Forum - Antoine et Antoinette - Douceur des Épinettes
Accueil
Forum : Antoine et Antoinette

Sujet : Douceur des Épinettes


De Impétueux, le 1er juin 2011 à 22:51
Note du film : 5/6

Comme il est charmant, ce film, le troisième de Jacques Becker, tout plein de sa légèreté narquoise et de sa finesse d'observation ! Comme il décrit bien, avec de la chaleur, de la tendresse, de l'amitié, la vie du petit peuple des Épinettes, ce quartier de Paris qui est situé au nord de la place Clichy, qui n'est – ou qui n'était – ni trop misérable, ni trop sélect, aux lendemains de la Guerre, à une époque où le rationnement sévissait encore et où les profiteurs du marché noir tenaient encore le haut du pavé.

Car au delà de l'anecdote, funambulesque, amusante mais un peu superficielle du billet de loterie qui gagne 800.000 francs (plusieurs millions d'euros) et qui est perdu, retrouvé, confondu, et, finalement, triomphalement exhibé dans le bonheur sans mélange des petites gens, ce qui est magnifique, c'est cette vie intense de la rue, de l'immeuble, du palier, la qualité des rapports humains dans les étages élevés où, sous les combles, vivent dans la bonne humeur des tas de gens très sympathiques.

Il faudrait relier Antoine et Antoinette à tout un ensemble de films très typiques de la vie des Français des années Cinquante, qui valent bien davantage par le regard sociologique qu'ils portent que par le récit d'histoires habiles, et assez artificielles qui ne sont là que pour soutenir l'attention. Papa, maman, la bonne et moi ou Monsieur Taxi, c'est, en fonction de la classe sociale, soit le rôti de veau-jardinière de légumes, soit le bœuf miroton, mais c'est en réalité le même monde de braves gens, un peu grognons et grincheux, mais le cœur sur la main et l'invective facile.

Il y aurait aussi à étudier la mise en scène du côté râleur et dégoûté du populo contre les profiteurs, les mercantis, les arsouilles : le rejet par la communauté de l'immeuble des Batala (Jules Berry dans Le crime de Monsieur Lange de Jean Renoir), des Sénéchal (Saturnin Fabre, dans Les portes de la nuit de Marcel Carné) ou des Roland (Noël Roquevert, l'épicier à mains baladeuses de cet Antoine et Antoinette de Jacques Becker).

Plaisir de voir les images d'un Paris qu'on connaît sans vraiment le reconnaître, le Prisunic de l'avenue des Champs-Élysées, son rayon de colifichets, le photomaton qui a (presque) des allures de cathédrale, la guérite des vendeuses de billets de Loterie nationale et les acheteuses de dixièmes qui exigeaient à toute force des combinaisons de chiffres spéciales, les stations d'un métro où il y avait des wagons de première et de seconde classe, les poinçonneurs et les guichetières, aux temps où tout n'était pas encore automatisé, les jeunes mariées qui jouaient du piano (parce que c'est précisément la marque des jeunes filles bien élevées), les postes à galène, les cigares distribués comme des gourmandises…

Charmant et enlevé, Antoine et Antoinette est un peu moins réussi que seront plus tard Édouard et Caroline et Rue de l'Estrapade, qui se passent dans la moyenne et haute bourgeoisie, mais chaleureux et plein de ces complexes bons sentiments que la Gauche intellectuelle nourrit pour le prolétariat, qui la fascine et l'intrigue.

Et puis les acteurs principaux ne sont pas très bons et pâlissent devant la qualité des rôles secondaires. Je n'ai jamais compris ce que le visage enfariné et inexpressif de Roger Pigaut  – Antoine – avait bien à faire dans le paysage du cinéma français et, dût la chose être possible, il parviendrait à m'agacer de voir et revoir Douce, chef-d'œuvre de Claude Autant-Lara où il joue Fabien, l'homme de tous les malheurs. Quant à Claire Maffei – Antoinette – elle est d'une parfaite insignifiance et a d'ailleurs disparu rapidement des écrans. Demeurent, outre le fascinant Noël Roquevert quelques physionomies connues du cinéma français, Annette Poivre, Pierre Trabaud ou Gaston Modot. Et, en silhouettes à reconnaître en un clin d'œil, car elles passent vite sur l'écran les débutants Jean-Marc Thibault et Louis de Funès.

Palme d'Or 1947 du Festival de Cannes (ce qui est tout de même beaucoup), Antoine et Antoinette n'est pas vraiment au niveau des grands films de Becker (Goupi mains rouges, Falbalas, l'immortel Casque d'or, Touchez pas au grisbi, Le trou), Becker dont l'œuvre est exemplaire de qualité, chaleureuse, attentive, généreuse.

Quel dommage que l'édition Gaumont à la demande soit de si médiocre qualité !


Répondre

De vincentp, le 6 juin 2011 à 16:30
Note du film : 5/6

Voilà une prose enflammée, emplie de verve, de tendresse et de passion pour la capitale et ses petites gens qui incite à découvrir ce film de Becker, que je regrette de ne pas connaitre comme Edouard et Caroline. Nb : il me semble que la palme d'or à Cannes date du milieu des années 50.


Répondre

De Commissaire Juve, le 6 juin 2011 à 18:17
Note du film : 5/6

DVD Gaumont de "qualité médiocre" ? Je ne sais pas ce que tu mets derrière le mot "médiocre" (qui sonne de façon plus péjorative que "moyenne" par exemple… alors que les deux mots ont le même sens), mais je ne suis pas d'accord. Si l'on compare avec les autres titres années 30 / 40 sortis dans cette collection (voire chez René Chateau), je trouve qu'on est dans une moyenne très convenable. Et, dans la mesure où l'éditeur annonce clairement la couleur ("image et son non restaurés"), il n'y a pas tromperie sur la marchandise.

Sinon, le film m'a bien plu. Il y aurait de quoi faire un joli blu-ray.


Répondre

De vincentp, le 31 janvier 2012 à 22:51
Note du film : 5/6

4,8/6. Un très beau film sur le Paris populaire de l'après-guerre. Avec une vendeuse tous les cinquante centimètres dans un magasin, et un poinçonneur de ticket tous les trois mètres dans le métro, le chômage n'existait pas ! A méditer ! La mise en scène de Jacques Becker est habile : le cinéaste prend le temps nécessaire pour décrire le quotidien de ses personnages au travers de saynètes, puis accélère par moments le rythme et présente des images sans dialogues (dans le stade par exemple), et aussi des représentations de pensées de personnages, en mixant parfaitement les images et le son. Un film typé années quarante, mais avec des aspects très modernes. C'est un classique du cinéma français à connaître !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.018 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter