Forum - Le Loup de Wall Street - Sexe, drogue and a lot of money.
Accueil
Forum : Le Loup de Wall Street

Sujet : Sexe, drogue and a lot of money.


De Nicoco, le 28 janvier 2014 à 22:24
Note du film : 6/6

Je ne suis pas un fervent amateur des films de Martin Scorsese. Je n’ai pas totalement adhéré à ses dernières réalisations, que ce soit l’adaptation ratée de Shutter Island, le très fade Aviator, ou encore le tout dernier Hugo Cabret (allez je mets de côté Les Infiltrés, porté par le grand Jack Nicholson)

Je ne suis pas non plus un grand fan de Leonardo DiCaprio. A vrai dire, je n’ai jamais trouvé chez lui un grand talent d’acteur ; j’ai souvent trouvé qu’il « surjouait », dans Gangs of New York par exemple, en froissant les sourcils pour se donner l’air d’un méchant et se départir de son joli minois (il ne fait pas le poids face au monstre Daniel Day-Lewis, contraste saisissant, et raison principale pour laquelle ce film reste moyen). Au rang des jeunes et beaux acteurs américains, je place Brad Pitt, pour qui je voue une admiration sans faille, largement devant. Mais c’est une autre histoire.

Et pourtant, j’ai beaucoup aimé et je pense que ce Le Loup de Wall Street est un grand film. Son seul défaut vient finalement de son titre (et de son affiche), très médiocre. Scorsese se lâche comme peut-être il ne l’a jamais fait. Il s’agit là d’un véritable défouloir, le cinéma « total », pour reprendre une expression tirée du football, car tout y passe : les excès de la golden génération, assoiffée d’argent, de sexe, de drogues, les limites de la dépravation, de l’immoralité, du cynisme sans cesse repoussées. Voilà ce que veut montrer Scorcese. N’est-ce pas non plus là un des aspects de la dérive de notre société contemporaine en totale perte de repères, de valeurs ? (un peu facile mais c'est mon côté réac et donneur de leçons)

C’est un film fleuve, dont l’objet est limité (on n’y parle que de magouilles crapuleuses, de tirer son coup, de «shoot express », et de dollars, beaucoup de dollars) et pourtant jamais l’ennui ne vient poindre. Car c’est un film intelligent : sa vulgarité ne choque pas, les dialogues sont percutants, les images captivantes, les acteurs au meilleur de leur forme (ah cette magnifique scène du début : Matthew McConaughey, interprétant le premier employeur de Jordan Belfort, qui entame le chant de gorille et initie Leonardo aux vices du parfait courtier…)

Et DiCaprio m’a convaincu comme il ne l’avait jamais fait jusqu’à présent. Et oui, je m’avance, mais je mettrais bien un billet sur un futur oscar attribué à Léo pour sa performance. On en reparle bientôt.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0084 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter