Forum - Les Garçons et Guillaume, à table ! - Bonne conscience
Accueil
Forum : Les Garçons et Guillaume, à table !

Sujet : Bonne conscience


De Impétueux, le 2 juin 2014 à 14:54
Note du film : 1/6

Oui, c'est évident, c'est visible et même, grâce aux médias qui lui sont vitrines et complaisances, Guillaume Gallienne a beaucoup de talent, de séduction, de charme et d'intelligence et il remplit et remplira les salles parisiennes avides d'acteurs de qualité avec qui se sentir connivent. Je ne suis pas sûr qu'il soit né à la bonne époque, le théâtre n'étant plus grand chose et le cinéma n'aimant plus beaucoup les acteurs (d'ailleurs, Gallienne est davantage un comédien qu'un acteur), mais ni lui, ni nous n'y pouvons rien : pour perpétuer sa notoriété, mieux eût valu qu'il fût concepteur de jeux vidéos ou dessinateur de super-héros à pouvoirs magiques, mais ça n'est la faute de personne si d'être sociétaire de la Comédie française n'a plus aucune espèce d'importance.

Guillaume et les garçons à table, adapté d'un spectacle théâtral à connotation autobiographique, a eu, grâce à la sympathie évidente dégagée par son auteur, un réel succès critique et public, remportant notamment plusieurs César, ce qui n'a pas d'importance, mais situe l'orientation de l'opinion dominante. Ce que j'avais lu sur le film le présentait comme un discours intéressant, intelligent, sensible, une façon subtile, drôle, nuancée, non militante de présenter un sujet sur l'identité sexuelle.

Ce n'est pas que ce thème soit une préoccupation majeure des acteurs de la société réelle, plus soucieux du chômage de masse, du terrorisme et de la violence, de la désindustrialisation, du déséquilibre des échanges mondiaux, du coût exponentiel des dépenses de santé, du vieillissement de la population dans les pays développés et d'une bonne cinquantaine d'autres questions autrement primordiales. Mais enfin, entre le boulevard Saint Germain et les quais de Seine, il est bien certain que la question du genre fait débat (comme on disait jadis aux Deux magots). Ce n'est que dans un certain milieu qu'on en vient à imaginer que l'un des fils de la fratrie, le troisième venu, ne peut être qu'homosexuel et être terriblement décontenancé qu'il ne le soit pas.

Ceci était la prémisse, qui n'est, après tout, pas moins praticable qu'une autre et permet même de sonner une joyeuse charge contre les préjugés, archaïsmes, ossifications, intolérances foisonnant ici et là. Un peu de parisianisme fluté compense de fréquentes grasses complaisances de faux terroir, du type Soupe aux choux. Encore faut-il que le discours du psychanalyste, qui passe relativement bien dans l'intimité d'une petite salle de théâtre, ne vienne pas gêner le spectateur de cinéma.

Que la maman de Gallienne, qu'il interprète, en double/miroir avec le même talent qu'il joue son propre rôle ne cesse d'évoquer son transit et qu'on la voie successivement assise sur la lunette des WC sous le regard de son grand benêt de fils, jurant et sacrant parce qu'elle a bu trop de thé et disant qu'elle s'est libérée dans un véritable Niagara, sortant, fantasmée, d'une cabine ad hoc lorsque Guillaume entre au pensionnat, dans un lourd bruit de chasse d'eau, qu'il fasse subir au spectateur un peu dégouté une séance de lavement administré par Diane Kruger, lors d'une cure, tout cela exhibe un rapport assez ambigu avec le pipi/caca qui ne me semble pas des mieux venus.

Tenons pour rien quelques séquences d'un comique minimaliste où le garçon se fait écraser les phalanges par un masseur colossal, qui, ensuite, lui démolit les vertèbres : ce genre de gag, qui faisait hurler de rire les amateurs des Charlots était tenu pour d'une vulgarité sans égale, dans leur contexte par ceux qui vous prient d'admirer le jeu fin de Gallienne hurlant devant cette brutalité : on est prié de s'esclaffer ! Et de la même façon, la visite d'incorporation militaire ne me paraît se distinguer en rien, dans l'esprit et la finesse, de celle que subit Ignace dans le film de Pierre Colombier.

Mais dire que le Roi est nu est toujours courir grand risque…


Répondre

De Steve Mcqueen, le 2 juin 2014 à 17:19
Note du film : 3/6

J'ai trouvé le film divertissant sans plus, mais j'ai la bizarre impression, à l'instar d'Impétueux, que Guillaume Gallienne, au demeurant talentueux, se sert du grand écran pour faire une psychanalyse. Un divan serait peut-être plus approprié pour parler de ses rapports troublés avec sa mère, plutôt que de les étaler avec sur certaine complaisance sur tous les écrans noirs de France et de Navarre.

Ceci-dit j'étais plié en deux lorsque Guillaume se fait surprendre par son père, déguisé en Sissi impératrice…


Répondre

De Tamatoa, le 2 juin 2014 à 20:57

Je vais un peu dévier du propos purement cinématographique, ami Impétueux mais tant pis  ! Quand vous dites que le cinéma n'aime plus les acteurs, vous avez entièrement raison ! Aujourd'hui le cinéma ne tient plus compte de leurs avis et les emploie comme des ouvriers-marionnettes. Aujourd'hui, les acteurs vont apparemment travailler sans plaisir et pour la gamelle. Il est loin le temps où un Gabin rectifiait le tir d'un Le Chanois ou qu'un Delon déviait quelque peu le génie de Melville pour notre plus grand bonheur. Le cinéma est mort et a fait place à de la gesticulation rentable. Quand vous dites qu' être sociétaire de la Comédie française n'a plus aucune espèce d'importance, là aussi, je vous rejoins, hélas. Molière n'est plus qu'un fantôme que quelques vieux nostalgiques du bon Français évoque de temps à autres. La comédie Française a peut-être un peu baissé les bras, par force, devant une époque qui se nourrit de textos, d'e-mails et parle le racaille, même dans les milieux favorisés. La maison de Molière a pourtant brillé de mille feux, propageant dans un futur qui n'est plus l'esprit lumineux de Versailles, la grandeur de Guitry et les textes d'une autre époque que des mineurs de mots aux noms prestigieux avaient déposé sur des écritoires de marbre et d'or. Molière ne porte plus perruque et s'est assoupi, d'accord.

Mais de grâce, ne dites pas que le théâtre n'est plus grand chose parce que vous n'y allez pas ! Le théâtre existe, vit, bouge, fait rire ou tourmente, parle, déclame, hurle ou murmure, mais il est et demeure parce que beau, magistral, splendide ! J'aime le cinéma. J'adule, je chéris, je glorifie, j'idôlatre le théâtre ! le théâtre n'est plus grand chose ?? Mais il reste la forme la plus éclatante de ce que peut faire un comédien ! Le grand saut dans le vide contre des dizaines de prises… Au théâtre, on joue, au cinéma, on a joué ! (Louis Jouvet). Vous avez eu, entre d'autres lieux, l'extrême amabilité de me faire partager votre passion pour la belle écriture. Pourriez vous me jurer que le beau texte que vous m'avez gentiment confié n'aurez plus aucun intérêt, lu par un acteur, sur une scène, dans le silence émouvant d'une salle qui écoute…


Répondre

De Impétueux, le 3 juin 2014 à 10:02
Note du film : 1/6

J'ai amplement, au gré de plusieurs occasions, exposé mon point de vue sur le théâtre ici. Je fais une synthèse que je vous enverrai sur votre boîte privée…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.011 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter