Forum - Le Crime ne paie pas - De la belle ouvrage ...
Accueil
Forum : Le Crime ne paie pas

Sujet : De la belle ouvrage ...


De Nadine Mouk, le 15 juillet 2019 à 18:46
Note du film : 4/6

(4,5/6) Une belle surprise de la part du maître de quelques oeuvres légendaires ! Peut-être souffre t-elle d'une certaine longueur mais c' est une jolie réussite. Ils étaient nombreux à fleurirent les films à sketchs dans ces années 60/70. Je pense à Histoires extraordinaires, Le Diable et les 10 commandements, la Française et l'amour, Les Amours célèbres, Le Bel Âge et tant d'autres… Le crime ne paie pas n'a certes pas à rougir d'une comparaison avec ses "collègues" de l'époque. Quatre sketchs, peut-être assez inégaux entre eux mais qui renferment chacun assez de talent dans l'intrigue qu'ils transportent et si bien soutenue par des acteurs de haut vol qui la défendent.

Le premier nous apparaît comme un opéra fantastique (quelle musique !), sous le regard acerbe et envenimé d'une Edwige Feuillère magnifique comme à son habitude. Quand ne l'a t-elle pas été ? Venise est l'éternel berceau d'amour où s'ourdissent quand même les vengeances des femmes amoureuses et trompées. Plane l'ombre des Borgia… L'amant succombera sous le châtiment de la belle éconduite et sous le déluge d'une musique semblant venue du ciel tant elle inonde de beauté la fin de cette première saynète. Mais Le crime ne paie pas ….Puis nous voilà à Paris, fin 19e siècle. La politique fait rage comme hier et demain. Voilà qu'on veut salir la femme d'un député communiste pour atteindre le communisme tout entier. Là, un Philippe Noiret de première donne la réplique à sa Michèle Morgan de femme bafouée dans son honneur. C'est une histoire un peu alambiquée, comme les raisonnements de notre ami Impétueux quand il abuse du whisky les soirs de canicule (sic). Michèle Morgan y est royale de dignité. Le communiste Hugues, Philippe Noiret reste "bonhomme" malgré l'adversité. Un peu trop au goût de sa femme qui prendra l'affaire à bout de bras, épurant et sanctionnant tous les auteurs de cette boue, prouvant….que Le crime ne paie pas.

Puis vient le sketch qui remporte mon adhésion. Une histoire bien diablolique ! Oh rien de bien nouveau mais si bien interprétée qu'il nous semble que c'est la première fois que l'on assiste à telle infamie. La Girardot doit se débarrasser de son mari et de son amant en même temps . Un scénario bien tordu, bien cagneux, dans lequel se meut de façon éclatante un Pierre Brasseur génial qui fera les frais de la haine de sa compagne dont il se croyait follement aimé. Bien fou qui s'y fie…Elle arrivera à ses fins la gueuse mais….Le crime ne paie pas

Enfin, une dernière (quel dommage !) histoire qui nous apparaît des plus intrigantes. Comment un homme mort à 18h, peut-il envoyer à sa femme un pneumatique à 19h ? C'est d'autant plus curieux qu'il comptait bien la trouver morte en rentrant. Alors intervient un Anglais que l'on attendait pas, un de Funès qui promettait beaucoup déjà. Deux ans plus tard, il suivait le corniaud à la trace…De nombreuses têtes qui apparaissent de façon fugace mais deviendront célèbres très vite : Michael Lonsdale, Christian Marin, Gérard Hernandez et surtout, mais célèbre elle l'était déjà depuis fort longtemps, une magnifique Danielle Darrieux, adorable dans un rôle de fofolle bien alcoolisée. Elle va échapper, sans jamais l'avoir su, à une mort fomentée par un mari qui se tuera accidentellement en mettant son forfait à l'oeuvre… Non: Décidemment, le crime ne paie pas

Aurenche, Bost, Jeanson, Narcejac, comment aurait-on pu passer à côté de cette perle ? Car je le redis, c'est vraiment une réussite ! Oury ne fait pas dans le parfait qui n'est pas de ce monde, mais il a prouvé qu'il savait faire ! La suite nous a confirmé celà. Mais ce n'est pas chose aisée que de passer d'un scénar à l'autre, d'une époque à l'autre sans se mélanger les pinceaux et s'égarer quelque peu. Mais fort de ses acolytes scénaristes, dialoguistes de choix, et surtout de cette pleiade d'acteurs magnifiques ou qui le deviendront très vite, il a conquit cette toison bien méritée. Le crime ne paie pas est une oeuvre qui ne doit surtout pas rester dans l'anonymat où elle semble être descendue. C'est grand dommage car de plus, outre les intrigues criminelles, elle nous offre une chronique de chaque époque différente assez interéssante. Le langage, les moeurs, sans oublier des décors formidablement vus. Le DVD est là mais il faut vanter encore et encore l'excellence de ce film. Je l'ai résumé en vitesse (parce que mes poussins me réclament) mais il vous faut absolument découvrir tous ces moments délicieux, surprenants, intrigants, dont je n'ai pas fais écho. C'est du bon. Du très bon ! Voyez le !


Répondre

De Commissaire Juve, le 17 juillet 2019 à 08:48

Je possède également ce film. Il est assez long et j'ai trouvé que le sketch de Edwige Feuillère était le plus faible (une sacrée mise en bouche). J'imagine que s'il avait été mis au milieu du film, les gens auraient parlé d'un "tunnel". Quant à le mettre à la fin, c'était "peut-être" le meilleur moyen de voir la salle se vider prématurément ! (on va dire que je suis mauvaise langue)

A titre personnel, j'ai une préférence pour les sketches de Michèle Morgan et de Danielle Darrieux. Mais celui de Annie Girardot se défend aussi.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0046 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter