Forum - Édouard Molinaro nous a quittés... - Artisan nécessaire
AccueilÉdouard Molinaro nous a quittés...
Forum : Édouard Molinaro nous a quittés...

Sujet : Artisan nécessaire


De Impétueux, le 7 décembre 2013 à 21:43

Les succès publics éclatants qu'Édouard Molinaro, qui vient de mourir à 85 ans, a connus lors d'une carrière entamée à l'aube des années Soixante, ne lui avaient pas donné une grande place dans l'estime des critiques et des professionnels de la profession. Et, au contraire de Georges Lautner, qui vient de le devancer dans la tombe, il n'avait pas vraiment conquis la notoriété auprès des amateurs de comédies légères.

Et pourtant il avait réalisé des films qui sont ce que le cinéma dit commercial peut avoir de meilleur, d'Oscar aux deux Cage aux folles, d'Hibernatus à Pour cent briques t'as plus rien

Mais l'homme cultivé et raffiné qu'il était, et dont Fabrice Luchini parlait tout à l'heure à la radio, avait donné peut-être son meilleur dans trois films centrés sur le basculement historique de la France au carrefour des 18ème et 19ème siècles : Mon oncle Benjamin, Beaumarchais l'insolent et Le souper.


Ce n'était pas un cinéaste à fausses notes


Répondre

De verdun, le 8 décembre 2013 à 15:50

Effectivement, Édouard Molinaro reste un metteur en scène sous-estimé. Hormis les grands succès populaires multidiffusés qui ont fait sa renommée, on peut citer des réussites méconnues et plus sérieuses comme Les aveux les plus doux, Le gang des otages, Cause toujours tu m' intéresses… et L'ironie du sort.


Répondre

De sparafucile, le 10 décembre 2013 à 17:17

C'est une tristesse bien française que ce dédain affiché pour les "réalisateurs du samedi soir". Standing ovation for Assayas, Rivette et compagnie mais qu'un individu se mêle de nous conter des histories simples et drôles ou même frissonnantes, qu'il nous les conte avec simplicité, drôlerie et parfois même frisson et c'est aussitôt le killer rictus des grands initiés. Peu de chances que ça change dans les vingt ans à venir, à plus forte raison en 2014. Mais moi qui aime le cinéma, avec passion et sans calcul, j'aime au passage Édouard Molinaro, discret conquérant. Merci à France 3 de programmer Hibernatus, merci pour le geste en tout cas et, pour ma part, je retiens surtout de lui : La Mort de Belle, d'après Simenon, Un témoin dans la ville (avec Ventura) et Des femmes disparaissent (avec Hossein). Doux repos.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0076 s. - 4 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter