Forum - Trainspotting - Indispensable !
Accueil
Forum : Trainspotting

Sujet : Indispensable !


De vincentp, le 21 juin 2005 à 22:04
Note du film : 6/6

Mise en scène prodigieuse, qui réussit l'exploit d'intégrer dans un même film drame pur et comédie loufoque. Portrait à la fois lucide et amusant de la société britannique…

 

Répondre

De fredouille1211, le 23 novembre 2005 à 16:38
Note du film : 6/6

La roman d'Irvine Welsh est paru en 1992 et devint rapidement un livre culte. on peut lire, sur l'édition anglaise, ces mots respirant l'autosatisfaction : "deserves to sell more copies than the Bible".

Il fallait absolument adapter cette oeuvre au cinéma, et ce fut fait, et en plus par des gens qui savaient instinctivement le potentiel qu'elle recelait. Le team Danny Boyle (réalisateur), John Hodge (scénariste), Andrew Macdonald (producteur) et Brian Tufano (directeur de la photographie), qui avait déjà frappé fort en 1994 avec le thriller noir Petits meurtres entre amis, se surpassa avec Trainspotting. Le film fut l'un des évènements cinématographiques de l'année 1996, le premier film brit-pop accompagné d'une campagne publicitaire dont les affiches ressemblent à celles des concerts.


Répondre

De fretyl, le 24 octobre 2020 à 09:29
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Pourquoi ne pas reconnaître le chef d'œuvre devant ce film deboussolant, actuel, sans doute éternellement… Comédie psychologique qui mérite plusieurs visionnages pour en saisir ce qu'il peut y avoir de plus pire à voir.

J'avais longtemps entendu parler de ce Transpotting, l'idée de le voir ne m'effleurait pas l'esprit jusqu'à avant hier.

Humour noir ignoble, pessimisme… Vengeance, trahison, sexe y sont traités sans dentelle !

Les interprètes sont parfaits. Le drame qui dépasse la comédie y est absolument tragique. Un final de bonne humeur.

Ils ont osé faire ce film ! Pourquoi ne pas oser reconnaître le chef d'œuvre sur des gens déplaisants et qu'on suit pourtant jusqu'à leurs descentes aux enfers.

On pense un peu à Scorsese et à ses Affranchis.

Le film est malin, sournois, écœurant, parfois léger.

Rien de bien grave finalement. Mis à part des titres de faits divers réguliers. Le passage du paradis à l'enfer. Puis le présent, la réalité qu'ils ne veulent plus affronter. Et puis oui la société britannique est finement décortiquée.

Un film très réactionnaire, méchant et malin.

Fascination, fascisme… Tout s' englobe dans cette merde


Répondre

De Impétueux, le 4 août 2023 à 16:55
Note du film : 3/6

Loufoque ou malin, comme on l'a écrit ? Diable ! Je n'ai pas vu ça du tout dans un film qui n'est ni inutile, ni inintéressant, mais que j'ai trouvé glaçant, répugnant et même souvent dégueulasse ; appréciations qui ne signifient évidemment pas que je regrette de l'avoir vu, mais qui me laissent perplexe sur le succès critique et public qu'il a rencontré, surtout auprès des Anglo-Saxons il est vrai. La laideur des villes britanniques doit avoir un rapport avec ma méfiance, mais ce n'est pas tout. Les films de Ken Loach (Moi Daniel Blake) ou de Shane Meadows (This is England) m'ont bien davantage touché. Et que dire de ceux de Peter Cattaneo (The full Monty) ou de Mark Herman (Les virtuoses), donc !

Trainspotting est sale, crapoteux et foutraque. Vous me direz que c'est bien là ce que veut montrer le réalisateur : le monde de la violence, de la drogue, de l'alcoolisme, du dégueulis humain. J'en conviens parfaitement et c'est pourquoi mon appréciation est plutôt positive. La crasse, le désordre institutionnalisé, la merde qui déferle, les regards hallucinés des junkies, l'inutilité de leurs vies, d'abord. Puis les refoulements, frustrations, névroses qui accompagnent la consommation de toutes les substances fourrées (on me comprendra), avalées, injectées, inoculées. Tout cela est absolument répugnant et on peut donner crédit à Danny Boyle de ne pas montrer ces ravages avec la complaisance que pouvaient avoir jadis les milieux hippies (voir More de Barbet Schroeder).

Vraiment rien ne manque à l'abjection alors même que les drogués ne cessent de beugler que Tout est moins bon que l'héroïne et qu'Il faut se donner à fond à la came. On ne peut pas reprocher au réalisateur d'en faire la publicité, c'est déjà ça.

Cela dit il me semble que le film n'a ni queue ni tête ; que les cinq ou six voyous n'ont aucune épaisseur, qu'on ne saura jamais comment ils se sont liés ; les familles n'ont aucune existence, on ne sait pas si des histoires singulières ont lié ces parasites et pourquoi ils sont ensemble, sans pourtant s'apprécier. C'est très froid, cauchemardesque et le récit progresse cahin-caha sans vraisemblance.

Comment le jeune Mark Renton (Ewan McGregor), sévèrement sevré par ses parents qui l'ont cadenassé dans sa chambre à Édimbourg se retrouve-t-il un peu plus tard agent immobilier à Londres ? Comment peut-il accueillir ses anciens compagnons de défonce ? Comment accepte-t-il de repiquer au truc ? Je veux bien admettre que la mentalité de ces anormaux est celle de types que je n'ai aucune chance de connaître, mais précisément le talent d'un auteur est de pouvoir vous faire entrer dans la caboche d'un personnage qui n'a rien de commun avec vous…

J'avais remarqué dans un film bien postérieur de Danny Boyle, un film de science-fiction qui s'appelle Sunshine le désintérêt complet du réalisateur pour la caractérisation de ses personnages.

Et ça se termine par un curieux et malsain happy end, où Mark Renton, qui a aidé ses camarades à fourguer un gros paquet d'héroïne à un demi-grossiste, ce qui leur a fait gagner 16 000 £, s'enfuit en empochant les trois quarts du magot, laissant un quart au niais Sud Murphy (Ewen Bremner). Et le voilà qui, s'éloignant du bourbier se prend à rêver de vie normale, faite d'un foyer, d'une famille, de dettes à payer, de soucis domestiques, de fuites d'eau, de pleurnicheries de bébé et tout ce que tout un chacun connaît.

Sale type.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0031 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter