Forum - Zabriskie Point - zabriskie point
Accueil
Forum : Zabriskie Point

Sujet : zabriskie point


De cloette, le 22 septembre 2004 à 18:47
Note du film : 5/6

toujours aussi enthousiasmant,la vallée de la mort,un refuge pour la vérité du corps et de l'espritt


Répondre

De Arca1943, le 23 septembre 2004 à 13:09
Note du film : 4/6

C'est même le plus faible Antonioni que j'aie vu, notamment parce que les deux interprètes principaux n'ont vraiment pas ce qu'il faut pour soutenir le poids du film. N'empêche, ça me ferait plaisir de l'ajouter à ma collection. Aussi grand cinéaste que piètre critique – "Pourquoi fais-tu ce petit cinéma?" demande-t-il à Dino Risi en… 1961 !


Répondre

De archibald, le 22 décembre 2004 à 11:22

ah les acteurs, je les ai trouvé bon!!

ptet pas aussi bon que dans les autres films du cinéastes, mais j'ai été pour ma part touché par leurs personnages!


Répondre

De Otarie, le 20 avril 2005 à 19:45

Salut, etant fan des Floyd, et ayant la B.O. en vinyle, je ne peu m'empêcher de demander a ce que sorte un DVD de ZABRISKIE POINT!!

Car j'ai eu le temps de regarder MORE sur arte mais pas ZABRISKIE POINT…


Répondre

De Nosata, le 14 août 2005 à 21:30
Note du film : 6/6

Voila j'ai pu voir les trois quarts de ce film lorsqu'il est passé sur arte il y a quelque temps (l'année dernière je crois) et je suis complètement tombé amoureux. Aujourd'hui je cherche à en acquérir le DVD mais j'apprend qu'il n'existe pas, je vote donc pour sa réédition ;-)


Répondre

De vincentp, le 27 août 2006 à 18:00
Note du film : 6/6

Il finira bien par être réédité ! Car il le mérite bien… Le début que vous avez loupé lorgne vers Faces de Cassavates, avec des personnages filmés en gros plans, un ton spontané, et des propos semble-t-il improvisés sur l'état du monde (propos un peu naïfs, mais les utopies ont le mérite de parfois faire avancer les choses). C'est aussi un film ambitieux et abouti (il faut admirer le talent d'Antonioni pour faire aboutir un sujet quelque peu "casse-gueule"). Un talent particulièrement évident lors des séquences finales. Un style novateur, adapté au sujet, qui mérite d'être découvert ou redécouvert. Et certainement un des films qui porte le mieux l'esprit des sixties. Moi, j'ai adoré…


Répondre

De Steve Mcqueen, le 16 mai 2010 à 18:45
Note du film : 1/6

Navré de ne pas partager l'enthousiasme d'Alholg, Vincentp, Arca, Archibald et Nosata….

"Au lieu d'approfondir le genre (qui a donné au cinéma de nombreux chef-d'oeuvre) dans le sens du baroque, de l'émotion ou dans tout autre sens, Antonioni se contente de l'illustrer avec componction, avec une gravité solennelle et glaciale qui impressionne beaucoup les spectateurs de festivals. Est-il nécessaire de voir les films d'Antonioni ?Peut-être faut-il en avoir vu au moins un, avoir observé au moins une fois cette parfaite glaciation de l'impuissance pour mieux apprécier le talent des vrais grands cinéastes, ceux de l'incarnation (Rossellini) ou ceux de l'abstraction Lang, Hitcock, etc….)"

Bien d'accord avec Jacques Lourcelles à propos de "Femmes entre elles". A mon sens, "Zabriskie Point" (un titre bien pédant et abscons, qui ne veut strictement rien dire….) est une "oeuvre" totalement obsolète, déjà démodée à l'époque de sa sortie. C'est un film d'une prétention et d'une bêtise abyssales. Le "scénario" (là encore, les guillemets s'imposent) tient sur un ticket de métro plié en quatre. Qu'on en juge : accusé à tort du meurtre d'un policier, Mark rencontre Daria, maîtresse d'un riche promoteur. Ils s'aiment mais Daria apprend la mort de Mark, tué par des policiers. Elle se rend dans un endroit sauvage, "Zabriskie Point" (ça veut rien dire mais c'est joli), près de la maison de son patron, qui explose lors d'un ralenti particulièrement gratuit. Mais attention, CELA EST SYMBOLIQUE ( je mets des guillemets pour souligner la grosseur des cables qui sous-tendent cette révélation) : "cela" symbolise l'explosion de sa vie suite à la perte de son amour….

On le voit, la subtilité n'est pas le fort d'Antonioni en général et de "Zabriskie point" en particulier…..Ce symbolisme exarcerbé est profondément ridicule à mon goût, d'une naîveté presque touchante tant elle n'est pas assumée. C'est particulièrement flagrant dans la "grande scène d'amour" (comprenez gigantesque partouze filmée n'importe comment) en plein désert, à l'esprit hippie post-huitard particulièrement ridicule et morceau de bravoure du film…..

Pour couronner le tout, Mark Frechette (dans le rôle de "Mark", quelle originalité dans le choix des prénoms !!) est d'une fadeur à toute épreuve et Daria Halprin (dans le rôle de "Daria", décidément….) est aussi belle que mauvaise comédienne. Quant à Rod Taylor, on se demande ce qu'il est venu faire dans cette galère…..

Du cinéma ni fait ni à faire, bêtement conceptuel, ésotérique et abscons.

Mais à mon humble avis, c'est toute la carrière du "maestro" qui est surestimée. "Femmes entre elles" ne vaut que pour ses actrices, le reste est nul. "L'avventura" est un monument d'ennui où Antonioni filme complaisemment la sculpurale Monica Vitti, "Blow up", sous couvert de réflexion sur le voyeurisme, érige l'Ennui en oeuvre d'Art et "Profession : reporter" ne vaut que pour Nicholson et son magnifique plan-séquence (soit quelques minutes de grace pour un pensum emmerd….au possible).

PS : je mets 1/6 parceque le désert est plutôt bien filmé.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.012 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter