Forum - Copacabana - Huppert à Ostende
Accueil
Forum : Copacabana

Sujet : Huppert à Ostende


De Impétueux, le 31 août 2011 à 12:03
Note du film : 3/6

Tombé sur ce tout petit film l'autre soir par le hasard de la zapette, et regardé parce que j'aime bien Isabelle Huppert qui est une bien bonne actrice, malgré quelques tics et affèteries.

Comme la plupart des films français d'aujourd'hui, c'est davantage un truc réalisé pour la télévision que pour l'écran, une plongée qui n'est pas inhabile dans un petit monde particulier, avec quelques notations très justes, et, naturellement un peu gâché par la nécessité d'inclure dans le déroulement du film quelques péripéties sentimentales et familiales, sans grand intérêt.

Le meilleur du film, c'est une description assez sinistre, assez houellebecquienne de quelques malheureux rassemblés par mauvaise fortune pour vendre à des gogos de la multipropriété immobilière à Ostende, c'est-à-dire dans une station balnéaire anxiogène du fait d'un ciel particulièrement et continuellement gris. La description de la sauvagerie des rapports sociaux est extrêmement convaincante et désespérante (remarquable Aure Atika, en chef d'agence, à la fois cruelle et désemparée : la lutte pour la survie ne permet pas le moindre relâchement attendrissant et exige d'être impitoyable) et Marc Fitoussi, le réalisateur, aurait pu mettre un doigt encore plus féroce sur les pratiques de vente (d'extorsion, pourrait-on dire), les trucs vicelards pour embobiner de braves gens qui imaginent leur bonheur sous la forme de deux semaines de vacances sur la mer du Nord dans le cadre délicieux d'un appartement anonymisé.

Le reste est du complément : le docker brave type qui tombe amoureux de la femme un peu fofolle jouée par Huppert, les rapports entre celle-ci et sa fille (Lolita Chammah, la propre fille d'Huppert) qui, au contraire de sa mère, nonchalante et désinvolte jusqu'à la caricature, ne rêve que de stabilité et de conformisme), et, pour boucler l'intrigue, un gain inespéré à la roulette du casino d'Ostende et une fin un peu ridicule en queue de poisson, dans la gaieté artificielle d'une troupe minable de danseurs brésiliens. Histoire de montrer que l'horreur économique peut s'oublier, si l'on a un brin de folie et de joie de vivre.

Youpi, en quelque sorte.


Répondre

De Arca1943, le 13 octobre 2012 à 17:52
Note du film : 3/6

« quelques malheureux rassemblés par mauvaise fortune pour vendre à des gogos de la multipropriété immobilière à Ostende… »

Mais oui, je n'ai pas la berlue : c'est du time sharing ! J'ai déjà vendu ça, tout jeune, quelque part dans les années 80, pour gagner ma croûte (les baby-boomers ayant accaparé tous les bons emplois). Nous vendions des séjours en condo au Mont-Tremblant, mais le principe est le même : c'est une arnaque légale. Ambiance garantie. Il fallait agiter une petite cloche quand on avait réussi une vente. Quel souvenir horrible. J'ai bien aimé cette partie du film, mais je m'attends à ce que Tutta la vita davanti qui, lui, est entièrement consacré à ce sujet, soit une meilleure comédie. (Enfin, je dis "je m'attends…", mais c'est façon de parler : ce Virzi n'est pas sorti en France, bien entendu.)

Pour le reste, saluons la versatilité d'Isabelle Huppert, qui fait un sort avec une amusante aisance à ce rôle de baba-cool vieillissante. Toutefois le conflit de générations m'a un peu laissé sur ma faim, malgré l'excellente comédienne qui joue le rôle de sa fille. C'est une petite comédie plutôt agréable, qui comporte son lot de répliques et situations rigolotes, mais qui repose exagérément (paresseusement ?) sur les épaules de madame Huppert, comme si le fait d'avoir ce personnage éminemment réussi au centre du film avait fait croire aux auteurs qu'ils pouvaient se passer de muscler davantage leur scénario.

Par contre, contrairement à Impétueux, j'aime bien l'autobus brésilien final.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0023 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter