Forum - Colette Renard - Colette Renard est morte
Accueil
Forum : Colette Renard

Sujet : Colette Renard est morte


De Impétueux, le 6 octobre 2010 à 23:14

Colette Renard, qui jouait le rôle de Clara, l'attentive et inquiète amie de Langlois dans le superbe Roi sans divertissement de François Leterrier est morte aujourd'hui.

Surtout connue pour être une – grande – chanteuse réaliste, dans la lignée des Fréhel, Damia, Marie Dubas et pour avoir interprété Irma la Douce, dans la comédie musicale de Marguerite Monnot (Avec les anges) qui n'a qu'un rapport indirect avec le film homonyme de Billy Wilder.

On est protégé par Paris
Sur nos têtes veille en personne
Sainte Geneviève, la patronne
Et c'est comme si
L'on était béni

Y a rien à s'dire
Y a qu'à s'aimer
Y a plus qu'à s'taire
Qu'à la fermer
Parce qu'au fond, les phrases
Ça fait tort à l'extase
Quand j'vois tes châsses
Moi ça m'suffit pour imaginer l'paradis
J'me débine, c'est étrange,
Avec les anges

Bon Paradis, Colette ! à bientôt !


Répondre

De Gilou 40, le 6 octobre 2010 à 23:57

Merci de cet hommage, Impétueux parce que, que ce soit dans les différentes radios ou sur internet, c'est à croire que Colette Renard n'a joué que dans Plus belle la vie, cette fange de connerie ou qu'elle n'a jamais chanté que Les nuits d'une demoiselle. Fi des millions de disques vendus, des tournées et des moults récompenses reçues à travers le monde, de ses débuts auprès de Brassens et des chansons éternelles qu'elle a créé au côté de Raymond Legrand, son mari. Fi donc de Le Marin et la rose, Mon homme est un guignol, l'Orphéon, Ils voulaient voir la mer et surtout, les musiciens… Non, non ! Pendant cinquante ans, elle a décliné le cunnilingus en je ne sais combien de métaphores. Et a commis quelques disques de chansons paillardes. C'est apparemment tout ce qu'elle a fait !

On vit dans un drôle de pays avec une drôle de culture entretenue par de drôles de personnes. Alors que:

Y avait une fois une rose Une rose et un marin Le marin était à Formose La rose était à Dublin.

Jamais au monde ils n'se virent Ils étaient beaucoup trop loin Lui n'quittait pas son navire Elle n'quittait pas son jardin.

Au-dessus de la rose sage Les oiseaux passaient tout le temps Et puis aussi des nuages Des soleils et des printemps .…

Qui va s'en souvenir ?


Répondre

De Impétueux, le 7 octobre 2010 à 20:19

Comme je suis sensible à votre évocation du Marin et la rose, une des plus étranges et les plus belles chansons qui se puissent…

Jamais personne ne suppose
Qu'il y ait le moindre lien
Entre le marin de Formose
Et la rose de Dublin
Et seul, un doigt sur la bouche,
Un ange beau comme un éclair
Jette, quand le soleil se couche
Des pétales sur la mer

Colette Renard était un grand talent…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0030 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter