Forum - Sortilèges - § Nous dormirons ensemble, lon la...§
Accueil
Forum : Sortilèges

Sujet : § Nous dormirons ensemble, lon la...§

VOTE
De Gilou40, le 21 septembre 2011 à 19:57
Note du film : 4/6

Et voilà que dans le couloir du temps, venue du fin fond des âges, surgit à nouveau une perle oubliée. Semblant sortir des ténèbres les plus lointaines, ce film tente d'accoucher d'une belle histoire d'amour à travers la forêt profonde, les nuits interminables, les tempêtes de neige, le froid glacial, les vieilles demeures aux cheminées géantes où cuisent et recuisent les soupes salvatrices. Dans un décor sauvage où les gouffres et précipices ont pour noms "Le gouffre du diable" ou "le saut du loup", et où les voyageurs égarés dans la tempête doivent leurs saluts au campanier qui sonne la cloche toutes les dix minutes. Une montagne pleine d'Auberges rouges, de misère, de sorciers et de vin chaud.

Noir, très noir ce très bon film délaissé, enterré par le temps. Christian-Jaque revisite l'Auvergne du 19e siècle avec ses mystères, sa rudesse et ses aborigènes que le dénuement et l'adversité font se recroqueviller dans leurs querelles séculaires et leurs croyances enracinées. Pourtant, dans cet enfer blanc, va poindre une histoire d'Amour. Ici, la fragilité de Renée Faure sera ce rayon de soleil d'abord bien pâle puis très vite lumineux qui donnera à cette histoire de sorciers toute l'humanité qui manquait depuis le début. Parce que malgré son malheur, elle y croit, Catherine, à son histoire d'amour avec son Pierre. Roger Pigaut, bûcheron de son état et pourtant peut-être encore plus fragile qu'elle. Ils devront se battre, tous deux, entre les jaloux, les incantations et les maléfices, une vilaine histoire de crime crapuleux et une atmosphère qui semble à jamais hostile.

Tous les acteurs de ce film ont chaussé les âmes les plus laides pour coller au plus près de ce climat si lourd dans cet environnement si froid. Goupi Mains Rouges nous vient souvent à l'esprit. Goupi Mains Rouges au pays de Maria Chapdelaine. La rudesse est partout. Dans les cœurs, dans les propos, dans le climat. Les âmes ne sont pas concernées. En dehors de Catherine et Pierre, on dirait bien que la misère a rayé ce mot de leur vocabulaire déjà restreint. Même la douloureuse Madeleine Robinson semble s'être débarrassée de ce filtre encombrant. Fernand Ledoux n'aura pas ce problème, qui perd la mémoire à la vitesse du vent qui ne cesse de souffler. Diable d'Acteur qui peut endosser les rôles les plus…. d'hiver. Je ne l'ai jamais connu mauvais ! Je ne connaissais pas Lucien Coëdel, le campanier. Qui fait tinter la cloche en récitant des diableries dont lui seul a le secret. Mystérieux et bourru, intriguant et voleur, il est celui par qui le malheur arrive. Et si son campanile chante dans la tempête, c'est plus pour attirer les voyageurs fortunés que pour les sauver d'un froid mortel. Et pourtant Jacques Prévert réussira à lui faire dire de bien belles vérités… Un Prévert très en forme pour accompagner un Christian-Jaque inattendu. Très prolifique, ce cinéaste a touché un peu tous les styles. Dans la noirceur (après Sortilèges il nous offrira Un revenant) mais aussi dans la badinerie (François 1er ou Un de la légion en passant par le mystère des Disparus de St-Agil ou L'Assassinat du Père Noël. La fin de sa riche carrière se fera plus lourde…

Mais ce Sortilèges vaut largement le détour. Il nous pique au vif, comme le froid incessant qui englobe cette histoire. Une histoire d'amour qui surgit du fin fond de nulle part et qui prend corps. Qui se débat entre les affres d'une époque reculée et un destin qui semble tout tracé. Il n'en sera rien. Surtout qu'une très belle musique nous fredonne "Aux marches du Palais" tout du long. Une belle, très belle chanson. Pleine de chaleur… Enfin.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0096 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter