Forum - Ma pomme - Les airs de Paris ..
Accueil
Forum : Ma pomme

Sujet : Les airs de Paris ..


De Tamatoa, le 6 mai 2014 à 23:54
Note du film : 3/6

Ma pomme c'est d'abord une chanson du grand Maurice Vandair, à qui on doit Fleur de Paris et tel qu'il est et que Maurice Chevalier a fait sienne. Comme il fera sienne la fameuse Marche de Ménilmontant, également composée par Vandair et clé de voûte de son répertoire. Ma pomme, ritournelle qui vous rentre par une oreille et oublie malheureusement de ressortir par l'autre. Au même titre que les tous petits petons de Valentine. Le chapeau de Zozo n'échappera pas à cette règle. Ma pomme , Marc-Gilbert Sauvajon, réalisateur es-nanard, du moins es-très léger, s'est mis en devoir d'en faire un film. Pour Chevalier, autour de Chevalier, à la gloire de Chevalier omniprésent dans ce film et bouffant chaque plan en reléguant aux fraises tous ces petits camarades. Dans une mise en scène archaïque, statique, dépassée et ringarde au possible, c'est un show où le gars d' Menilmontant enchaine romance sur romance. Le scénario est nul mais qu'importe puisque l'important est que Chevalier chante. Mieux vaut prévenir : Chevalier en clochard, ce n'est pas Gabin en Archimède. On y croit pas un seul instant. Je ne sais pas à quoi ça tient, d'ailleurs. Le talent, peut-être. Le bonhomme est sympathique mais décidement, le frac lui va mieux que le manteau crasseux, élimé aux manches. Peut-on parler de pépins dans Ma pomme ? Ce n'est pas si important pour ça. C'est bon enfant, sans trop de saveur, vite vu et si vite oublié ..Il fait partie de ces films qui n'ont pas de défauts parce qu'insignifiant tout en restant sympa.

C'est un film pavé de bonnes intentions, où les vilains bourgeois sont montré du doigt. Les belles leçons de vie de nos ancêtres fusent comme paroles d'évangile : L'argent ne fait pas le bonheur, on peut vivre d'amour et d'eau fraîche, les bourgeois c'est comme les cochons, et vive le pinard ! Pas de surprises ! Mais c'est peut être tant mieux car le doigt pointé nous permet de retrouver une fort jolie Sophie Desmarets qui n'a pas eu la carrière qu'elle méritait. Elle côtoie Jane Marken, un rien allumée, et l'excellent et indispensable Raymond Bussières qui accordéonnise à qui mieux mieux les ritournelles de Chevalier. Lequel prend donc toute la place, ne laissant que des miettes aux autres protagonistes de cette histoire inutile. A mon avis, mieux vaut voir un récital du chanteur que d'inventer des inepties pareilles pour qu'il fasse, tel le corbeau, briller son ramage. Et puis, l'histoire du clodo qui hérite…

Quand même pas antipathique pour autant, cette oeuvrette sans prétention comme il en fleurissait dans les années cinquante ne laissera pas grand souvenir. Mis à part quelques jolis plans de la capitale ancienne, encore pavée et plus romanesque qu'aujourd'hui, qui accompagne la très jolie Clodo-sérénade.

Clodo sérénade
C´est la voix des clochards de minuit..
Clodo sérénade
C´est le chant des mouisards sous la pluie..
Tous ceux que la déveine a toujours poursuivis
S´en vont d´un pas qui traîne au hasard de la nuit
Clodo sérénade
C´est le chant du pavé de Paris…

Chevalier se montrera nettement plus brillant dans Le silence est d'or, Gigi ou Les Enfants du capitaine Grant. Mais Ma pomme n'est pas fait pour encenser l'acteur mais bien plutôt pour honnorer le showman. C'est ringard à souhait, donc plutôt charmant. Et, comme dit Maurice, ça sent si bon la France… Alors !


Répondre

De Freddie D., le 7 mai 2014 à 11:34

C’est curieux, mais je n’arrive pas à comprendre l’engouement ou la nostalgie qu’on peut éprouver pour Maurice Chevalier. Question d’époque, sans doute. Mais quel acteur épouvantable! Je n’ai pas vu beaucoup de films avec lui, je me souviens de son accent abominable dans « Ariane ».


Répondre

De Impétueux, le 7 mai 2014 à 13:58

Pendant des décennies, aux temps où la télévision n'existait pas encore, ou fort peu, les grandes vedettes de la chanson ont été sollicitées pour tourner des bluettes sans intérêt de cinéma, comme l'indique opportunément Tamatoa. On a vu Charles Trénet, Georges Guétary, Gilbert Bécaud, Luis Mariano (et même Georges Brassens – Porte des Lilas) se produire à l'écran avec des résultats… mitigés. Une réussite comme celle d'Yves Montand est une exception rarissime…

Et, comme de juste, Maurice Chevalier, qui fut une star mythique, internationale, mondiale comme on n'en imagine pas, a prêté son physique avantageux et sa voix souriante à des films qui n'avaient d'autre objectif que de le montrer aux populations provinciales. Évidemment bien meilleur interprète qu'acteur (je ne sais plus dans quel film il donne une extraordinaire leçon en détaillant, sur quatre modes différents l'immortel Chapeau de Zozo : c'est à présenter à toutes les Star académies du monde !). Piètre acteur ? Sans doute, mais extraordinaire chanteur…


Répondre

De Commissaire Juve, le 9 mai 2014 à 12:43

Je suis d'accord avec Freddie D : le Momo fut vraiment un épouvantable cabotin. Je l'ai trouvé supportable dans Le silence est d'or, mais c'est tout.

Rien qu'à voir sa tête sur l'affiche, j'ai envie de le gifler.


Répondre

De Pianiste, le 9 mai 2014 à 15:33

Vous avez oublié Tino Rossi comme chanteur ayant tenu un rôle d'acteur mitigé!


Répondre

De spontex, le 9 mai 2014 à 15:41

Et Elvis Presley, non ?


Répondre

De Pianiste, le 9 mai 2014 à 15:41

Oui Spontex, vous avez raison et encore que la liste est non-exhaustive!!!!


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.033 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter