Forum - Quai d'Orsay - Hilarant !
Accueil
Forum : Quai d'Orsay

Sujet : Hilarant !


De Nicoco, le 12 avril 2014 à 15:03
Note du film : 6/6

Trop absent de ce forum depuis quelques temps, je souhaite toutefois vous faire part d'un coup de coeur que je viens de voir : Quai d'Orsay, film tiré de la BD, oeuvre caricaturale peignant l'intérieur de la vie du cabinet de Dominique de Villepin, quelques mois avant son désormais célèbre discours de la vieille Europe à l'ONU.

C'est un film absolument jubilatoire. Je n'ai pas, pour tout vous dire, le souvenir d'avoir autant ri, à grands éclats, pas juste de petits sourires, brefs et contenus, non, une bouche grande ouverte, ne pouvant me retenir et en totale adhésion avec l'humour, si particulier de ce film.

C'est une caricature il faut le dire. Une autre façon aussi de pénétrer dans les coulisses des cabinets de nos ministres préférés. L'exercice de l'Etat le faisait, brillamment, mais dans un autre style, sérieux et se voulant coller le plus près possible de la réalité.

Les acteurs sont formidables, Niels Arestrup en particulier, en directeur de cabinet, dont le caractère calme et zen tranche avec la folie des affaires et le rythme des urgences quotidiennes, avec également le fougueux, l'insaisissable Dominique De Villepin, interprété brillamment par Thierry Lhermitte. Le premier nommé a ainsi été récompensé par le césar du meilleur second rôle. C'est anecdotique mais je m'étonne que la désormais célèbre Julie Gayet, au rôle modeste et à la prestation fade, a été nommée pour le césar de la meilleure actrice. La justice est qu'elle n'a pas reçu la statuette.


Répondre

De Impétueux, le 12 avril 2014 à 17:52
Note du film : 4/6

Bon retour, Nicoco, et revenez plus souvent !

Cela étant, j'ai eu des indications très différentes sur Quai d'Orsay et je ne me suis pas résolu à aller voir le film en salle, alors que les deux tomes de la bande dessinée m'avaient séduit et que j'y avais retrouvé, de fait, l'atmosphère très particulière des cabinets ministériels, avec, vous avez raison de le souligner, moins de gravité que dans L'exercice de l'État, mais tout autant de pénétration.

Je vais attendre avec impatience le passage de Quai d'Orsay sur Canal+, qui ne saurrait tarder pour me faire une opinion et – j'espère – rejoindre la vôtre…


Répondre

De Norman Bates, le 12 avril 2014 à 22:00
Note du film : 2/6

Je ne partage pas votre enthousiasme cher Nicoco… j'ai commencé à regarder ce film la semaine dernière et après une heure d'attente sans que la moindre scène puisse me chatouiller les zygomatiques, je me suis tout bonnement endormi…

Alors certes, les arcanes de l'administration sont fidèlement reconstituées: des bureaux modestes, du mobilier standard, des ordinateurs vieux de 10 ans (pour celles et ceux qui en douteraient, notre fonction publique ne court pas sur l'or), des montagnes de parapheurs… mais un bon décor ne suffit pas. Les acteurs surjouent, Thierry Lhermitte est à la limite du supportable, ou ne jouent pas du tout comme Raphaël Personnaz dont le jeu sonne faux…

Ma déception est à la hauteur de mes attentes, les critiques dithyrambiques ayant encensé ce film y sont sans doute pour beaucoup… mais je vais tout de même tenter de voir la fin, peut-être me fera-t-elle changer d'opinion.


Répondre

De Nicoco, le 12 avril 2014 à 22:46
Note du film : 6/6

Je ne pense pas, Norman Bates, que vous changerez d'opinion en regardant la fin ; le film ne dévie pas de sa trajectoire et se termine sur la même tonalité (certes sur un registre un peu plus grave avec le discours final).

C'est simple : dès la première scène, ma femme et moi étouffions de rire. L'ambiance m'a totalement pénétré et je me suis pris au jeu, d'être un acteur à part entière au sein de cet équipe de conseiller : c'est le rôle que campe Raphaël Personnaz, le monsieur tout le monde, l'intrus, qui pénètre au sein d'un univers qui lui était jusqu'à présent étranger, un monde de fou, totalement délirant, avec à sa tête un ministre, poète, virevoltant, insaisissable, incompris. C'est ce décalage qui m'a beaucoup plu et m'a amusé. Et cette envie de finalement y croire : et si la vérité était celle de celui qu'on ne comprend pas ?

Par contre, Impétueux, le hic est que je n'ai lu de la BD que quelques pages, ayant profité à Noël dernier, d'un cadeau qui ne m'était pas destiné. Je crains beaucoup l'avis des personnes qui s'attaquent au film après le livre… Les critiques sont alors souvent, et justement, impitoyables !

Comme quoi finalement les avis divergent. Pour preuve, le film que je viens de visionner, 9 mois ferme : comédie sympathique, convenable mais que j'ai trouvée très moyenne. Ce n'est pourtant pas l'avis des quelques personnes avec qui j'en ai discuté qui en font une des meilleures comédies de ces dernières années…


Répondre

De Norman Bates, le 13 avril 2014 à 14:09
Note du film : 2/6

je vous rejoins sur 9 mois ferme, sympathique mais pas la comédie du siècle non plus (là pour le coup j'ai vu la fin qui frise le ridicule)…


Répondre

De JIPI, le 15 septembre 2014 à 11:56
Note du film : 4/6

Elle pulse cette cocote minute politique alimentée par Héraclite et ses citations frôlant les plus beaux fleurons verbaux d'un Jean-Claude Van Damme en grande forme.

Les portes claquent, les dossiers volent étourdissant par leurs soudainetés des ressources corvéables sept jours sur sept managées par un fragment Dinosaurien aussi surprenant qu'incompréhensible.

Ludwig Von Wittgenstein aux affaires étrangères précurseur d'un langage d'éveil basé uniquement sur le bon mot n'entrainant qu'un discernement approximatif dans une cavalcade désordonnée.

La gestion de la planète bleue par la prose Philosophique en représentation permanente de la part d'un esprit décousu changeant constamment de fil conducteur.

Transcendé par une diction axée sur la volonté d'entreprendre sans jamais tenir un cap cohérent.

Un opus certainement révélateur de quelques senteurs de nos cabinets et ministères terrorisés par l'élaboration parfaite d'un discours sur une scène de théâtre assurant carriérisme et longévité à celui ou ceux davantage concernés par une tournure verbale que par la réalité du terrain.


Répondre

De Impétueux, le 31 décembre 2014 à 11:38
Note du film : 4/6

Surtout, et sous le prétexte que le film est réalisé par le même Bertrand Tavernier, ne pas penser qu'il pourrait se comparer à Que la fête commence qui présentait avec une force rare ce que j'avais appelé dans mon commentaire d'alors L'angoisse du Pouvoir : le moment où le détenteur de ce Pouvoir doit prendre des décisions dont la gravité dépasse la plupart du temps la norme humaine.

Dans Quai d'Orsay n'est montrée que l'écume des choses, le tressautement hystérique, le rythme infernal d'un cabinet ministériel contemporain, ce qu'Albert Cohen appelait le tremblement inutile des gens qui mourront demain. Et encore est-ce présenté sous une forme plaisante, sarcastique, moqueuse alors que l'excellent Exercice de l'État montrait la face grave, la face sombre de l'impuissance dans quoi nos civilisations et nos pays sont tombés.

Finalement, on peut sans doute vaguement rapprocher, ou comparer plutôt les charges angoissantes et réelles données jadis au Régent de France, et aujourd'hui réduites à rien pour des ministres contemporains : impossibilité d'agir vraiment sur la réalité de la conduite des peuples, réduction à faire semblant de régler dans le tourbillon fou de l'urgence les horribles questions insolubles du Monde. Les lucides – les Directeurs du Cabinet -, Michel Blanc ou Niels Arestrup savent bien qu'ils ne sont là que pour la frime, pour empêcher le décor de théâtre de s'écrouler…

Voilà bien de la gravité pour un film aussi drôle et aussi réussi que Quai d'Orsay, extrêmement bien adapté d'une bande dessinée très vive, surtout très documentée et très proche de la réalité vécue des cabinets ministériels français.

Voilà bien d'étranges phalanstères, belle concentration de cerveaux aiguisés, bosseurs comme pas deux (le rythme de travail y est comparable à celui d'une prépa de haute lignée), où l'on a constamment la sensation qu'il manque une demi-douzaine d'heures à la journée pour qu'on puisse y accomplir tout ce que l'on voudrait (ou devrait ?) y faire. Et sur qui pourtant s'accumulent les critiques de couper le ministre – le seul personnage légitime – de l'opinion publique et des vraies gens, de court-circuiter les chaînes hiérarchiques normales de l'Administration et d'entretenir un entre-soi plein de jactance.

Les silhouettes que l'on voit s'agiter dans Quai d'Orsay sont évidemment croquées sur la réalité et des noms connus ont pu être placés sur des visages sans difficulté (je ne parle évidemment pas de l'évidence de l'identité d'Alexandre Taillard de Worms/Thierry Lhermitte et de Dominique de Villepin). C'est évidemment aussi nourri d'anecdotes puisées dans la réalité vécue et empreint du climat si particulier de surchauffe physique et intellectuelle, des cancans, des jalousies, des stratégies, des mauvaises foi, des découragements, des exaspérations qui sont le lot du quotidien.

Mais tel que c'est, c'est drôlement bien et les acteurs ont été sacrément bien distribués ! Tout au plus peut-on s'étonner que (prémonitoirement ?) le personnage de Valérie Dumontheil, interprété par Julie Gayet, ne "donne" pas autant que les prémisses de sa présentation gloutonne pouvaient le laisser croire. Lhermitte et Niels Arestrup sont parfaits, en antagoniques absolus, Raphaël Personnaz montre beaucoup de talent, toute la bande suit, de la secrétaire particulière (Marie Bunel) à la petite amie (Anaïs Demoustier) d'Arthur/Personnaz. Ça joue drôlement juste.

Tavernier a encore de la ressource !


Répondre

De droudrou, le 1er janvier 2015 à 10:40
Note du film : 4/6

Après avoir lu la critique d’Impétueux je me posais la question de savoir si « oui-ou-non » j’allais faire l’achat soit du DVD soit du bluray et suis allé « jeter un œil » sur les avis qui accompagnent « Quai d’Orsay » sur « A ma zone » et qui ne m’ont pas du tout convaincu. Et alors que quand le premier album de BD était paru, par son sujet, j’avais été très tenté de l’acheter mais n’avais pas concrétisé cette intention…

Quai d’Orsay BD existe en intégrale, mais les avis des uns et des autres s’avérant tellement contradictoires que trouvant un DVD au prix de 5,20 € c’est finalement pour cette solution que j’ai opté non que je sois pingre mais je n’ai nulle envie de « vivre dangereusement »…

À propos de la BD, pour moi qui suis tout à la fois grand amateur et collectionneur, l’intégrale représente 228 pages, c’est un frein puissant car si la lecture d’un bon roman faisant entre 500 et 1000 pages voire plus ne m’impressionne pas, en termes de BD, au-delà d’un tome de 64 pages je renonce, le sujet perdant de son rythme mais si « Impétueux » que je ne croyais pas féru de BD, le dit : « extrêmement bien adapté d'une bande dessinée très vive, surtout très documentée et très proche de la réalité vécue des cabinets ministériels français. » après visionnage du film je suis prêt à relever le défi… Et reviendrai vous communiquer mes impressions d’autant que hors ses interventions qui accompagnent les westerns ma culture Tavernier est extrêmement réduite. Mais s’il faut ?!…


Répondre

De Impétueux, le 1er janvier 2015 à 12:52
Note du film : 4/6

Attention, Droudrou, moi, je ne connais rien à la BD, hormis Tintin, Blake et Mortimer et les Astérix du tout début ! Ne vous fiez pas à moi pour donner un avis d'expert sur le travail de Christophe Blain et d'Abel Lanzac ! Vous jugerez peut-être le trait pauvre ou la composition mal structurée ! Je ne me permettrais pas de porter là-dessus un jugement qualifié !

Je n'ai d'ailleurs lu que le premier tome de la BD, passée par mon fils, lui-même bien meilleur connaisseur que moi, qui savait surtout que, si j'ignore presque tout du 8ème art, je connais particulièrement bien le fonctionnement des cabinets ministériels…. Et tout cela m'a bien amusé…

Cela dit, ne cherchez pas à trouver ou retrouver la patte de Bertrand Tavernier là-dedans : je suppose que Quai d'Orsay a été pour lui davantage un film de commande et on ne retrouve rien, ou très peu du ton grinçant de Coup de torchon (son chef-d’œuvre !) ou du Juge et l'assassin


Répondre

De droudrou, le 21 janvier 2015 à 17:07
Note du film : 4/6

Donc j'avais acheté le dvd d'occasion (histoire de minimiser les risques – il faut vivre dangereusement…) suite à l'avis d'impétueux et l'avis totalement négatif de copains se disant cinéphiles… De fait, je l'avoue Quai d'Orsay m'a beaucoup intéressé et j'ai pris un réel plaisir à sa vision – au point que j'investirai très certainement dans la BD.

Thierry Lhermitte est une tornade vivante comment ça va, camarade ?


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.030 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter