Forum - Les Ensorcelés - Magnifique et lyrique
Accueil
Forum : Les Ensorcelés

Sujet : Magnifique et lyrique


De Pigeon Lane, le 14 mai 2003 à 13:48

"Les Ensorcelés" est au moins l'égal de "All about Eve", le film sur Van Gogh est sublime, mais le bon Vincente a quand même signé des monstruosités style "Le Chevalier des sables"…


Répondre

De Moonfleet, le 15 mai 2003 à 09:10

Des monstruosités, tu y vas peut-être un peu fort, ce film est en effet assez faible mais pour moi la filmo de Vincente Minnelli est l'une des plus parfaites de l'histoire du cinéma avec en point d'orgue le sublimissime "Chant du Missourri" :-)


Répondre

De Moonfleet, le 15 mai 2003 à 09:10

Je vote pour la sortie en zone 2 du film le plus lyrique et emporté sur le milieu du cinéma. Vincente Minnelli est un génie, qu'on se le dise  ;-)


Répondre

De JIPI, le 28 septembre 2006 à 09:26
Note du film : 5/6

Jonathan Shields est un jeune producteur ambitieux.

Programmé héréditairement pour gagner, il dispose d'un environnement plus ou moins soumis à ses intuitions professionnelles.


Les sujets et les comédiens ne manquent pas. Les films de troisième ordre pullulent dans cette industrie hollywoodienne farfelue des années cinquante.


Œuvres sans intérêts tournées à la va vite sont monnaies courantes. Le ridicule de certains scénaris ne tuent pas cette faune assoiffés de gloire se construisant lentement en traversant des contrées infestés de navets.


Certains comédiens sont excentriques qu'importe il ne servent qu'épisodiquement à l'avancée de la carrière d'un homme sans scrupules bâti pour l'environnement d'un travail ou l'on est encore debout à quatre heures du matin à cogiter sur les scènes à tourner dans la journée qui s'annonce.


Les relationnels de Shiels avec les producteurs, metteurs en scènes, comédiens et écrivains sont ambigus, construis uniquement sur l'ambition d'un seul homme. ils s'achèvent tous par la trahison.


Toutes ces personnes lésées rebondissent en faisant abstraction de leurs déceptions. Shiels est un bienfaiteur qui s'ignore. L'orgueil cicatrice ces blessés qui rebondissent en adoptant les principes de leur prédateur.


Pour dominer il faut rester libre et considérer les humains comme des éléments manipulables, le but est de se maintenir dans le métier accompagné d'une solide base financière conquise par les projets les plus fous.


Néanmoins certains esprits sont fragiles. Shields est obligé de se mouvoir intelligemment sur le terrain vaseux de la fausse protection afin de rassurer ses ressources principales de revenus.


Les années passent. Shields va mal, sa carrière de producteur est en chute libre, il a besoin de l'aide de certaines personnes trahies pour redécoller.


Faut-il se venger de ce personnage au cœur sec mais qui sans le vouloir a propulsé par une formation musclée des profils adaptés aux métiers réalistes du cinéma?


Ce huit clos ponctué de flash back ou chacun des quatre personnages revanchards relatent leurs relationnels raté avec Shields est passionnant.


Un véritable procès ou le rapport de forces s'inverse. Shields n'est plus un dominant, il est devenu dépendant de la faune qu'il n'a pas respectée.


Tout cela semble calqué sur le véritable cheminement du comédien de cinéma qui au début n'est rien puis se façonne une envergure suite à l'accumulation de ses déceptions professionnelles.


Les ensorcelés est un très bon film d'éveil sur ce territoire attirant malgré sa mauvaise réputation de nombreuses vocations.


Qu'en est-il aujourd'hui ? Le film est daté il est vrai par l'image négative de l'industrie de ces grands trusts et enseignes de cette époque obsolète ou tout le monde était un kleenex en puissance.


Répondre

De verdun, le 18 septembre 2012 à 21:02

Il y a des films comme ça qu'il ne faut pas revoir;

Je mettais Les ensorcelés au rang de plus grand film sur Hollywood mais aussi sur le cinéma en général.

Patatras ! En le revoyant en salles il y a peu je n'ai pas retrouvé l'enthousiasme que j'avais éprouvé il y a une dizaine d'années en le découvrant. Ce film m'est apparu brillant mais superficiel, attendu, mécanique et convenu… La magie s'est évaporée et je ne saurais trop expliquer pourquoi.

Peut-être qu'il s'agit d'un film m'ayant beaucoup surpris lors d'un premier visionnage et que lors de cette re-vision, tout effet de surprise s'est éventé. Mais alors, dans ces conditions, revoir tous les films produiraient une impression similaire.

Bizarre autant qu'étrange.


Répondre

De vincentp, le 18 septembre 2012 à 23:46
Note du film : Chef-d'Oeuvre

J'ai découvert Les ensorcelés après avoir vu auparavant, lors de la même après-midi, deux autres films de Minnelli. J'avais un petit peu souffert, apprécié le film mais sans plus. J'ai revu récemment en blu-ray Le chant du Missouri qui ne m'a pas plu autant qu'au cinéma. Le cinéma de Minnelli qui baigne dans un univers onirique sollicite sans doute fortement les émotions du spectateur. La fameuse "humeur" dont nous avions jadis parlé sur un fil joue sans doute beaucoup pour apprécier ou non l'oeuvre de ce metteur en scène.

C'est une oeuvre magnifique, à voir reposé, dans le cadre d'une rétrospective, et dans de bonnes conditions (copie de qualité, siège confortable, etc…).


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.015 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter