Forum - Invitation à la danse - Original et bien fait
Accueil
Forum : Invitation à la danse

Sujet : Original et bien fait


De vincentp, le 23 mai 2013 à 15:08
Note du film : 4/6

4,5/6 (voire un peu plus…). Quatre-vingt dix minutes sans paroles, mais en musiques et en danses. Gene Kelly, chorégraphe et réalisateur, propose un divertissement soigné et réussi. Invitation à la danse (1956) est un peu inégal, très légèrement désuet par moments, modernes à d'autres instants. La mise en scène est sans doute avant tout fonctionnelle, mais les chorégraphies sont assez sophistiquées, et réussies. Emploi de décors variés, choix des couleurs, et d'une façon générale la qualité du travail des danseurs, tous ces éléments emportent notre adhésion. Le rythme du récit, le découpage de celui-ci en trois sous-parties sont des points forts. Le très talentueux Kelly emploie un humour bon-enfant, multiplie les numéros de mimes, prend à parti le spectateur, et propose aussi aux spectateurs une belle galerie d'actrices sveltes et pleines de charme… Parmi elles, la française Claire Sombert (1935-2008).

A recommander sans modération à ceux qui apprécient le genre "musical" (comédie musicale).


Répondre

De Impétueux, le 20 janvier 2015 à 22:17
Note du film : 4/6

Comment qualifier Invitation à la danse, qui ne ressemble à rien que je connaisse, qui n'est pas une comédie musicale, elle-même fondée sur une histoire entrecoupée de numéros dansés et chantés dans une optique charmante et artificielle, de Top hat aux Demoiselles de Rochefort en passant par les légendes mythiques du genre, Chantons sous la pluie et Les Sept femmes de Barbe-rousse, et pas davantage un simple spectacle de danse filmé ?

Une pantomime, une histoire un peu ironique, une féerie où se mêlent, en éblouissement technique personnages réels et figurines de dessin animé, trois segments où éclate à merveille la virtuosité de Gene Kelly, à la fois auteur, réalisateur, chorégraphe et interprète d'un divertissement qu'on n'appréciera que si on aime le Technicolor (quelquefois presque outrancier) des années Cinquante, l'épatante vitalité du danseur et ses performances athlétiques. Si c'est le cas, Invitation à la danse est un régal qu'on pourra d'ailleurs, au mieux, déguster à petites doses, les trois séquences mises en scène n'ayant aucun rapport les unes avec les autres, sinon la présence de Kelly.

La première partie, intitulée Circus, à mon sens la plus faible, parce qu'elle est un peu mièvre, fait forcément penser aux séquences de mime des Enfants du Paradis, Pierrot/Kelly reprenant jusqu'aux tics et mimiques de Baptiste/Jean-Louis Barrault et périssant d'amour (à tous les sens du terme) pour une Colombine (Claire Sombert) qui lui préfère évidemment ce fier-à-bras d'Arlequin (Igor Youskevitch). Il y a de très jolis effets d'ensemble, mais ça manque tout de même substantiellement de rythme.

La deuxième histoire, Ring around the Rosy pourrait presque évoquer La Ronde de Max Ophuls, avec un bracelet de prix qui fait le tour d'une kyrielle de personnages pour revenir finalement à celle à qui son mari l'avait destiné ; La Ronde, bien sûr, et bien sûr aussi Madame de…, structure en boucle où les parures en diamant passent en plusieurs mains avant de revenir à leur propriétaire. Si les films d'Ophuls sont à la fois graves et légers, ironiques et tragiques, ce n'est pas le propos d'Invitation à la danse, ou alors un propos qui effleure à peine ; c'est moqueur et très enlevé.

Le meilleur des trois récits est sans doute le dernier, Sinbad the sailor où, dans un Bagdad de pacotille et de rêverie, un Étasunien en ballade se retrouve par hasard en possession de la lampe magique d'Aladin, d'où surgit, ça va de soi, un génie (David Kasday) de petit format avec qui le marin va vivre d'extravagantes chatoyantes aventures et se retrouver dans le palais fantasmé de Shéhérazade (Carol Haney). Le plus spectaculaire est cette longue séquence où Gene Kelly danse avec des créatures issues de dessins animés (du studio Hanna Barbera). Ce n'était pas la première fois que Kelly s'exerçait à entrer dans un mode magique (il l'avait déjà fait dans Escale à Hollywood en prenant comme partenaire la souris Jerry) mais cette féerie est particulièrement inventive et souvent d'une grande poésie.

Prudence néanmoins, pour qui n'est pas vraiment amateur de ces chorégraphies virtuoses…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.015 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter