Forum - L'Audition - Pas mal du tout !
Accueil
Forum : L'Audition

Sujet : Pas mal du tout !


De Arca1943, le 26 novembre 2011 à 04:02
Note du film : 4/6

Moi qui suis un admirateur de Luc Picard, je ne sais pas pourquoi j'ai mis autant de temps à voir ce film. Méfiance injuste à l'égard des comédiens qui deviennent réalisateurs ? Quoi qu'il en soit, j'avais tort, car c'est pas mal du tout. Un peu comme dans Matroni et moi, le scénario tire partie du choc de deux mondes qui ne sont pas censés se rencontrer : celui d'un voyou qui gagne sa vie en terrorisant les mauvais payeurs pour le compte d'un usurier, et le monde du théâtre. C'est que la blonde de Luc Picard qui, elle, ne fait pas du tout partie du monde interlope, trouve le métier de son copain quand même un tantinet embêtant. « Un matin », confie-t-elle à une amie, «y'avait un bout de doigt dans le bol de toilette ! »

Et sous la pression de se trouver une job plus honnête, voilà notre homme qui va s'essayer comme comédien… La rencontre entre l'univers du voyou et celui du théâtre est astucieusement amenée. Le scénario nous ménage une pirouette narrative fort réussie (et par ailleurs, bien triste).

Évidemment, c'est un rôle en or pour le caméléon Luc Picard. La crainte habituelle – que le comédien qui se met lui-même en scène ne bouffe tout l'écran – ne se concrétise heureusement pas : l'acteur-réalisateur s'est entouré d'une solide équipe d'interprètes qui ne donnent pas leur place, avec notamment l'excellent Alexis Martin.

Le récit musarde avec un certain bonheur entre comédie et drame. Il s'y fait jour quelques longueurs et la mise en scène est plus fonctionnelle qu'inspirée. Mais comme tel, c'est un spectacle qui fonctionne bien, dans une clé cocasse-grinçant.

Et qui plus est, cette Audition me semble tout à fait exportable.


Répondre

De Impétueux, le 26 novembre 2011 à 10:08

Je suis bien persuadé, à vous lire, que c'est tout à fait regardable…. Mais évidemment, évoquer le cinéma québécois ici, au Vieux pays, c'est faire ouvrir des yeux ronds…

Le moindre machin malais ou guatémaltèque dégottera une salle d'art et d'essai où trois pékins trouveront refuge un jour de pluie, mais un film du Québec ! Faut pas rêver… Je lis avec une grande attention les trois pages hebdomadaires consacrées par Le Monde à la présentation des sorties en salles de la semaine ; le menu fretin est expédié en trois lignes, mais il est traité… Et pourtant je ne me souviens pas d'avoir jamais vu mention d'un film de la Belle province….

Le miracle Denys Arcand, surtout celui du Déclin de l'empire américain, n'est pas prêt de se reproduire…

Vous n'êtes pas assez exotique, cher Arca, vous parlez français (admirable Loi 101), et vous êtes développés… Pas intéressant du tout cela…


Répondre

De Arca1943, le 26 novembre 2011 à 21:56
Note du film : 4/6

« Vous n'êtes pas assez exotique, cher Arca, vous parlez français (admirable Loi 101), et vous êtes développés…  »

Nous, développés ? Mais pas du tout voyons, qu'allez-vous chercher là ! Je crois bien que la méprise vient du fait que depuis mon arrivée sur ce site j'utilise un borbographe : il s'agit d'une machine – mise au point en Suisse, évidemment, pas ici – qui traduit en mots grognements et borborygmes monosyllabiques. Par exemple, si placé par mes gardiens devant Ordet je m'exclame : « Gnaah ! Gnaah ! Ho ! Ho ! Ho ! Y'a bon ! » en me balançant d'avant en arrière, la transcription borbographique nous donnera quelque chose comme : « Cette oeuvre cinématographique de l'austère réalisateur scandinave, traversée tout entière par ce génie tourmenté qui… », etc.

Mais trève de plaisanterie, il est à noter que lorsqu'on dit de peuples différents qu'ils sont francophones, ou anglophones, ou hispanophones, cela veut dire qu'ils partagent la même langue écrite, dont les variations sont infinitésimales d'un horizon à l'autre. Mais si vous m'entendiez parler, vous seriez probablement surpris. Ce qui est un premier problème du point de vue de l'exportation en France : car plus un film québécois est "exotique", plus la langue qu'on y parle sera difficile à comprendre pour le spectateur français. La chance que nous avons eue avec le Déclin et les Invasions, c'est que comme les personnages principaux sont des intellectuels, ils ont bien sûr un accent mais sans tournures dialectales : si bien que les spectateurs Français, si j'ai bien compris, n'avaient pas besoins de sous-titres pour visionner ces deux-là. La même chose n'est certes pas vraie de Gina du même Arcand, ou des Bons débarras (le meilleur film québécois jamais fait, à mon humble opinion) et encore moins du Nèg'… Tandis que nous, je le rappelle, n'avons jamais besoin de sous-titres pour voir des films français, même si ça aurait pu nous être utile pour certains dialogues de La Haine et le dialecte paysan de Lacombe Lucien.

L'autre chose, c'est que les Européens ont une certaine idée de l'Amérique à laquelle ils tiennent mordicus et qui souffre difficilement d'être trop dérangée. Quand je vois l'aberrant Un Indien dans la ville, je comprends mieux pourquoi l'admirable Ce qu'il faut pour vivre reste lettre morte chez vous.

Cela dit, il faut noter que le cinéma québécois s'exporte bien mieux qu'avant en France (le DVD y est évidemment pour beaucoup). Si je vais faire un tour sur le site de la FNAC, je constate que les Français peuvent voir Jésus de Montréal, La Grande séduction, Un 32 août sur Terre, C.R.A.Z.Y., Un Dimanche à Kigali (avec Luc Picard !), Bon cop, bad cop, Nouvelle-France, Congorama, 5150, rue des Ormes, Incendies… Je cite pêle-mêle ces films que je n'ai pas tous vus ou qui ne me plaisent pas forcément. Mais enfin voilà, il y en a plus en France que ce à quoi je m'attendais. Je suis très surpris cependant que, côté "cinéma d'auteur", les films de Bernard Émond n'y soient pas, en particulier La Neuvaine, un film vraiment magnifique où une médecin athée sent sa non-foi vaciller au contact d'un jeune croyant et de sa grand-mère mourante. Apparemment, vos acheteurs n'en ont pas voulu… sûrement des laïcards…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.020 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter