Forum - Les Disparus de Saint-Agil - Pour qui a le goût de l'aventure et du mystère...
Accueil
Forum : Les Disparus de Saint-Agil

Sujet : Pour qui a le goût de l'aventure et du mystère...


De Arca1943, le 30 septembre 2004 à 11:54
Note du film : 5/6

Vu un soir à Radio-Canada il y a bien des années, ce film a été pour moi un véritable coup de coeur. Bien sûr, il y a les monstres sacrés : Michel Simon, Erich Von Stroheim… Mais ce n'est pas l'essentiel. Il y un esprit, dans ce film, qui m'a plu par-dessus tout. Vais-je soutenir qu'un film des années 30 "n'a pas vieilli" ? Ce n'est pas ça. Mais il était déjà très vieux quand je l'ai vu et je pense que le vieillissement ajoute à son charme. C'est un film qui s'adresse à l'ado en chacun de nous, un ado qui a le goût de l'aventure et du mystère.

Même si j'aime beaucoup certains films de la fameuse « Nouvelle vague », j'éprouverai toujours une antipathie insurmontable pour tous ces cris d'orfraie des intellos français des années soixante – par exemple ceux des Cahiers du cinéma – qui vouaient aux feux de l'enfer ce qu'ils appelaient, avec un mépris non dissimulé, le cinéma « qualité France ».

Christian-Jaque, comme Claude Autant-Lara (La Traversée de Paris) ou Julien Duvivier ou tant d'autres, c'est du cinéma « qualité France » à son meilleur : un spectacle populaire qui a d'abord et avant tout le souci de ne jamais être ennuyeux; qui a pour but non de réinventer le langage cinématographique, mais de s'en servir au mieux pour raconter une bonne histoire. C'est pourquoi je suis bien content de voir que la carrière de Christian-Jaque a couvert un grand arc de temps, jusqu'au milieu des années soixante, le temps de donner au moins deux autres grands classiques du film d'aventure made in France : Fanfan la tulipe et La Tulipe noire.

Arca1943


Répondre

De Impétueux, le 16 octobre 2004 à 17:29
Note du film : 6/6

Bravo pour votre message sur Les disparus de Saint-Agil !

Qui n'a pas eu quinze ans sans rêver d'être un Chiche-capon est bien à plaindre ! Ce monde enchanté de l'enfance, ce bonheur de la conspiration, de la société secrète, ce règne du JEU (au sens où Jean Raspail l'entend, dans son beau roman Le Jeu du Roi) ne sont pas d'une époque ou d'une autre et, malgré une facette bien datée (mais si pittoresque ! et puis, avez-vous remarqué comme ces professeurs d'institutions privées ressemblent à ceux des Diaboliques de Clouzot ?) malgré donc leur éloignement dans le temps nous ravissent !

Je ne suis pas certain que la Nouvelle vague demeurera bien longtemps dans les DVDthèques (à revoir Godard, on se demande même si l'on n'était pas un peu toqué d'aimer ce cinéma-là) mais la qualité française des Duvivier, Autant-Lara, Christian-Jaque, Dréville, Allégret… et Jeanson, on ne s'en lasse pas


Répondre

De PM Jarriq, le 23 février 2006 à 10:31
Note du film : 5/6

Est-ce que les admirateurs de ce film ont remarqué son générique début ? L'animation des titres préfigure de façon troublante celle de… Star wars ! Et en écoutant bien, certaines notes de la musique évoquent la marche de Darth Vader ! La relation entre Christian-Jaque et George Lucas ? Cela mérite enquête…


Répondre

De Impétueux, le 23 février 2006 à 12:46
Note du film : 6/6

Comme je n'ai jamais vu aucun des films de Star wars je vais ainsi m'en donner une idée !


Répondre

De Lagardère, le 25 octobre 2008 à 08:44
Note du film : 5/6

Ce soir sur DIRECT 8, un remake de 1990 avec michel galabru ?? Le diable si je savais que cette chose existait….

Casting : Réalisateur : Jean-Louis Benoît – Musique : Jean-Claude Nachon – Dialogue : Jean-Claude Nachon – Scénariste : Jean-Louis BenoîtAvec : Micheline Presle (madame Donnadieu), Michel Galabru (monsieur Lemmel), Damien Rosinha (Baume), Sébastien Courtade (Sorgues), Matthieu Simon (Macroy), Michel Berto (monsieur Victor), Marc Betton (monsieur Mirambeau), Didier Bezace (monsieur Darmion).


Répondre

De vincentp, le 7 février 2009 à 22:33
Note du film : 5/6

Excellent, effectivement. La mise en scène, les prises de vue demeurent modernes. Le sujet ? On ne pourrait plus tourner un film pareil de nos jours… Et que les méthodes d'éducation, les dortoirs, mis en image, sont aujourd'hui désuets ou vieillots.


Répondre

De echidna, le 8 février 2009 à 11:34
Note du film : 6/6

Il ne s'agit pas tant de mettre en exergue les méthodes d'éducation que de disserter sur le monde de l'enfance avec ses tourments, ses rêves, ses envies d'ailleurs, ses amitiés ou ses luttes. Christian-Jaque signe avec Les disparus de st-Agil un conte poétique à l'instar du spendide L'assassinat du Père Noël où les féeries et la magie de l'enfance se côtoient pour le bonheur du spectateur.

Christian-Jaque nous montre ce que le cinéma a de plus universel, de plus intemporel car comment un film qui a plus de 70 ans peut-il encore continuer à fasciner des générations de Sorgue ou de Macroix ! Ce film reste donc éminemment moderne. A moins, que cela soit moi qui soit éminemment passéiste ou à contre-courant de mon époque.


Répondre

De Impétueux, le 8 février 2009 à 13:44
Note du film : 6/6

Passéiste, Echidna,? Pourquoi le seriez-vous, qui aimez les mondes enchantés, qui sont de tous les âges et de toutes les époques ?

Et je suis heureux de trouver ici un admirateur (et, qui plus est, une admiratrice !) de l'invraisemblable féerique Assassinat du Père Noel !


Répondre

De echidna, le 8 février 2009 à 14:24
Note du film : 6/6

Cette atmosphère onirique où le merveilleux côtoie la peur a une paternité très visible c'est-à-dire l'écrivain et scénariste Pierre Very qui ici, comme dans Les Anciens De Saint-loup ou L'assassinat du père noël scrute, en digne lecteur de Jules Verne, des souvenirs d'enfants à travers la nostalgie des cours de récré et les divagations de l'imagination enfantine…


Répondre

De Impétueux, le 21 août 2013 à 16:02
Note du film : 6/6

On peut évidemment relier Les disparus de Saint Agil à la riche, longue liste des films de jadis dont la scène est le pensionnat, théâtre commode, parce que clos, d'intrigues et de passions : Zéro de conduite, Les anciens de Saint Loup, La Cage aux rossignols, Topaze, Les diaboliques, et même Au revoir les enfants (liste sûrement loin d'être exhaustive !). Mais on peut aussi rattacher le film de Christian-Jaque à une autre lignée : celle des enfants et adolescents détectives, celle où des jeunes gens (et quelques jeunes filles) munis de courage et d'astuce parviennent à faire la vérité sur un mystère, quelquefois même un crime…

Qu'est-ce qui me vient à l'esprit, dans cette optique ? Principalement des romans, dont sans doute le plus célèbre est l'allemand Émile et les détectives, dont il n'y a eu pas moins de huit adaptations au cinéma (aucune n'est répertoriée sur DVD Toile !!!), mais aussi Le cheval sans tête, classique de la littérature enfantine, de Paul Berna dont un film britannique, The Horse Without a Head a été tiré par Don Chaffey… Et je me rappelle un bouquin dont je ne trouve plus trace aujourd'hui et dont je ne me souviens plus de l'auteur, On a volé le 2 de la rue (où il s’agissait tout bonnement de retrouver un immeuble entier disparu en une nuit !)… On pourrait d'ailleurs aussi ajouter les romans à imprégnation scoute de la collection Signe de piste qui participent de la même fraîcheur et du goût de l'enfance pour l'aventure et l'héroïsme.

Si Les disparus de Saint Agil demeurent si fort ancrés dans les mémoires, c'est parce que le film réunit avec talent ces deux composantes, pittoresque de la pension, mystère des enlèvements et des crimes… C'est un curieux et magique mélange entre des réalités assez sordides et des mystères plutôt sages, bien que n'y soit pas interdit l'assassinat : ainsi le sort du malheureux alcoolique Lemel (Michel Simon).

Réalités sordides, donc, que celles de cette pension perdue dans une province qu'on imagine un peu rance. On sait mal aujourd'hui qu'une grande partie de l'enseignement privé non confessionnel était le fait de ces boîtes d'enfermement où de pauvres gamins étaient confiés à grand prix à des pédagogues douteux, sans contrôle aucun. La loi Debré (1959), en créant le contrat d'association a mis fin à la plus grande partie de ces pratiques, mais on voit bien, en filigrane, combien elles pouvaient être infectes… Saint-Agil sent la vieille chaussette, l'aisselle mal lavée, la vinasse et le gilet de flanelle porté tout au long de l'année…

Et aussi mystères sages et délicieux de La société secrète des Chiche Capons, de l'imperturbable fascination adolescente pour les codes et les rituels, de l'alliance sacrée des élèves devant les professeurs, épaves pathétiques hallucinées.

Mais naturellement les marques de l'époque : le concierge-homme à tout faire Mazeau (Armand Bernard) qui joue du tambour pour éveiller les collégiens et change les plombs après un court-circuit électrique (saura-t-on, dans quelque temps, ce que c'était, changer les plombs ?) ; la fascination enfantine pour les États-Unis (ça doit bien exister encore un peu, cela) ; la certitude de l'imminence de la guerre qu'évoque à tout instant Donnadieu (René Génin) (d'ailleurs on ne peut pas lui donner tort : le film date de 1938 !) ; et il est également intéressant de remarquer que le seul personnage adulte réellement positif est le professeur de langues Walter (magistral Erich von Stroheim) que le nom, l'allure et la personnalité désignent à l'évidence pour être germanique : il serait intéressant de savoir si Christian-Jaque a été une des dupes pacifistes du fameux Comité France-Allemagne, piloté en sous-main par Otto Abetz ; cela étant, il a terminé la guerre dans les FFI, alors qu'il avait tourné pour la Continental

Le film ne connaît pas le moindre jupon, fût-il celui d'une infirmière ; ça n'est pas un gage intrinsèque de qualité, mais ça repose… Et puis revoir le jeu toujours aérien et illuminé de Robert Le Vigan est toujours un bonheur…


Répondre

De Viator, le 24 août 2013 à 19:54
Note du film : 6/6

Dans la lignée des enfants détectives, il faudrait aussi citer pour la France des films qui, même s’ils ne sont pas du « niveau » des Disparus de Saint-Agil, mériteraient tout de même une réédition : Les cents camarades (1957- une seule copie 16mm recensée) de Georges Ferney d’après le roman éponyme de Claude Appell (Signe de piste justement). Ce film est interprété par des Scouts de Vanne et de la région parisienne. Il est également l’un des premier à utiliser la technologie « Pancinor ». Ajoutons Le visiteur (1946) de Jean Dreville- (Avec Pierre Fresnay, les Petits Chanteurs à la croix de bois), Les gosses mènent l’enquête (1946) de Maurice Labro (scénario très proche des Disparus de Saint-Agil). Aussi il est curieux que Pathé n’ait pas réédité Nous les Gosses (1942) de Louis Daquin, film très largement cité, et rentrant dans notre sujet. Non réédité également ce très beau film de Maurice Cloche tourné en 1950, à la photographie travaillée : Les Moineaux de Paris, avec J.P Aumont et les Petits Chanteurs à la croix de bois également. Pour l’Angleterre, A Cor et à cris (Huy and Cry) (1947) de Charles Crichton (DVD Z2, non sous-titré) fut le film pendant du premier Émile et les détectives ( 1932) de Gérard Lamprecht (DVD Z2, non sous-titré) qui, lui, dut beaucoup à la compétence de Billy Wilder. Charles Crichton signe là un film plaisant au scénario assez cocasse. Ce film compte parmi les grands titres d’Ealing Studio de cette époque… Enfin plus méconnu sont Les Aventures de Marcelin (El Ojo de Cristal".) (1956) d’Antonio Santillán. Ce film mexicain fut adapté en 1956 d’après le roman de William Irish "El Ojo del Muerto".

Cordialement,

Viator.


Répondre

De Flexman, le 28 mars 2014 à 09:38

Bonjour, Je voie dans votre commentaire ci-dessus, que vous mentionnez le long-métrage de Georges Ferney, « Les Cent Camarades » et la technique « Pancinor ». Alors je me permet ce petit commentaire afin de compléter ces infos. Georges Ferney travaillait pour la maison Berthiot et fut le cinéaste qui testa les prototypes dès la fin 49 début 50. Cordialement C. F.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.022 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter