Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

Tentative de la Hammer de sortir des sentiers battus


De fretyl, le 29 avril à 11:53
Note du film : 1/6

Aucune grande considération pour un film qui traite de sujets volontiers malsains. La folie, l'occultisme, l'inceste…

Effectivement le climat est pesant et aucun personnage n'est vraiment positif.

Le patriarche enferme sa fille et son fils dans les chambres de son château pour éviter un inceste, alors qu'il est issu d'une famille consanguine bourgeoise…

C'est souvent crade mais le final est très violent et tourne à la boucherie gore.


Répondre

De verdun, le 28 décembre 2018 à 16:52
Note du film : 3/6

1972. La plus fameuse maison de production du fantastique britannique tente de sortir de la routine en mettant sur pied Demons of the mind.

On retrouve ce qui a fait la renommée de la firme: l'action se situe durant la période gothique, les décors et les costumes sont soignés, la photo d'Arthur Grant est superbe, la mise en scène témoigne d'un soin irréprochable.

Mais on ressent une volonté tardive de faire quelque chose de différent de ce à quoi la Hammer nous a habitués. L'histoire s'écarte des habituels Dracula et Frankenstein ressassés jusqu'à l'excès. Il s'agit ici d'une malédiction familiale qui peut évoquer La chute de la maison Usher de Poe qui fait également intervenir l'occultisme. Un père de famille bouleversé après le suicide de son épouse tente de briser la malédiction. Il séquestre son fils (lequel assassine des jeunes femmes dans la campagne environnante) et sa fille et souhaite les faire guérir par un medium. Mais les choses n'évolueront évidemment pas dans le sens souhaité par le patriarche.

Le choix d'un nouveau réalisateur, l'australien Peter Sykes et de nouveaux acteurs témoignent également de cette volonté de renouvellement. En outre, nous sommes en 1972 donc l'érotisme et la violence sont davantage mis en avant.

Les démons de l'esprit est une tentative méritoire de sortir des sentiers battus. Mais hélas l'ensemble le choix d'une narration éclatée n'est pas très convaincant et rend l'ensemble confus et languissant. Un récit plus classique et efficace eût été préférable.

Dommage que Demons of the mind soit affaibli par les errances de son script car c'est une tentative de modernisation bienvenue qui distille un climat étrange et cauchemardesque à la fois.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0024 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter