Forum - Les Inutiles - Évidemment un must
Accueil
Forum : Les Inutiles

Sujet : Évidemment un must


De Arca1943, le 29 juillet 2004 à 13:57
Note du film : 6/6

Ce Fellini est un pur chef-d'oeuvre, dans un registre voisin de La Dolce vita. Film choral – mais ce n'en est pas l'invention : voir à ce sujet Dimanche d'août de Luciano Emmer – I Vitelloni est aussi un de ces films qui contribuent à nous montrer une Italie antitouristique : ce que ça peut être étriqué, la vie dans une station balnéaire…

Cette sortie DVD est évidemment une urgence !

Arca1943


Répondre

De vincentp, le 15 février 2005 à 14:31
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Des séquences remarquables (les mouvements de foule, la méditation du groupe en bord de mer…).


Répondre

De JIPI, le 28 septembre 2006 à 10:23
Note du film : 6/6

A la fin de la seconde guerre mondiale, cinq trentenaires fuient les responsabilités par un comportement indifférent envers un pays ayant besoin de bras pour se reconstruire.

I Vitelonni est l'épopée d'une médiocrité traînée comme un boulet ôté de tout engagement. La fantaisie sert de paravent, La nuit la fête est quotidienne, la récupération s'effectue le jour pendant que le maçon trime sur les routes en tentant de ramener par la sueur une nation à la vie.

Sous une apparence joyeuse cinq personnages désabusés répandent dans des rues tristes un mal de vivre crée par une stupide sélection sociale.

Aucun projet ne les anime. La valse quotidienne du temps perdu inonde un bord d'une plage ou jamais rien ne se passe.

Le culte de la paresse rayonne dans l'esprit de petits bourgeois miteux avec comme unique combustible la récurrence de l'ennui.

Moraldo psychologiquement mieux armé aura la force de s'arracher de cette mêlasse en entreprenant vers l'extérieur une tentative d'existence.

Fausto mari totalement inconsistant sera corrigé à la ceinture par un père lucide d'un fiasco du à une panoplie immature.

Alberto le plus cynique d'entre tous aura enfin un éclair révélateur d'une condition déplorable.

Le cinéma italien très à l'aise dans ses déchirures atteint des sommets pathétiques dans les déchéances physiques et morales d'exclus volontaires ou non d'un pays en miettes

I Vitelonni premier chef-d'œuvre de Federico Fellini montre l'oisiveté sédentaire de personnages méprisants terrorisés à l'idée de côtoyer les classes laborieuses préférant zoner dans des acquis distants de toutes responsabilités.

Une reconstruction nationale lente et laborieuse se fera sans eux.


Répondre

De DelaNuit, le 8 avril 2009 à 22:29

A noter parmi ces inutiles désoeuvrés, le jeune Franco Interlenghi qui incarna Pedro, le frère de la divine Ava Gardner dans La comtesse aux pieds nus… elle même si souvent symbole des errances de la "génération perdue" chère à Hemingway


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0023 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter