Forum - La Chair et le diable - Décès de F. Sagor Maas
Accueil
Forum : La Chair et le diable

Sujet : Décès de F. Sagor Maas


De Florian, le 13 janvier 2012 à 00:28

Lorsque les médias font l'impasse sur une info, il est du devoir des modestes initiés de prendre le relais, et les forums en tout genre sont pour cela d'utiles intermédiaires.

Le 5 janvier dernier, Hollywood a perdu sa doyenne, Frederica Sagor Maas (répertoriée ici sous le nom de Sagor) est décédée. Cette scénariste de renom née en juillet 1900 est entrée au service du 7ème art en 1918 en tant que scripte et a fourni son premier véritable travail de scénario en 1925. Celui-ci était sans doute de qualité puisque de cette date jusqu'en 1935, elle en fournira des brouettées. Toutes ses participations sont introuvables aujourd'hui, et les films inconnus du public non-étasunien. Si ce n'est cette Chair et le diable, qui consacra la Garbo et John Gilbert, dont la voix fluette ne passera pas à l'ère du parlant. Des vedettes, Frederica Sagor Maas en a côtoyé, et pas des moindres : Jannings, Garbo, Shearer… et elle fut très proche de Clara Bow. Dépositaire de la mémoire de ces stars, elle l'était également de celle de l'âge d'or des studios Universal et MGM pour qui elle travailla.

Il semble que sa dernière grande participation remonte à 1947, après quoi McCarthy et sa clique se sont acharnés sur elle et son mari. Contrairement à Chaplin et à Jules Dassin, elle demeure aux Etats-Unis mais ses apparitions se font alors extrêmement rares, on l'aperçoit une dernière fois en 1999 lors de la sortie de son autobiographie et se retire définitivement. Elle devient centenaire, puis super-centenaire (néologisme s'appliquant aux personnes âgées de 110 ans et plus) ; une des habitantes les plus vieilles de l'état de Californie sans qu'une fois une rétrospective ou un hommage ne soit envisagé.

On arrête pas la marche du temps et 111 ans d'une vie humaine me parait un gouffre incommensurable, mais je pense qu'on ne met pas assez à contribution ces super-mémoires (lorsqu'elles ne sont pas totalement démolies) de leur vivant, et il est fort attristant que même leur décès ne provoque aucune prise de conscience. Avant d'écouter des critiques et des spécialistes du cinéma, il me paraît plus important de donner la parole à ceux qui l'ont fait et l'ont vécu, d'autant plus pour des périodes si lointaines, lorsque l'on a la chance d'en conserver les acteurs si longtemps.

L'année 2011 a vu les disparitions des vététant(e)s Miriam Seegar, Jackie Cooper et Barbara Kent. Celle de Frederica Sagor Maas en ce mois de janvier laisse Carla Laemmle seule et unique témoignage vivant de l'Hollywood muet.

Il était important que, à défaut d'une place dans un JT entre un fait sordide et les divagations de l'Euro, Frederica Sagor Maas bénéficie d'une place ailleurs que sur Wikipédia ou sur les sites qui relaient les infos copiées-collées sur cette encyclopédie du Net.


Répondre

De Impétueux, le 13 janvier 2012 à 21:49

Bel hommage, Florian, mesuré et déférent, pour une dame dont j'ignorais, à tort, jusqu'à l'existence !

Merci de tout cela !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.010 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter