Accueil
Voici les derniers messages de ce forum :

L'histoire d'une amitié


De vincentp, le 11 septembre 2016 à 18:50
Note du film : 5/6


5,4/6. Bonne surprise que Les quatre malfrats (1972) découvert aujourd'hui sur grand écran. Une musique de jazz soignée de Quincy Jones, une histoire adaptée d'un roman de Donald Westlake (auteur connu pour son univers fait d'humour et de fantaisie), des décors urbains new-yorkais très variés (vus du sol ou des airs), une mise en scène de qualité de Peter Yates. On aperçoit lors du vol en hélicoptère les deux jours jumelles du WTC, détruites il y a 15 ans exactement (programmation avisée de la cinémathèque), alors en cours de construction sur la presqu’île de Manhattan. L'histoire relatant les méfaits de quatre malfrats à la poursuite d'un bijou de valeur est certes classique mais l'oeuvre aborde avec brio des thèmes de société, et liés aux relations humaines. Sujet alors dans l'esprit du temps : une société montrée avec ses travers, ses organes de coercition (commissariat, prisons) ses individus louches ou un peu pathétiques, y compris du côté des forces de l'ordre, appliquant des consignes bureaucratiques ou délivrant des consignes inadaptées.

L'univers d'enfermement est décrit à travers des longues déambulations menées sur un rythme lent dans des couloirs interminables, et des portes ou des grillages. Des gardes invisibles à l'écran produisent une impression d'inhumanité. Dans cet univers pesant, quatre individus développent des relations professionnelles, sur lesquelles se greffent progressivement une amitié, et une complicité au quotidien. Robert Redford (parfaitement épaulé notamment par George Segal) incarne un être rationnel, intelligent, adaptable, mais aussi, secret, introverti, angoissé, névrosé, contenant à grand peine son stress. L'aventure en cours va le transformer… L'interprétation de Redford est fantastique, de bout en bout. Quel acteur exceptionnel, quel talent de composition ! Au crédit de Peter Yates : avoir tiré le meilleur de ses acteurs, avoir associé le spectateur aux émotions des personnages par les plans utilisés (les dernières séquences sont exceptionnellement réussies), avoir su le divertir et le faire réfléchir en même temps.


Répondre

De PM Jarriq, le 2 janvier 2009 à 16:23
Note du film : 5/6

Et maintenant, en hommage à Westlake, une petite sortie de The hot rock chez nous ?


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0036 s. - 6 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter