Forum - L'Homme du jour - Un excellent cru 1936
Accueil
Forum : L'Homme du jour

Sujet : Un excellent cru 1936


De Florian, le 11 mai 2011 à 23:59

Un très bon film, à la morale implacable. Noël Herpe a dit de Duvivier qu'il était capable du pire, mais rarement surpassé lorsqu'il atteignait les sommets de son art. L'homme du jour est un excellent Duvivier, méritant d'être redécouvert, il se place pas loin derrière La belle équipe.

Certes Maurice Chevalier est un peu pataud, mais ce n'est pas gênant, comme Charlot avait submergé Chaplin, le personnage de « gentil parigot gouailleur » a pris corps en Chevalier qui le décline dans plusieurs films et d'innombrables chansons. Le réalisateur trouve ici un moyen de canaliser le surjeu chronique de Popesco grâce à la mise en abyme, cette Sarah Bernhardt du parlant s'en donne à cœur joie, mais je ne pense pas qu'elle se moquait d'elle-même, connaissant le personnage… Il dépanne aussi son ami Lynen, en mal de rôle, comme il l'avait déjà fait l'année précédente dans La belle équipe. Le film allie astucieusement drôlerie et une dose émotionnelle très fine. Deux milieux s'opposent, aucun n'est meilleur que l'autre, tout deux possèdent nombre de vicissitudes étouffées, et la gloire fulgurante d'Alfred Boulard va mettre au jour des jalousies enfouies, lui permettre de se découvrir des amis et des ennemis insoupçonnés.

Les snobs, blasé et vantards sont représentés par Marguerite Deval, Alerme, Pizani, Fernand Fabre… Le menu peuple, envieux et aigri, est personnifié par Jacques Grétillat, Barbier-Krauss, Sinoël, Marcelle Praince, le profiteur Marcel Vallée et l'immonde Pierre Sergeol… Tous jouent fort juste. Le film sonne comme une morale adressée à tous ces gens, candidat au titre de vedette du théâtre racinien ou de roi du music-hall, que la gloire, ça se travaille, sinon on fini comme Pizani ou Fernand Fabre. Il donne l'occasion à Momo de faire son petit numéro en chantant « Ma pomme » ou « Y a de la joie », et aussi à l'obscur Georgé (rôle du commissaire), vedette d'opérette, de servir un monologue comique car il savait les détailler, il avait joué dans « Yes »avec Arletty en 1928.

Il y a fort à parier que Duvivier a voulu signifier que des milieux si opposés ne pouvaient que se côtoyer mais nullement se mélanger, sous peine de briser des couples et plus on s'y croit…plus dure sera la chute. Apparition d'acteurs non crédités mais si reconnaissables : Paul Demange, Crémieux, Escoffier et Robert Seller dans un rôle de …majordome, la faute à Guitry.


Répondre

De Impétueux, le 12 mai 2011 à 20:24
Note du film : 3/6

Il faudrait que les nouveaux arrivants – bizarrement centrés sur des films vraiment peu connus et assez archaïques – commencent à s'adapter aux règles de DVD Toile.


Répondre

De Florian, le 12 mai 2011 à 22:07

Bonsoir Impétueux, pourquoi utilisez-vous l'adverbe "bizarrement", ne pensez-vous pas qu'il est plus intéressant d'avoir des messages sur plusieurs films, surtout peu connus -là est l'intérêt-, plutôt que d'avoir 120 messages (dont la moitié ne sont pas pertinents) sur des films qui sont des chefs-d'oeuvre mais sur lesquels tout a été dit.


Répondre

De Impétueux, le 12 mai 2011 à 22:46
Note du film : 3/6

Eh bien, c'est précisément cela qui est bizarre : une accumulation de messages survenant, depuis quelques semaines, sur des films français rares d'avant-guerre. La récurrence et l'abondance de messages consacrés à ces œuvres connexes et marginales m'intéressent, mais me laissent un peu perplexe. Nous avons ici connu tant et tant de stupéfiantes agressions !

Enfin ! Nous verrons bien…


Répondre

De Impétueux, le 3 septembre 2015 à 19:36
Note du film : 3/6

Le point de vue du météore (sur ce site) Florian est intéressant, bien argumenté et bien écrit. Mais moi-même grand amateur de Duvivier, j'ai bien du mal à le partager… Parce que tout de même…

Tout de même, deux ans avant cet Homme du jour de 1937 il y a eu La Bandera, un an auparavant La belle équipe et la même année Pépé le Moko et Carnet de bal, deux ans plus tard La fin du jour. Quelques uns des plus grands films du cinéma français. Et l'aimable pochade interprétée par Maurice Chevalier dénote énormément dans le paysage. Boulimique de cinéma, Duvivier ne pouvait vivre sans tourner, sans apporter sur les plateaux sa rigidité glacée et la rigueur de son regard technique. D'où, je suppose, l’immixtion dans sa filmographie de cette petite comédie agréable qu'on pourrait croire réalisée par un excellent artisan comme Henri Decoin.

Où est le pessimisme fondamental, viscéral, absolu de Duvivier là-dedans ? J'entends bien qu'on pourrait le trouver dans le récit de l'aventure de ce brave Alfred Boulard (Maurice Chevalier), électricien des faubourgs qui sauve la vie d'une grande comédienne, Mona Thalia (Elvire Popesco) en lui donnant son sang, puis est happé avec Suzanne (Josette Day) sa fiancée sans talent dans le monde du spectacle où ils ne recueilleront, l'un et l'autre, que des avanies. Le choc des mondes, l'humiliation des prolétaires devant les mondains, l'impossibilité de rattraper le train qui s'enfuit, la sage résignation des humbles devant les puissants… Oui, tout cela aurait pu, aurait dû donner à Duvivier assez de fiel, mais on n'en voit guère de trace. Il est vrai qu'il n'est pas foncièrement méchant comme l'était Claude Autant-Lara qui, de ces différences de classe fait dans La traversée de Paris un merveilleux et définitif constat.

L'homme du jour vaut beaucoup par ses acteurs. Ceux qui supportent Elvire Popesco en auront leur content.Les seconds rôles très typiques de ces trognes excentriques qu'on reconnaissait à l'écran sans en connaître le nom, Marcel Vallée toujours sublime crapule, Robert Pizani qui jouait souvent les homosexuels évaporés, Charles Granval, silhouette habituelle des films de Duvivier, tout comme Aimos, au destin ambigu… Renée Devillers sera bien meilleure quand elle aura pris quelques années de plus ; Josette Day n'a que l'intérêt historique d'avoir été la compagne de Marcel Pagnol et d'avoir incarné la Belle dans un des films les plus faux et les plus décoratifs du cinéma français.

Et Maurice Chevalier alors ? Ah, grande question ! L'homme du jour a évidemment été filmé pour permettre aux sages populations de la Creuse et de la Haute-Saône d'admirer sur les écrans cette immense vedette internationale dont on n'imagine pas aujourd'hui le succès planétaire qu'il a reçu. Aux temps où les chanteurs de variété étaient aussi des saltimbanques, des mimes, des acteurs, il est tout bonnement exceptionnel, dans Y'a d'la joie, dans Prosper dans Ah, Paris !, visage, voix et attitude mêlés. Mais c'est un monde enfui. On n'imagine pas, depuis des années, qu'un chanteur puisse regarder son public avec tant d'amour.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.023 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter