Forum - La Fille aux allumettes - Portrait dramatique d'une Finlandaise
Accueil
Forum : La Fille aux allumettes

Sujet : Portrait dramatique d'une Finlandaise


De vincentp, le 31 juillet 2013 à 15:40
Note du film : 4/6

4,5/6. La fille aux allumettes, réalisé par le Finlandais Aki Kaurismaki en 1990, est le portrait d’une habitante de Helsinski, Iris, située entre deux âges, modeste employée dans une fabrique d’allumettes, confrontée à un profond désamour de son entourage à son égard. Ce long métrage ne dure que 66 minutes mais est d’une forte densité dramatique. Peu de dialogues (le premier d’entre eux se situant à la 13° minute), une voix-off d’un reportage télévisé replaçant en introduction ce récit dans un contexte dramatique plus large, celui de la répression menée sur la place Tienanmen en 1990 par les autorités chinoises. Kaurismaki utilise des plans essentiellement fixes, très élaborés, suivant pas à pas Iris dans ses pérégrinations, portant à notre connaissance ses pensées et émotions les plus intimes.

Une musique traditionnelle finlandaise, mélancolique, une palette de couleurs bleues associées avec du blanc (éléments symboles du drapeau national), sont d’autres armes de mise en scène judicieusement employées pour conduire la progression dramatique de ce récit. Kaurismaki s’intéresse à la vie des anonymes et des sans-grades de la société finlandaise, rythmée par des rencontres improbables dans des bars lugubres, ou règnent en maîtres alcool et tabagisme, et un faible niveau culturel. Kaurismaki subit certainement l’influence d’auteurs tels que Milos Forman (et son réalisme social) ou Robert Bresson (on pense à L'Argent par moments). On décèle un cousinage entre les cultures finlandaises et russes, via les comportements et modes de pensées, et via la musique locale d’inspiration slave.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0052 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter