Forum - Divorces - sans conciliation....
Accueil
Forum : Divorces

Sujet : sans conciliation....


De Gilou40, le 10 novembre 2011 à 00:00
Note du film : 2/6

Après nous avoir dispensé son Mariages, lourdingue, confus, chiant au possible, et surtout bourré d'acteurs antipathiques (décidément je ne me fais pas à Dujardin, même "Palmérisé" à Cannes ), voilà que Valérie Guignabodet nous en remet une couche pensant qu'une suite logique des évènements s'imposait. Consciente que la première raison du divorce reste le mariage, elle tient à décliner toutes les formes de ruptures possibles et imaginables. L'idée aurait pu être, sinon alléchante du moins sympathique mais il nous faut bien admettre qu'elle n'est pas (ou si peu) plus accrocheuse ici, qu'elle ne le fut lors de ce regrettable opus sur les unions chaotiques.

A une exception de taille près. Ce film nous est servi par des acteurs enjoués et charmants. La jolie Pascale Arbillot que personnellement j'avais découvert dans l'ineffable Extra-terrestre de Didier Bourdon, et l'excellent François-Xavier Demaison qui possède bien des atouts ! Son physique n'est pas le premier de la liste mais il est rudement talentueux le Monsieur ! Bref, nos deux avenants et gracieux héros font bien tout ce qu'ils peuvent pour sortir ce film de l'ornière, sans grand succès. Ils s'accrochent, ils en veulent mais malgré des efforts très louables, ils renoncent. Peut-être conscients du fait que les unions ou les séparations en grandes pompes, scabreuses, malignes, théâtrales ou hypocrites, ça regarde plus Guitry que Guignabodet

Le film traine en longueur, sombre quelque fois dans le grotesque. Les clichés sont légion, la mise en scène n'est pas "Césarisable", et le fil conducteur semble être de la confiture donnée à un cochon, en l'occurrence, une cochonne. Seule la sympathie émanant des deux protagonistes évite la rupture bête et brutaaaaaale aurait dit Brel. Et puis les portes qui claquent, "ça le fait" au théâtre, beaucoup moins au cinéma. Ou alors, il faut se cantonner dans le théâtre filmé, qui peut se révéler de bon augure mais ce n'est pas le cas présentement. Et Massacre à la tronçonneuse , genre pub Orangina, au beau milieu d'une scène tranquille, c'est aussi le signe que quelque chose clochait, que l'on ne saura pas…Ne crachons pas dessus pour autant. Ce n'est pas réellement mauvais. A peine, un peu. Le temps de nous agacer… C'était juste pas nécessaire de faire ce film. Le cinéma ne s'en serait pas senti orphelin pour autant. Un sujet en or, certes. Les aléas dans le cheminement d'un divorce, les magouilles avocats/clients, les constats d'huissiers, les inévitables lettres bien dégueulasses écrites par des "amis" qui ne le sont pas moins, les retournements de situations et les formidables injustices qui peuvent en découler, c'est un des plus grands marronniers de notre société. Mais il faut suivre, derrière. Hélas, ici, peu ou prou de génie.

Allez ! On oublie.. Mariages, Divorces, la suite c'est quoi ? solitude ? On verra bien…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0086 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter