Forum - A History of Violence - Un des très grands films de cette année 2005
Accueil
Forum : A History of Violence

Sujet : Un des très grands films de cette année 2005


De Duel, le 7 juin 2005 à 15:28

Ed Harris est définitivement l'un des meilleurs acteurs des années 80 et 90.Même s'il joue souvent des seconds rôles, il leur apporte une complexité et une vérité extraordinaires.En fait, on peut résumer son jeu en un mot :intensité. Qu'il descende au fond des océans(Abyss) ou qu'il tourne en orbite autour de la terre(L'étoffe des héros),il est toujours crédible.Il a également une aptitude remarquable à jouer les "bons" comme les "méchants": flic amoureux(Lune rouge), flic attendrissant(Les peins pouvoirs), bon père de famille (Ma meilleure ennemie) ou alors caîd du racket(Les anges de la nuit),sniper allemand(Stalingrad) ou général rebelle(Rock).Bref un acteur complet, qui a aussi montré avec "Pollock" qu'il pouvait passer de l'autre côté de la caméra avec un égal succès.


Répondre

De vincentp, le 6 novembre 2005 à 00:00
Note du film : 6/6

« A history of violence » pose de façon magistrale le problème de la part de bestialité qu'il peut y avoir dans chaque être humain, et dont la principale manifestation extérieure est la violence.

Pour certains individus, tels que les malfrats du film, cette violence est à fleur de peau et a pour conséquence leur immédiate marginalisation sociale, et à plus ou moins long terme la remise en question, pure et simple, de leur existence.

Pour les individus ordinaires tels que celui interprété par Viggo Mortensen, cette violence est au contraire enfouie sous un verni social, mais elle peut ressurgir à n'importe quel moment, au gré des circonstances, et est aussi un facteur possible de marginalisation pour ces individus (comme le fait remarquer le personnage joué par Viggo Mortensen à son fils).

Cronenberg analyse brillamment les ressorts psychologiques qui alimentent la violence : jalousie, cupidité, orgueil, auto-défense, harcèlement moral et physique… Il analyse aussi son impact sur l'individu : jouïssance, remords, angoisse, altération de la libido…

La mise en scène de Cronenberg, metteur en scène sans nul doute aujourd'hui au sommet son art, est particulièrement impressionnante. On peut être admiratif -entre autres- par la maîtrise narrative, et aussi par la sophistication et la perfection des éclairages intérieurs.

Il faut noter aussi que Viggo Mortensen est parfait dans son rôle, apportant de subtiles nuances à son personnage, au fil de l'évolution de celui-ci tout au long de l'histoire.

Le scénario, l'interprétation, la BOF étant à la hauteur des points déjà cités, on peut affirmer sans se tromper qu'il s'agit-là d'un des meilleurs films de cette année 2005.


Répondre

De à propos de History of Violenc, le 14 février 2006 à 11:58

Je suis surpris de ces concerts de louange et du manque de regard critique envers ce film.

Car soyons clair : ce film est un des plus surrévalués de ces dernières années.

Regardons-y attentivement : finalement tout est bien blanc et bien noir. Les méchants sont des infâmes salauds qui n'ont que ce qu'ils méritent. Il n'y à qu'à voir le début : le plan montrant le méchant tuant la petite fille est d'une rare calamité. On achève de rentrer dans l'esprit du spectateur que ces méchants sont horribles, qu'ils s'attaquent sans scrupules envers les plus innocents. Donc finalement, le héros a tous ses actes justifiés, on ne se pose même pas de question.

Ah si, il a un passé. Mais bon, il a eu raison de couper les ponts, son frère n'est lui aussi qu'un horrible salaud qui fait dans divers traffics. Mortensen a bien fait de changer de vie et de se construire une jolie petite famille. Et bien fait pour son frère et ses acolytes ! Amen.

Non mais on dirait des films de Bronson. Le thème du passé dont on ne peut se défaire est archi-éculé. Tout les actes sont justifiés, un peu comme dans un Joel Schumacher : les méchants doivent crever, le héros doit protéger sa famille à tout prix. Bref, de la psychologie hollywoodienne.

Pire qu'un Bronson même, Mortensen traverse le film tel un superhéros sans égratignure. Aucun second degré. Aucune complexité. Tout est fait pour conforter le spectateur dans ses sentiments, dans son empathie envers certains et dans son antipathie envers d'autres.

Le pire c'est que je ne lis pas de critique !! Toute le monde aime, tout le monde crie au génie avec les mêmes arguments qui servent à "détruire" des nanards de seconde zone.

Je vous en prie, regardez attentivement à nouveau ce film. Réfléchissez bien à ces aspects. Sortez dela douce ambiance de confort qu'on vous insuffle. Cherchez les aspects complexes, vous ne les trouverez pas. Si seulement on apprenez que Mortensen était un ancien tueur d'enfant, alors là oui, on aurait eu un film puissant avec de vrais capacités de réflexion, de vrais enjeux. Mais là, c'est le calme plat, une linéarité à faire pâlir d'envie les pire faiseur dHollywood. Et le pire, c'est que tout le monde n'y trouve rien à redire !!!


Répondre

De vincentp, le 14 février 2006 à 21:30
Note du film : 6/6

T'es qui toi ?


Répondre

De PM Jarriq, le 12 mars 2006 à 11:29
Note du film : 6/6

Grand film, probablement le plus maîtrisé et subtil de Cronenberg, qui brosse un portrait saisissant de la violence . Joey a voulu la fuir, mais n'a fait que reculer pour mieux sauter : s'il veut effacer son passé, il faut encore passer par la violence, et la pire de toutes.


Répondre

De à propos du film bis, le 16 mars 2006 à 21:03

"La série des Death wish ne posait aucune question, ce n'était qu'un long réglement de comptes, dont l'exécuteur était montré de façon héroïque, et dont on ne pouvait qu'approuver les actes"

C'est exactement la même chose ici ! Légitime défense, infâmes salauds, brefs, tout noir et tout blanc. Je suis désolé, mais il n'ya absolument AUCUNE complexité !

"Reculer pour mieux sauter"…le passé qui rattrape c'est de la plus pur thématique de base au cinéma. Je ne vois vraiment pas où est la nouveauté vu le traitement archi-simpliste de la chose : la rédemption impossible car on est toujours rattrapé par son passé, ouvrez vots programmes TV, il y en a une bonne demi-douzaine par semaine, rien qu'en téléfilm ou en mauvaise série.

Arrêtons de faire tout un plat sur le sexe, Eros et Thanatos c'est vu et revu depuis des centaines d'années. A ce moment là, le Malko Linge de SAS qui a besoin "comme toujours de faire l'amour après avoir frôlé la mort", c'est du même ressort. D'ailleurs ça l'est effectivement, "History of Viloence" est un film de gare, comme il y a des romans de gare (on passe un gentil moment sans trop réfléchir, on est rassuré par tous les stéréotypes qu'on connaît, etc, etc…)

La complexité du fils ? Mimétisme de base. Car comme par hasard, le fils était un peu froussard, poursuivi par des méchants étudiants comme on les imagine, fidèles à tous les stéréotypes. Encore une facilité parmi tant d'autres.

Je suis vraiment abasourdi devant ce manque de discernement et d'esprit critique…


Répondre

De Freddie D., le 17 mars 2006 à 08:55

Abasourdi surtout, qu'on puisse avoir une opinion différente de la vôtre ?


Répondre

De lych666, le 27 mai 2006 à 11:27
Note du film : 4/6

Je ne dirais pas que ce film est mauvais, mais je ne le trouve pas extraordinaire non plus, je ne comprend pas vos 6/6… La présentation de la petite famille parfaite au début du film est trop dans le cliché pour être honnête, alors forcémment, il faut que tout cela se dégrade dans la violence… Je ne trouve pas l'idée très originale et la psychologie n'est pas si profonde que vos messages semblent l'affirmer.

Je pense que ce film permet de faire de la violence justifiée, limite jouissive pour le spectateur ( exemple: créer le personnage du jeune baseballer tête à claques pour mieux pouvoir lui casser la gueule).

Moi, je n'ai rien contre les films violents, je dois même avouer que j'apprécie cela au cinéma car je prends la distance nécessaire. Par contre je ne comprends pas pourquoi ce film a été encensé par les critiques… Parce que la violence est justifiée? les scènes violentes sont très choquantes je trouve (bruits de craquement, têtes éclatés montrées en gros plan), mais un film comme History of violence sera considéré comme un chef d'oeuvre et un film comme Kill Bill ne sera considéré juste que comme une succession de violence gratuite… La violence dans Kill Bill semble bien plus irréelle que dans History of violence, elle est donc moins choquante… Mais du fait qu'elle soit en abondance et tourné à la dérision, cela choque plus qu'un film comme history of violence… Alors qu'est ce qu' il faut pour qu'un film violent soit dans les règles? toujours tout justifier par une morale où par des événements chocs? Ne pas en rire?.. La violence ne peut pas se justifier… Ne soyons pas Hypocrites…Apprécions ou n'apprécions pas la violence au cinéma telle qu'elle est et arrêtons donc de faire des histoires…

Non décidemment,pour ma part, ce n'est pas le meilleur film de Cronenberg,même si l'interprétation est impeccable, je préfère de loin Spider ou encore le festin nu.


Répondre

De vincentp, le 27 mai 2006 à 14:13
Note du film : 6/6

Je constate que ce film a été très diversement apprécié. L'excellente revue de cinéma "Panic", numéro de novembre 2005, par le biais de Jean-Baptiste Thoret va dans le sens que tu exprimes.

Quelques extraits : " facture impersonnelle de l'ensemble, on peine à saisir ce que raconte au fond le film de Cronenberg, ou plutôt ce qu'il apporte de nouveau à la réflexion sur la violence (…]. Le concert de louanges qui accompagna le film lors de sa présentation à Cannes a donc de quoi laisser pantois."

Pour ma part, j'ai apprécié le film car, outre les arguments développés par ailleurs, j'estime qu'il est très bien construit, et de mon point de vue d'une envergure supérieure aux autres films de Cronenberg, ses grands classiques des années 80 ou ses films plus récents tels que le festin nu ou existenz, et qu'il permet à Cronenberg de sortir avec bonheur de son ghetto de genre, dans lequel il commençait à tourner en rond.


Répondre

De lych666, le 25 octobre 2006 à 20:31
Note du film : 4/6

En réponse un peu tardive au message de Vincentp, je vous promet que je revisionnerai ce film non dénué d'intéret évidemment. Une deuxième vision dans des conditions meilleures me permettra peut-être de réhausser ma note. Je voudrais juste ajouter, sans vouloir trop jouer sur les mots, que le style de Cronenberg est justement ce qui donne de la valeur à ce film qui aurait pu être qu'une série B tranquillement chiante et banale,je ne pense pas qu'il soit sorti totalement de son "ghetto de genre", et que c'est ce qui fait la force de History of Violence.


Répondre

De Impétueux, le 30 mars 2009 à 19:18
Note du film : 3/6

J'ai découvert le film qui passait sur France 2 hier à la télévision et, sans m'être le moins du monde ennuyé (fort amateur de violence, j'ai été servi, et au delà, par certaines scènes remarquablement sauvages), je vois mal ce qui pousse des amateurs aussi distingués que Vincentp et PM Jarriq de placer History of violence sur un piédestal.

Je conviens volontiers que ce n'est pas de la production courante, que les personnages sont intelligemment présentés, intéressants, que le rythme est remarquable et que c'est fort bien interprété, notamment par Viggo Mortensen que je croyais confiné en héroïque Aragorn ; mais ça manque tout de même un peu de subtilité et, finalement, ça rejoint, à mes yeux assez peu connaisseurs, les éternels dézingages de gangsters d'Outre-Atlantique. Je lis, dans la chronique écrite par AlHolg en 2006, que c'est adapté d'une bande dessinée : ça me permet de mieux comprendre certains schématismes, certaines figures imposées du genre.

Il est vrai que je n'ai pas de dilection particulière pour Cronenberg, et que ceci explique peut-être cela : je me suis bien enquiquiné à Vidéodrome, j'ai bien moins apprécié le remake The Fly que La mouche noire (de 1958), j'ai failli mourir de rire à M. Butterfly, alors que ce n'était pas le but de l'auteur, je n'ai rien pigé à eXistenZ… et c'est tout ; on a, paraît-il comparé Cronenberg à Lynch… possible qu'il y ait des rapports, mais autant le second me fascine, autant le premier me laisse froid…

Enfin ! Mon 3 n'est pas tout à fait équitable, j'en conviens ; mais je n'irai tout de même pas jusqu'à 4…


Répondre

De PM Jarriq, le 30 mars 2009 à 20:08
Note du film : 6/6

Je conviens volontiers que ce n'est pas de la production courante, que les personnages sont intelligemment présentés, intéressants, que le rythme est remarquable et que c'est fort bien interprété

Bon… J'ai déjà vu des "mauvaises critiques" plus acerbes ! On est quand même grosso-modo d'accord. A quelques nuances près.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.071 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter