Forum - Un Taxi pour Tobrouk - Scandaleux!!!
Accueil
Forum : Un Taxi pour Tobrouk

Sujet : Scandaleux!!!


De PM Jarriq, le 3 août 2004 à 10:16

Il y a d'autres perles inédites dans la filmo de Ventura : le superbe "Classe tous risques", "Avec la peau des autres", "Un papillon sur l'épaule", "La gifle" (film sympa sans plus, mais un des meilleurs rôles de l'acteur), "Boulevard du rhum" (de Robert Enrico), "Le rapace" et pas mal d'autres.

C'est étonnant comme les éditeurs mettent longtemps à sortir les classiques du ciné populaire hexagonal, parfois difficiles à trouver même sur le câble ou en VHS, alors que la plupart des De Funès édités sont multirediffusés à la télé.

On ne va pas énumérer les titres "manquants", mais outre les films du déjà cité Robert Enrico, quelques Giovanni, des Verneuil, des Yves Robert, il y a au hasard, d'excellents films comme "Compartiment tueurs", "Sans mobile apparent", "La course du lièvre à travers les champs", "Il était une fois un flic", etc. etc. qui attireraient certainement un vaste public.


Répondre

De Impétueux, le 12 mars 2011 à 22:01
Note du film : 5/6

Dans la falote carrière de Denys de La Patellière, il y a trois années de grâce ; après le médiocre Retour de manivelle, avant l'atterrant Bateau d'Émile, il y a Les grandes familles, Rue des prairies, Un taxi pour Tobrouk.

Mais à dire vrai, je ne suis pas certain que ces trois films soient de La Patellière : le premier est adapté d'un roman de Maurice Druon, le deuxième, d'un roman de René Fallet ; les trois doivent tout à Michel Audiard, à son talent protéiforme, à son génie des mots, des situations, de l'empathie avec les acteurs, à sa capacité de distance avec les banalités bien-pensantes (on dirait aujourd'hui politiquement correctes).

Un taxi pour Tobrouk a laissé une trace étrange dans l'imaginaire collectif : des moyens de tournage assez notables, très peu d'acteurs, aucun personnage féminin, (ni même la moindre allusion à une histoire amoureuse), et une fin d'une brutalité inouïe (qui obligea La Patellière à tourner un épilogue, par ailleurs fort bienvenu et de signification forte parce que les spectateurs ne pouvaient pas imaginer que l'histoire s'arrêtait sur le visage effaré de Théo Dumas – Lino Ventura – sur la mort de ses compagnons d'odyssée). Un film dans l'unique décor du désert de Cyrénaïque (en fait les environs d'Alméria, en Espagne), avec une histoire très simple, des personnages archétypiques, des situations convenues, et pourtant une grande force émotionnelle.

Ces quatre français de la France libre, le ronchon qui ne veut surtout pas qu'on vienne lui casser les pieds (Lino Ventura), le Rouge qui a fui l'Espagne en 39 (German Cobos), le jeune médecin juif (Charles Aznavour), le fils de famille décavé et sceptique (Maurice Biraud, dont c'est sûrement le meilleur rôle), agrégés par la force des choses à l'officier de Wehrmacht (Hardy Krüger), dans leur représentation un peu caricaturale des combattants, en tout cas dans ce qu'ils peut y avoir de meilleur dans la fraternité guerrière, finissent par donner une image assez singulière des horreurs des batailles.

La Patellière, dans un des suppléments de l'excellent DVD, indique qu'il a voulu avec Un taxi, réaliser un pamphlet contre la Guerre. Voire. On est tout de même un peu perplexe devant ce grand jeu de piste où des mecs paraissent revenus dans une immense cour de récréation, certes infiniment plus dangereuse que celle de leur enfance, mais où passe le souvenir des mêlées batailleuses, des peignées majestueuses, des grandes rigolades complices, sans le poison délicieux distillé par les filles d'Ève, qui vient gâcher le grand jeu des garçons. Le réalisateur le dit assez, d'ailleurs, que les officiers de l'Armée française détachés conseillers techniques auprès de lui ont trouvé le film très bien, très conforme à leurs mentalités, très fidèle à leurs aspirations.

La guerre est certainement une des conneries les plus incontestables qui se puissent ; n'empêche qu'elle fascine toujours autant les hommes, sans quoi il y a lieu de parier qu'on y aurait mis fin depuis quelques millénaires. Un officier qui n'aime pas la castagne, c'est un escroc !, comme le lance Ramirez (German Cobos)… et il y a des types aussi bien que le Capitaine von Stegel (Hardy Krüger) qui ne conçoivent pas leur vie hors de cet aphorisme, et des tas de types qui, finalement, ne le trouvent pas si idiot, lorsqu'ils le pratiquent.

Jusqu'à ce que l'horreur majuscule survienne ; mais c'est une autre histoire…

Ah ! Un mot pour relever combien la liberté d'expression pouvait être entière en 1961 ; François Gensac (Maurice Biraud) parle de son père, qui est alors à Vichy, ami de tous les pouvoirs, ouvert à tous les compromis, prêt à toutes les soumissions : Si les Chinois débarquaient, il se ferait mandarin, si les nègres prenaient le pouvoir, il se mettrait un os dans le nez, si les Grecs… … eh bien si un dialoguiste écrivait ça, en notre temps de modernité, il ne se passerait pas deux heures avant que les tribunaux soient saisis…


Répondre

De gilou40, le 13 mars 2011 à 16:37
Note du film : 5/6

La guerre est certainement une des conneries les plus incontestables qui se puissent ; n'empêche qu'elle fascine toujours autant les hommes..

Il m'a été donné de rencontrer, à deux ou trois reprises, des hommes qui m'ont confié que la guerre leur avait permis de se révéler à eux mêmes. -Je menais une éxistence morne, ennuyeuse. Je me pensais lâche et inutile. Puis la guerre venue, je me suis surpris a faire , quelques fois au péril de ma vie, des actions que jamais je n'aurais cru être capable d'accomplir en temps normal. Puis la paix revenue, je suis retourné à mon existence morose. Entendez moi bien , Mademoiselle : Je ne regrette pas la guerre ! Mais elle a été pour moi la seule période de ma vie ou je me suis senti utile. Mieux : vivant !-

Je pense que de Tobrouk à Stalingrad ou sur les plages de Normandie, des hommes ont payé de leurs vies la liberté pour des milliers d'inconnus. D'autres ont ressenti en eux cette "liberté", ce renouveau que leurs offrait la guerre avant de se sacrifier pour les autres. On a souvent entendu ces mots imbéçiles : La guerre a du bon…Derrière cette phrase aussi atroce que la guerre elle-même, se cache peut-être un terrible mystère qui nous échappe..


Répondre

De Impétueux, le 14 mars 2011 à 18:50
Note du film : 5/6

C'est un peu la problématique de Capitaine Conan, moins les bons mots et la rigolade, plus le goût du sang…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.021 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter