Forum - L'Arnaqueur - Critique
Accueil
Forum : L'Arnaqueur

Sujet : Critique


De dumbledore

Attention chef d'œuvre ! Pour plusieurs raisons. D'abord parce que le film est novateur pour l'époque (1961) : film tourné à New-York et non pas à Hollywood, présence d'une narration originale avec une séquence pré-générique, de scènes très longues, de personnages qui sont tous des anti-héros, etc.

Au-delà de cette mise en perspective, il reste un film puissant, avec une thématique forte et originale : le talent ne fait rien sans caractère, sans personnalité pour la sublimer. Sinon, on n'est rien d'autre qu'un loser. Loser comme on en a peu vu au cinéma, et thématique combien intéressante : non pas un raté, nul, puant, mais quelqu'un qui a toutes les cartes entre les mains, mais qui ne sait pas en profiter. Terrible…

Derrière tout cela, une idée simple : le talent, c'est justement la valeur demandée, reconnue par une culture superficielle. Un peu plus loin, pointe une critique sociale : gagner, perdre, n'est finalement que secondaire (même si reconnu comme primordial, surtout dans la société américaine), l'important, c'est le caractère, l'être. Dit comme ça, c'est un peu naïf, simpliste et évident, mais à travers le parcours terrible d'Eddie, c'est tout autre. Gamin au début du film, il devient adulte à la fin du film: passant à travers une relation amoureuse, une castration d'un imaginaire de toute puissance (scène des pouces !) et surtout l'affrontement avec une figure paternelle. La traversée de ce désert de l'humanité est bien évidemment coûteuse, d'une manière narcissique, d'une manière amoureuse…

Robert Rossen fait preuve d'une maîtrise et d'une intelligence remarquables. Sa mise en scène est d'abord très fine, avec une lumière très rusée, un sens du cadre très poussé. Mais c'est surtout son travail sur le scénario qui est impressionnant, les choix effectués : mettre le billard au second plan et raconter d'abord une histoire de personnages, oser aller loin dans le cynisme, des personnages très campés sans être pour autant caricaturaux: Paul Newman minaude avec conscience et fait évoluer son personnage vers une certaine dureté, une simplicité aussi. Piper Laurie incarne un personnage très compliqué, réussissant à donner des facettes et une gamme à son personnage, allant de la pure dépression à une énergie de vie. Et puis surtout, il y a Patton, c'est-à-dire George C. Scott, terrible dans ce personnage indifférent à toute idéologie, tout rêve, tout désir, avec même plus l'envie d'argent, un personnage troublé face à un Paul Newman trop vivant pour ne pas lui être insupportable.

Scorsese est sans nul doute un fan de ce film. Certes, il a fait La Couleur de l'argent reprenant le même personnage d'Eddie, mais même son Raging Bull n'est pas sans faire penser à ce film, avec le même personnage de "loser"…


Répondre

De jeff94, le 22 septembre 2015 à 02:17
Note du film : 5/6

Un des meilleurs roles de Paul Newman,l'atmosphére des salles de billard trés bien restitué on se laisse enmener ,Jackie Gleason vrai champion de billard nous fait des démontrations époustouflantes ,le couple Piper Laurie et Newman fonctionne a merveille ,un petit bijou du cinema a ne pas manquer.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0086 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter