Forum - Eve - La grande mascarade
Accueil
Forum : Eve

Sujet : La grande mascarade


De ttl, le 3 septembre 2004 à 21:35

Textuel, ce film vous lave les oreilles de toutes les niaiseries déjà entendues un soir de grande fatigue, vautrée dans le canapé, un paquet de chips à la main. Enfin une jubilation qui vous saute au cerveau !! Des phrasés à butiner en V.O.S.T., des grincements, des chuintements, des rictus, des poses qui enchantent et qui vous donne envie de vous lancer avec eux dans la bataille. La grande mascarade du monde hollywoodien mise à mal, les mécanismes d'ascension sociale disséqués et des dialogues percutants, intelligents qui vous enveloppent d'une onde bienfaisante. Un pamphlet sur l'illusion et la vérité brillamment servi par des acteurs investis.


Répondre

De PM Jarriq, le 18 novembre 2005 à 17:20
Note du film : 6/6

Une édition 2 DVD de All about Eve ? Grande nouvelle… Au fait, qu'y aura-t-il dans le second ? Une interview de Celeste Holm peut-être, la seule survivante du casting, qui doit avoir dans les 90 ans, maintenant. Pour l'admirateur bilingue du chef-d'oeuvre de Mankiewicz, il existe un formidable bouquin U.S. intitulé "All about All about Eve", consacré à la création du film, depuis l'écriture, jusqu'aux représentations de la pièce "Applause", tirée du film. Indispensable !


Répondre

De Impétueux, le 2 août 2008 à 20:14
Note du film : 5/6

Évidemment, pour qui le découvre – et c'est mon cas ! – Ève est un régal d'intelligence, de sophistication et de brio, une histoire cruelle contée avec une aisance époustouflante, où chacun des rôles (tous admirablement tenus) est nécessaire, où, malgré la durée (deux heures et quart), aucune image n'est inutile, où le récit se déroule dans une continuité, une fluidité très professionnelles…

L'insidieuse prise de possession par Ève (Anne Baxter) de la vie de Margo (Bette Davis) si peu vraisemblable qu'elle est, lorsque le mot Fin apparaît sur l'écran, est si bien menée, les soupçons et les méfiances qui s'accumulent dans l'entourage de Margo sont si habilement éveillés et conduits qu'on a vraiment envie de crier Bravo l'artiste ! à un Joseph L. Mankiewicz au sommet de son art, comme on le ferait à un prestidigitateur de génie…

C'est peut-être là, pour moi, que le bât blesse un peu : tout en admirant la structure, les dialogues, les acteurs, le cheminement de l'histoire, je ne suis pas totalement entré dans l'œuvre, la regardant un peu de l'extérieur, comme si, spectateur des coulisses d'un théâtre, j'en voyais les décors et leurs artifices… Ainsi cette élégance de mise en scène qui fait s'achever Ève sur l'image de la jeune fille Phoebé (Barbara Bates) aux dents qu'on devine interminables, malgré son adorable sourire, se parant dans un miroir la reproduisant à l'infini de la robe de scène d'Eve, comme celle-ci s'était auparavant parée de la robe de Margo : c'est spirituel et évident, même, mais c'est un procédé qu'on attendait…

Ayant dit mes (courtes) réserves, je m'empresse d'ajouter que c'est merveilleusement ironique et drôle, cruel de façon charmante ; les méchants y sont finalement malheureux, Ève, donc, et le critique fielleux et distingué, Adison DeWitt (George Sanders, dont je me demande si ce n'est pas le meilleur rôle, avec l'Alexander de Voyage en Italie), et l'amour conjugal résiste (à peu près) aux orages, qui sont d'autant plus forts que c'est là un milieu d'artistes, habitués à brûler la chandelle par les deux bouts…

Quelques remarques amusées :

  • Le film s'ouvre par la cérémonie de remise du prix imaginaire Sarah Siddons, qui, dit le commentaire ironique, est moins connu, mais beaucoup plus important que le Pulitzer, ou certain prix remis par une association cinématographique ; les électeurs des Oscars n'en ont apparemment pas voulu à Mankiewicz qui gratifièrent Ève de six récompenses !
  • Ce n'est pas le premier film, mais, peut-être un des premiers rôles où la jeune Marilyn Monroë a pu montrer son époustouflante beauté… Cela dit, elle joue déjà les gourdes décoratives, diplômée du Conservatoire de Copacabana, ce qui ne doit pas aller très loin, même pour qui aime le Corcovado…
  • Un amateur distingué du film pourrait-il me dire s'il a ressenti l'impression d'un clin d'œil un peu hardi du réalisateur, dans la scène suivante : Karen (Celeste Holm) et son mari, Lloyd Richards (Hugh Marlowe) sont bourgeoisement (et étasuniennement) couchés dans des lits jumeaux (le Code Hayes fonctionne un max, en 1950) ; le téléphone sonne : c'est une amie d'Ève qui, l'air affolé, dit à Karen qu'Ève ne va pas bien ; Lloyd, réveillé, décide d'aller la réconforter ; et c'est cette nuit-là qu'ils parleront jusqu'au matin et qu'Ève décidera Lloyd à quitter sa Karen. Je répète que les deux époux couchent dans des lits séparés. Mais, naturellement, l'appel au secours est un subterfuge, et l'amie d'Ève , après qu'elle a appaté Lloyd, raccroche avec un sourire pervers ; elle fait un signe de succès à Ève, qui attendait le résultat de la manigance, assise sur les marches de l'escalier (il y a un téléphone par immeuble, au rez-de-chaussée) et les deux femmes remontent les marches, enlacées… Est-ce qu'il n'y a pas une allusion sexuelle assez explicite ? Je livre ceci à la sagacité et à l'interprétation de tous….

Répondre

De vincentp, le 3 août 2008 à 00:02
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Parmi les grands rôles de Sanders, Scandale à Paris, peu connu mais il y excelle dans le rôle d'un margoulin cynique. Signalons son autobiographie : "mémoires d'une fripouille". Et son suicide peu ordinaire ou il laissa le mot suivant : "je vous laisse à votre cloaque" !


Répondre

De PM Jarriq, le 3 août 2008 à 09:37
Note du film : 6/6

Eve, lesbienne ? En fait, il est clair que Eve est prête à faire ce qu'il faut pour obtenir ce qu'elle veut. Donc, si pour piéger Karen, elle doit coucher avec la voisine, pas de problème !

Eve est un film quasi parfait, aux répliques inoubliables ("On se mérite l'un l'autre", dit Addison à Eve, après lui avoir envoyé une baffe mémorable), décrivant un panier de crabes terrifiant. Probablement le film le plus accompli de Mankiewicz, et pour Bette Davis, le rôle de sa vie.


Répondre

De Impétueux, le 3 août 2008 à 10:38
Note du film : 5/6

Oui, oui, je suis bien d'accord, PMJarriq, Ève n'est pas plus lesbienne que nymphomane, ou quoi que ce soit… ces choses-là doivent lui importer assez peu, et ce ne sont que des instruments qu'elle utilise en fonctions des circonstances…

Ce qui m'a amusé, c'est le contraste soudain entre la sage chambre des époux Karen et Lyod, ses lits séparés (pas même jumeaux !), son atmosphère tout sauf sensuelle, et précisément, la montée d'escalier presque tendre de deux jeunes femmes enlacées…


Répondre

De Azurlys, le 7 mai 2010 à 14:38

J'entre pour la première fois dans le dossier "Eve", de Mankiewicz, pour lequel j'ai une admiration profonde. C'est la maîtrise de l'image, de la mise en scène, de la direction de comédiens qui atteint son degré de perfection ! On peut voir et revoir cette œuvre, ce milieu douteux et artificiel des comédiens, du spectacle en général, où l'on donne en permanence des comédies drôles – enfin, pas toujours – le soir devant le public, et des drames cruels dans la vie ou chacun de surveille, s'envie, se déteste, déballe des promesses aussitôt oubliées, s'octroie mutuellement des félicitations flatteuses devant les caméras de la TV, pour mieux se vomir dessus dès les journalistes – complices – éloignés !

Il semble difficile, dans la construction d'un film, d'atteindre ce degré de finesse, de cruauté voilée dans la forme, et la rendre d'autant plus vive dans la construction dramatique ! C'est pétillant d'intelligence et de maîtrise. Du grand art ! Il me faudra revoir ce film superbe pour réviser quelques éléments soulevés ici, par Impétueux, notamment. Mais ses remarques sur le code Hayes sont exactes. Un invraisemblable règlement qui regardait les films à la loupe, avant leur sortie, écartait impitoyablement tous les plans qui n'étaient pas conformes à ses injonctions. L'on voit ainsi nombre de films dans lesquels la chambre à coucher des personnage est dotée de deux lits d'une personne, soigneusement écartés l'un de l'autre. Encore n'était-ce pas tout. iI ne fallait pas, au début du moins, que les deux protagonistes fussent couchés "ensembles", si l'on dire, "en même temps" conviendrait mieux. Il fallait qu'un seul des deux comédiens fut couché, et l'autre assis au bord du lit, une seule jambe autorisée à être dans le lit, l'autre condamnée à être à rester à l'extérieur, le pied posé au sol ! On croit rêver, et c'est rigoureusement exact ! Prenant appui sur le puritanisme étasunien, le code en question rejetait aussi toutes images qui comportaient des cuvettes de W.C. ! Hitchock brisera les interdits, déjà un peu dépassés, avec un aplomb sans nuance, dans "Psychose", dans la fameuse séquence de l'assassinat de la pauvre Janet LEIGH dans la baignoire.

Eve est une brillante démonstration de la duperie – qu'on retrouve, avec la même intelligence et le même regard ironique dans "L'Affaire Cicéron" – et de l'ambition, quasi hystérique. Solide rapport vaguement sado-masochiste – au sens intellectuel, bien entendu – entre la comédienne, déjà mûre, splendide Bette Davis, et cette petite ambitieuse, Anne Baxter, qui parvient à entrer dans le cercle des proches de l'actrice.

Dès les premières séquences il a des indices qui ouvrent sur l'affaire. Lorsque Eve, qui dissimule son identité à l'abri du pseudo Harrington entre dans la loge de la comédienne, qui semble avoir un caractère bien trempé, se démaquille devant son miroir. Miroir et maquillage ont leurs significations. Eve, sans oter son imperméable, s'assied, et conte une histoire à tirer des larmes. Margo Channing, démaquillée, déjà hors le rôle qu'elle joue, sent poindre l'humidité de ses yeux. Il y a là, à ses cotés, l'auteur de la pièce, son épouse, l'habilleuse (excellente Telma Ritter), et tous écoutent, pétrifiés, le récit poignant du fiancé d'Ève, tué lors du dernier conflit mondial. On est là, dans l'exacte inversion de ce qui vient de se passer, et annonce la suite : la comédienne démaquillée, l'auteur de la pièce et sa femme, l'habilleuse, deviennent le public devant celle qui ne brigue que de s'en extraire. Et c'est elle qui leur donne ici la comédie, en jouant sur les sentiments, qu'elle ne ressent pas, puisque ce "théâtre" ainsi inversé, fonctionne de la même façon que le vrai, en simulant des pauses, des attitudes et des sentiments. Et cela se passe à l'arrière du plateau, dans la loge. A l'extérieur de l'étroit habitable, le public est parti, le rideau tombé et les lumières éteintes. Le thème et la célébration théâtrale sont ici totalement à l'envers, tant dans le récit, la construction dramatique, que la place des personnages les uns vis-à-vis des autres. Excellent jeu de miroirs où tout est inversé.

Plus tard, on retrouvera Eve, face à un miroir – encore un, et qui annonce celui qui clôt le film – des coulisses pour se voir en pied avant d'entrer en scène, plaquant sur elle-même la robe de scène de Margo, et rêvant déjà de supplanter l'actrice. Surprise par l'arrivée inoppinée d'un personnage, elle recule brusquement, prise en défaut, comme une voleuse – alors que son geste aurait pu passer pour une gaminerie – voleuse, qu'elle deviendra bientôt en envahissant la place de Margo pour la lui prendre ! A la fin, elle subira le même sort, quand la jeune femme s'est introduite dans son appartement, et profitant de sa fatigue et de son sommeil, prendra à son tour le manteau de soirée d'Eve pour se toiser dans un miroir qui lui renverra mille images d'elle-même qui semblent ici symboliser l'étendue de ses propres ambitions.

Le film – tiré d'une pièce qui fut jouée à Paris il y plusieurs années, avec Véronique Jeannot et Line Renaud – n'est pas d'une vraisemblance à toute épreuve, mais son ironie, la peinture mordante de ce monde frelaté du théâtre où la gloire est inconstante, ne repose en fait que sur des écrans de fumée, qui trouvent ici un pendant aux illusions du spectacle. C'est un peu le thème du théâtre dans le théâtre, où la comédie, qui cache le drame, se retrouve coté scène et coté salle, comme l'on dit coté cour ou coté jardin.

Evidemment, on se trouve devant une extraordinaire galerie de comédiens : largement dominé par Bette Davis, Anne Baxter, Georges Sanders, suivis de près par les deux comédiens, Hugh Marlow et Céleste Holm, l'auteur de la pièce et sa femme – et enfin la superbe Marilyn, sont tous excellents !

C'est un film d'un rare intelligence, cinglant, glacé, croqué au vitriol, mais d'une séduction folle…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0065 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter