Forum - Le Chanteur de Mexico - Mec siiiiiiiiiiii haaaaut !..
Accueil
Forum : Le Chanteur de Mexico

Sujet : Mec siiiiiiiiiiii haaaaut !..


De Tamatoa, le 19 décembre 2012 à 19:15
Note du film : 3/6

Je ne suis pas surpris que ce film n'ait reçu aucun commentaire. Trop kitch Mariano. Trop ringard, Mariano. Suranné Mariano. Et puis, comme disait Fernandel : "On dit qu'il en est…" Et pourtant : Mariano !! Toujours et encore. Bien sûr, Mariano. Je suis un fan inconditionnel ! Non pas de l'acteur qui joue comme un cochon, une véritable catastrophe, mais de cette voix magique qui m'a bercé enfant, qui me rassure plus vieux de quelques mélodies qui ont traversé l'espace et le temps sans prendre une ride. Il est dit qu'une vie sans musique ne peut se concevoir. Que dire alors d'une musique sans ce prince incontesté de l'opérette..Oui, un Marianiste fou furieux qui rejette en bloc les médisances, les allégations douteuses d'un pisse-froid dont je tairai le nom, qui prétend, sur le fil de La belle de Cadix : Quant à Luis Mariano, bof… qu'en dire ? Des tas de Français avaient déjà eu le mauvais goût de préférer Tino Rossi à Charles Trénet ; ce devaient être à peu près les mêmes qui donnaient le pas à Mariano sur Aznavour ou Montand… . Un boulet, un triste sire, qui ose comparer Aznavour, Trenet et Mariano ! Vous imaginez Aznavour pousser le contre-ut final de Mexico ? Allons…On peut comparer Mariano à Rudy Hirigoyen (son seul adversaire à sa taille !) voire à José Todaro, mais Charles trenet, soyons sérieux ! Et pourquoi pas comparer houellebecq et Marc Levy.




Mariano, c'est le cristal qui rejoint le ciel sans se briser. C'est une voix qui caresse les anges. Ce sont des opérettes dont j'étais si friand et qui n'existent plus aujourd'hui. J'ai eu la chance, très jeune, de voir et d'entendre cette phonation angélique à plusieurs reprises sur scène. Et en dehors du côté gnan-gnan de l'intrigue (!) de la pièce, quel bonheur que ces envolées fulgurantes ou ces mélopées souples et soyeuses à nos oreilles comblées..

MARIANO !!

Le film ? Un prétexte. Juste un prétexte. Pour entendre une voix unique. Comme tous, ou presque, les films de Mariano : Notre Bourvil et une très jeune Tata Yoyo qui n'avait encore donné dans le vulgaire, beaucoup de couleurs, une intrigue niaise à pleurer, des dialogues navrants, des "méchants" gentils comme tout et une happy-end à la fin d'une histoire bien rococo comme Francis Lopez aimait en pondre pour son ami. Bref : La fraicheur d'une époque peut-être révolue mais qui a été fraicheur. Mais peut importe le flacon…

Mariano !! ..


Répondre

De Tamatoa, le 20 décembre 2012 à 17:09
Note du film : 3/6

Oh là ! Pas la moindre réaction du médisant incriminé dans mon message ? Qu'est-ce qu'il se passe ? Il neige à Paris ou quoi ? Un coup de blues  ? Un cognac à mauvaise température ? C'est quand même pas la fin du monde…


Répondre

De Impétueux, le 20 décembre 2012 à 19:05

C'est que je ne voulais pas engager une vive polémique sur un sujet aussi grave que les apports respectifs de Luis Mariano et de Charles Trénet à la chanson française, surtout à quatre jours de la nuit de Noël.

Paix, concorde, sérénité, chaleur du foyer. Et toute cette sorte de choses….

Remarquez, un bon point à mettre au crédit de Mariano par rapport à Tino Rossi, son complice et rival en douceurs melliflues : il n'a pas chanté Petit papa Noël.

Ou alors on a la pudeur de ne pas nous le passer dans les grands magasins.


Répondre

De Tamatoa, le 20 décembre 2012 à 23:43
Note du film : 3/6

Il n'a pas chanté "petit papa Noel"

Effectivement mais…vous l'avez échappé belle !

Alors que nous n'avons pas, hélas, échappé à ça :

Les fleuuuuuuurs sont des mots d'amouuuuuuuuur… "melliflues" qui dit !….


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.015 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter