "faux documentaires". C'est le cas notamment du célèbre Punishment Park et de La bombe. Dans ces deux cas, le réalisateur voulait jouer la carte du réalisme pour rendre son discours dénonciateur encore plus fort.

Dans le cas du film qui nous intéresse ici, Edvard Munch, la motivation est légèrement différente.

Le film raconte l'histoire du peintre Edvard Munch. Le réalisateur tente de montrer comment la vie personnelle du peintre, son milieu d'origine et ses amours ont pu influencer son travail artistique. Si on suit chronologiquement sa vie, la narration peu à peu ne cesse de revenir sur les souvenirs traumatisants de Munch : que ce soit la mort de sa mère ou de sa sœur de tuberculose, que l'impuissance de son père médecin qui prie Dieu faute de pouvoir guérir.

La technique narrative de Peter Watkins permet d'aller bien au-dela de la chronique somme toute assez classique et vite ennuyeuse. La voix narrative très présente permet d'aller plus loin que le simple récit, il permet d'offrir une analyse poussée des toiles, aussi bien de la technique de peinture que de proposer des ponts entre les évènements qu'a connu Munch et comment ces évènements transparaissent dans son œuvre.

Démarrant au fond comme une chronique, le film devient un réel documentaire, offrant non pas uniquement de l'émotion mais également des informations et des révélations pour les néophytes sur l'œuvre du peintre. Les parties consacrées à la peinture sont particulièrement réussies, notamment celle traitant de "la jeune fille malade".

"Le Cri", tableau le plus connu de Munch est traité par Peter Watkins à grande vitesse. Peter Watkins évite ainsi le cliché et le sensationnalisme. Encore une fois, on ne peut qu'être reconnaissant à ce courage. C'est là le meilleur moyen d'éviter le cliché et la réduction du peintre à une seule toile, sa plus connue, alors que sa vie comme son œuvre sont bien plus intéressantes que cela…

A l'heure où les "docu-fiction" ont le vent en poupe, il serait de bon goût de regarder de nouveau (ou de découvrir) les films de Peter Watkins


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.023 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter