Forum - Lady Frankenstein, cette obsédée sexuelle - Avis
Accueil
Forum : Lady Frankenstein, cette obsédée sexuelle

Sujet : Avis


De nero, le 4 septembre 2004 à 03:21
Note du film : 6/6

Rosalba est tout simplement époustouflante dans ce film qui n'est peut etre pas un grand classique du cinéma mais dont l'un des rares mérites est de montrer le talent illimité dont la grande Rosalba faisait preuve quand il s'agissait d'incarner des roles de femmes tellement mystérieuses et sensuelles qu'elles deviennent fatales pour les hommes qu'elles aiment.Des actrices comme Rosalba , on n'en voit qu'une seule pendant toute sa vie.Et c'est la raison pour laquelle j'ai donné la meilleure note possible au film.FORZA ROSALBA!!!!!!!!!!!!!


Répondre

De Arca1943, le 11 décembre 2008 à 12:15

Tiens, un fan de Rosalba Neri ! Beauté fatale, en effet, mais – sans vouloir verser dans la provocation – il en existe d'autres. Disons… à un point équidistant entre Rossana Podesta et Edwige Fenech. Je viens de revoir son frais minois dans Angélique marquise des anges. Tout en tournant beaucoup de peplums, de westerns spaghetti, de gialli et de films érotiques, il lui est arrivé aussi de se retrouver du côté de Rossellini (Era notte a Roma) ou Bolognini (Libera, amore mio).


Répondre

De kfigaro, le 11 décembre 2008 à 17:55

Superbe femme, je serais vraiment curieux de voir ça, je n'ai dû la voir que dans "Les grands fusils"…


Répondre

De Arca1943, le 11 décembre 2008 à 19:55

Début en fanfare dans un rôle modeste mais mémorable de Esther and the King. Sur cette Lady Frankenstein, j'ai plutôt l'intention de passer mon chemin (et sans doute me le reprochera-t-on amèrement, comme pour Holocauste 2000 !). Mais je reste en effet étonné du nombre d'actrices italiennes de ces années-là qui, bien que choisies parce qu'elles sont incroyablement belles, se révèlent, à l'usage, au moins capables de tenir leur bout au plan dramatique, sinon bien davantage. Une vraie pépinière ! Et une sacrée compétition, avec beaucoup d'appelées et peu d'élues, d'où la chute attristante de certaines dans les bas-fonds du cinéma bis… Rosalba Neri, je l'ai vue par exemple dans Libera, amore mio (elle était la femme de Philippe Leroy) et ma foi, elle était très bonne ! Ce n'est pas une grande actrice, on s'entend. Mais si je tombais, par exemple, sur Le Péché (Il peccatto, 1962) de l'Espagnol Jorge Grau avec Francisco Rabal et Gian Maria Volontè, eh bien, sa présence est un atout de plus ! Et puis quoi, elle a joué pour Roberto Rossellini, quand même…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0085 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter