AccueilMort de Gina Lollobrigida (1927 - 2023)
News

lundi 16 janvier
Ciné

Mort de Gina Lollobrigida (1927 – 2023)

Il y a exactement 50 ans que Gina Lollobrigida n'avait plus tourné et sa dernière interprétation, en 1973, a été pour un film qui n'a pas laissé la moindre trace dans l'histoire du cinéma, Roses rouges et piments verts de Francisco Rovira Beleta. Dieu sait pourtant qu'elle a marqué l'imaginaire des spectateurs des années 50 et 60, grâce à son absolue beauté et une allure princière et sensuelle tout à la fois.

Elle vient de disparaître, à l'âge considérable de 95 ans, ce qui est bien normal. Ce qui l'est moins, c'est que, spontanément, pour la plupart de ceux qui se la rappellent, les deux films qui viendront à l'esprit figurent deux des plus mauvaises productions du cinéma français de l'époque, Fanfan la tulipe de Christian-Jaque en 1952 et Notre Dame de Paris de Jean Delannoy en 1956 où elle tire pourtant habilement son épingle du jeu.

Mais comment ne pas la préférer en ragazza volcanique dans les deux films de Luigi Comencini, de 1953 et 1954, Pain, amour et fantaisie et Pain, amour et jalousie, aux côtés du marechale Carotenuto (Vittorio De Sica) ? Ou aussi dans les grandes productions étasuniennes, Trapèze de Carol Reed en 1956 où elle donne une sacrée réplique à Burt Lancaster et Tony Curtis ou dans Salomon et la reine de Saba de King Vidor, avec Yul Brynner.

Je suis bien loin d'avoir tout vu de la belle filmographie de Lollobrigida ; mais, au milieu de films de niveau très divers, il me semble qu'on peut avoir un regard très attentif pour La loi de Jules Dassin, en 1959, où elle est vraiment magnifique…

Impétueux

5 messages

Forum

SujetRéponsesDernier Message
Tout a une fin, même les belles femmes4Il y a 5 jours
Créer un nouveau fil de discussion

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0023 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter