Forum - La Loi c'est la loi - Beau duo
Accueil
Forum : La Loi c'est la loi

Sujet : Beau duo


De Arca1943, le 21 avril 2004 à 23:59
Note du film : 5/6

Et quelle joie de savoir que l'immortel Fernandel non seulement se mesure à l'immortel Totò, mais en plus, sur un scénario signé (notamment) Age-Scarpelli !! (Agenore Incrocci et Furio Scarpelli), qui venaient de trouver ce qu'ils appellent leur « second souffle » : 1958, c'est l'année du Pigeon, en attendant La Grande guerre l'année suivante…

Personne ne me fera croire qu'il n'y a pas au moins quelques bonnes blagues dans ce film !


Répondre

De spontex, le 15 juillet 2004 à 12:56

Je vous suis !

Moi aussi je vote car je n'ai jamais vu de film avec Toto !


Répondre

De goofy, le 14 août 2004 à 13:11

J'ai vu ce film lors de sa sortie et plus jamais depuis. Un de mes meilleurs souvenirs d'enfance, j'étais mort de rire. J'en parle parfois avec d'autres quinqua-sexagénaires, qui regrettent aussi de ne pouvoir se le procurer.


Répondre

De david-paul, le 8 mars 2005 à 22:37
Note du film : 5/6

même les trentenaires tu sais, seraient heu-reux d'une réedition DVD… tu penses Fernandel en face de Toto.ce film est-il déjà passé à la télé?


Répondre

De Arca1943, le 17 avril 2005 à 14:53
Note du film : 5/6

Eh, eh, eh… Mes pôôôvres cousins d'outre-Atlantique, qui n'ont pas La Loi c'est la loi sur DVD. Quel dommage ! Vous savez pas ce que vous manquez, les boys. Cette farce frontalière est bien al dente comme je l'espérais… et sous des dehors bon enfant, se permet même d'égratigner au passage le culte excessif des nationalités et des drapeaux. C'est une bonne histoire, bien imaginée : quand le gendarme Fernandel se retrouve soudain Italien et pas Français, ça déclenche toute une réaction en chaîne ! Et le contrebandier Totò va se mordre les doigts de lui avoir fait cette blague…

La confrontation Totò-Fernandel fonctionne à merveille. Comme c'est génial de les voir sur un même écran !

Alors voilà : c'est une édition Zone 1, chez l'éditeur québécois Imavision. Il s'agit d'un DVD double collection «Fernandel», l'autre film étant Sénéchal le magnifique. Si ça peut vous consoler un peu, il n'y a pas de suppléments…

Hi, hi, hi ! Je suis bien content !

Arca1943


Répondre

De paul_mtl, le 17 février 2006 à 01:23
Note du film : 6/6

J'ai la Version Originale italienne La Legge è legge qui merite 6/6 avec un duo d'acteur excelent Fernandel – Totò, la qualité des dialogues avec un theme sur l'identité et le ridicule parfois de la loi.


Répondre

De Impétueux, le 21 août à 01:36
Note du film : 2/6

On imagine que les producteurs, toujours friands de recettes faciles (aux deux sens de ces termes et après tout ils sont là pour ça !), que les producteurs, donc, se sont dit que mettre en face à face deux grandes vedettes, française et italienne, était une bonne recette. Après les immenses succès des trois premiers Don Camillo (1951,53 et 55), il devait être tentant, en effet, de reconstituer un duo presque exotique de cette sorte. Fernandel, évidemment, gage de succès assuré de ce côté des Alpes et Toto, moins connu ici, mais très populaire là. C'est sans doute la base, l'idée initiale.

Puis une vision narquoise de la relativité des choses humaines, quelque chose qui joue sur les marges. S'appuyant sur des singularités bien réelles – l'existence de villages frontaliers, fréquents entre la France et la Belgique, sans doute moins habituels entre la France et l'Italie – le scénario distille avec une certaine habileté les paradoxes et anomalies de la situation. Le village d'Assola est ainsi découpé selon une ligne fluctuante et malicieuse qui semble n'exister que pour créer des situations inextricables. Le brave douanier Ferdinand Pastorelli (Fernandel) passe son temps à traquer les multiples contrebandiers qui profitent de la situation et singulièrement son ami d'enfance et complice italien Giuseppe La Paglia (Toto) qui, comble d'agacement, a épousé Marisa (Anna Maria Luciani), dont il a divorcé.

Les premières séquences du film s'engluent dans la grosse farce, les carapates du douanier et du contrebandier dans les beaux sites pierreux de la contrée et dans la présentation des figures françaises de la bourgade, le maire (Henri Arius), le brigadier de gendarmerie (Noël Roquevert), le chef des douaniers (Albert Dinan), le beau-père du brave Ferdinand (Henri Crémieux) et de quelques autres. C'est lourd, c'est poussif, c'est le Fernandel immense vedette qu'on ne dirige plus, qu'on ne modère plus, qu'on laisse livré à lui-même, dans le génie comique mais aussi dans la facilité. À côté de lui, Toto fait assez pâle figure, sorte de faire-valoir qui ne montre guère son immense talent.

Il y a une bonne demi-heure de gugusserie. Et je dois dire qu'à mon sens, le film ne s'en remet jamais tout à fait. Parce qu'il change ensuite assez radicalement de direction. Il se trouve que, par une de ces finasseries narquoises de l'existence, le douanier Pastorelli, modèle de sens du devoir et de patriotisme, est suspecté d'être né, de père inconnu et de mère italienne, dans la partie transalpine du patelin. Dès lors, n'étant pas citoyen français, il ne peut plus être fonctionnaire, ni marié avec sa deuxième femme Hélène (Nathalie Nerval), ni père légitime de son enfant, il est coupable de port illégal d'uniforme, etc. Les choses se développant, un peu à la manière à la fois d'un conte philosophique et d'une machinerie infernale. N'étant plus français, Pastorelli doit devenir italien afin ensuite de demander sa naturalisation française (on me suit ?). Mais devenu enfant de la Louve, il tombe dans d'autres complications : ainsi, le divorce n'étant pas, à l'époque, reconnu en Italie, il demeure officiellement marié avec sa première femme, épouse de son ennemi complice Giuseppe/Toto… et ainsi de suite.

Tout ça ne serait pas déplaisant, surtout construit avec le talent d'Age et Scarpelli, si ce n'était totalement absent à la fois de rythme et de férocité. Quelques gags, quelques répliques, mais fondamentalement un spectacle familial de samedi soir qui se hausse du col. Il me semble que Christian-Jaque, réalisateur dont on ne parle plus guère mais au moins auteur de deux grands films, Les disparus de Saint-Agil et Un revenant et de quelques réalisations de qualité (François 1er, L'assassinat du Père Noël, Boule de suif, Adorables créatures, Nana) ait plutôt perdu la main pour ce truc assez tardif, qui se traîne sans être pourtant long.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.016 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter