Forum - Dragons 3: Le monde caché - Une nouvelle victime
Accueil
Forum : Dragons 3: Le monde caché

Sujet : Une nouvelle victime


De Impétueux, le 26 février 2019 à 19:59
Note du film : 0/6

Période de vacances scolaires. Il fait à Paris un temps si extraordinairement beau que tout le monde se félicite discrètement du réchauffement climatique. On se réjouit d'avoir avec soi et chez soi une grande petite fille de 7 ans, à qui on s'amuse d'apprendre des mots compliqués et inutilisables dans les cours de récréation (du type thuriféraires ou coquecigrues) et de lui enseigner la merveilleuse histoire de Jeanne d'Arc. Mais ça ne suffit pas et, après un passage tonitruant dans un jardin public à bonne dotation de toboggans et de manèges, on propose d'aller au cinéma.

Et là, il n'est pas question de ne pas aller voir Dragons 3 qui vient de sortir sur les écrans. On préférerait poursuivre la formation cinéphilique de la petite fille en lui passant, par exemple, Le château de ma mère, après qu'elle a découvert La gloire de mon père il y a quelques jours (la doxa nous obligera-t-elle bientôt à baptiser ces films La gloire de mon Parent 1 et Le château de mon Parent 2 ? Tout est possible, mais on va lutter !). Mais il faudrait s'asseoir devant la télévision alors que la salle de cinéma est toute proche…

Dragons 3 ? Voilà qui signifie qu'il y a eu Dragons et Dragons 2 ; l'idiot inquiet qui est au centre de moi-même se pose un instant la question de savoir s'il va pouvoir accéder à l'intrigue alors qu'il a raté les deux premiers opus de la série. Il doit y avoir des finesses, des raffinements, des subtilités qui nécessitent une connaissance minimale des prémisses et du déroulement de ce qui semble être une série à succès (on n'ose évoquer celles des Taxi et des Fast and furious). Mais enfin, il se répond qu'avec un minimum d'attention et compte tenu de l'âge moyen des bambins qui vont assister à la représentation, il devrait pouvoir toucher sa bille et saisir le gros du propos du réalisateur, au demeurant un inconnu de lui, Dean DeBlois.

Première surprise, à l'entrée dans la salle : il y a certes beaucoup d'enfants de moins de dix ans, mais aussi plusieurs adultes non accompagnés et même quelques couples. Qu'est-ce qui peut pousser des gens qui ont passé largement l'adolescence à aller voir ça ? Mystère insoluble.

De fait, lancé dans une sorte de jeu vidéo assez bien machiné – mais sans aucun rapport avec le cinéma, ni même le dessin animé – on saisit assez vite les tenants et aboutissants du propos : la lutte d'un groupe de Vikings amis des dragons contre des méchants agresseurs qui veulent débarrasser la Terre de ces créatures volantes et ignifères. Ça va à toute allure, ça bouscule et ça bascule, il y a de beaux décors, de ravissants couchers de soleil en images de synthèse et des personnages bien campés.

En suivant d'un oeil un peu distrait les cabrioles et trépidations du film, on commence toutefois à un peu réfléchir à l'idéologie qui sous-tend ce qui est proposé à nos chères têtes blondes. Et on la trouve assez détestable, finalement, sur deux de ses orientations.

La première est le désormais habituel basculement du statut de l'ennemi : de la même façon que, pour toutes les dernières histoires de vampires on est passé de la crainte et de la haine pour l'incarnation absolue du Mal à la pleurnicherie sur la pauvre petite victime jetée par une malédiction dont elle n'est en rien responsable vers l'apitoiement généralisé, de même ici on réhabilite les dragons, habituels objets de nos terreurs et adversaires privilégiés des héros de nos traditions. Saint Georges, Siegfried. et même Bilbo le Hobbit trucident à qui mieux mieux ces créatures de l'Enfer. Mais là, ce sont plutôt de braves bêtes.

La seconde est que les braves bêtes sont bien meilleures que les Hommes. Je n'irai pas tout à fait jusqu'à écrire que Dragons 3 est un manifeste de l'antispécisme mais je n'en suis pas loin : le méchant, le cruel chasseur de bestioles, Grimmel le Grave, le dit d'ailleurs très clairement en invectivant la petite tribu viking qui protège les sauriens : Vous mettez sur le même plan les hommes et les dragons. Et d'ailleurs la conclusion irénique du film est qu'un jour les dragons reviendront quand les hommes seront devenus sages.

Ce n'est pas pour demain la veille mais on reste tout de même confondu devant la niaiserie et la haine de soi qui émanent de ce salmigondis.


Répondre

De DelaNuit, le 6 mars 2019 à 13:22

La vision dualiste manichéenne du monde entre gentils chevaliers et méchants dragons n'est pas une fatalité. Ce formatage que nous ont laissé des siècles de christianisme n'est heureusement pas le seul constituant de notre culture… Dans les mythes gréco-romains, les serpents et dragons ne sont pas malfaisants, ils ont toute l'ambiguïté des forces de la nature qu'ils incarnent et si les héros les attaquent, c'est bien souvent pour s'approprier les trésors dont ils ont la garde et pas pour des raisons morales. Dans les spiritualités et mythologies orientales, le dragon est bien souvent un esprit protecteur ou simplement l'incarnation d'une fleuve, d'une rivière, d'une forêt…

Quand Merlin invoque le Dragon dans Excalibur, il invoque la force de la nature, qui n'a rien de malfaisant en soi. C'est d'ailleurs bien souvent la nature sauvage que représente le dragon dans les mythes anciens, et il s'agit pour le héros de dompter cette sauvagerie mais certainement pas de la détruire puisque cela reviendrait à détruire la nature.

Est-ce l'expression d'une "niaiserie" ou d'une "haine de soi" que délaisser un dualisme conflictuel (où la différence est combattue car diabolique) pour un dualisme de complémentarité (où la différence a sa place) du type yin/yang ? On n'est pas obligé de le penser.


Répondre

De Impétueux, le 6 mars 2019 à 19:16
Note du film : 0/6

On ne met pas sur le même plan les animaux et les hommes… même si on aime les animaux.

L'homme est sur Terre pour améliorer la Nature. Ce qu'on peut lui reprocher, c'est que trop souvent il la salope. Mais les pyramides, la Grande muraille, le Parthénon, Sainte Sophie, Versailles l'ont plutôt améliorée. (Et également le Chambertin, le foie gras, la poularde demi-deuil).


Répondre

De DelaNuit, le 7 mars 2019 à 10:06

Il ne s'agit pas de mettre sur le même plan les animaux et les hommes… Mais un peu plus de respect pour la nature et les animaux de la part des humains n'aurait pas fait de mal et nous permettrait de transmettre à nos enfants un monde dans un meilleur état.

En l'occurrence, pour ce qui concerne les dragons dont il est question ici, il s'agit d'être mythiques souvent capables de langage et d'une intelligence parfois même supérieure à celle des humains. Alors la distinction hommes / animaux dans ce cas…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0031 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter