Forum - Milou en mai - La douceur du village
Accueil
Forum : Milou en mai

Sujet : La douceur du village


De Impétueux, le 2 mars 2007 à 20:02
Note du film : 5/6

Simplement quelques mots d'admiration pour le cinéma de Louis Malle, grand bourgeois capable, par l'acuité d'un regard jamais complaisant, d'aller dénicher la substance des réalités sociales.

Il me semble que les deux premiers tiers du film sont une réussite parfaite : ces vieilles grandes maisons jadis éclatantes et cossues, et peu à peu ravalées par la course des temps, par l'indolence, le laisser-aller ou l'incapacité de leurs propriétaires, par l'éclatement des fratries, à des lieux de vacances où l'on se retrouve l'été, bon gré mal gré, ces salons surchargés, ces accumulations de vaisselle et d'argenterie, ces resserres où l'on conserve de vieux outils, ou des fruits, ou n'importe quoi, parce qu'il y a de toute façon, toute la place qu'il faut, ces vieux serviteurs aptes à tout, qui n'ont plus d'âge et qui n'ont jamais eu de revendication, ce monde figé, harmonieux, traditionnel, proche de la nature, incapable de la moindre adaptation à la mondialisation, à l'argent-roi, aux voyages à l'étranger, au rendement, tout cela est superbement observé et rendu.

Ces vieux oncles qui demeuraient auprès de leurs parents dans une oisiveté souvent plus proche d'un début de clochardisation que de l'aristocratie, tels Milou, parasite aimable, j'en ai vu beaucoup, qui ne connaissaient pas le confort, et n'avaient pas la curiosité de le connaître, vivant à peu de choses près ce que leurs pères avaient vécu, une vie rythmée par les vendanges, la chasse, la pêche, les mariages et les naissances… Ceci, c'était pour la campagne, et ça peut sembler assez gai. Mais qu'on veuille montrer la réalité sous un autre aspect, sous un côté sombre, en ville (mais peu importe, finalement) et ça donne Les célibataires de Montherlant, admirablement mis en scène par Jean Prat en 1962, pour la télévision, avec Jean-Paul Moulinot et Fernand Ledoux. La déchéance de ces deux-là commence à la mort de Mme de Coantré, mère de Jean-Paul Moulinot.

Milou en mai commence de la même façon, mais l'idée délicieuse et farfelue de faire survenir l'évènement en plein milieu d'autres évènements, ceux de Mai 68, fait glisser d'emblée le sujet vers l'humour noir, la critique sociale et la parabole. Pour qui a vécu ces deux mois totalement fous de mai et juin en état d'en suivre jour par jour, d'heure en heure, même, les péripéties (et nous sommes ici un certain nombre qui avions alors déjà jeté notre gourme !) ce sentiment que le monde vacille et qu'absolument tout est possible (qu'on s'en réjouisse ou s'en désole) est très palpable et magnifiquement filmé par Louis Malle : les citadins qui débarquent les yeux encore irrités des batailles et des grenades lacrymogènes, les produits de première nécessité qui manquent, les usines qui entrent en grève de manière totalement anarchique, les discussions passionnées…

Il me semble que le film, voulant trop en faire dans le coté conte philosophique s'égare un peu vers la fin : la fuite éperdue dans les bois de toute la famille, à l'instigation des industriels voisins (avec une Valérie Lemercier débutante et assez mièvre) m'évoque trop la pesante CarapateGérard Oury mettait en scène, dans l'outrance, un couple de bourgeois fuyards (Jean-Pierre Darras et Yvonne Gaudeau) et ne permet qu'un happy end un peu convenu.

Mais sans cela, que d'éclat, et quelle distribution formidable avec, en tête – AlHolg a bien raison de le souligner – une Miou-Miou et une Dominique Blanc sensationnelles, une musique inspirée, et des paysages aquitains divinement photogéniques…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.011 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter