Forum - La Goualeuse - ....et les mauvais !!
Accueil
Forum : La Goualeuse

Sujet : ....et les mauvais !!


De gilou40, le 3 mars 2011 à 16:26
Note du film : 1/6

Je me souviens avec émotion, et je crois l'avoir déjà dit sur ce forum, avoir été bombardée toute mon enfance par les chansons des années 30/40. Mon père était un mordu passionné de ces chansons là et dévalisait les brocantes à la recherche de précieux 78/tours. Ses idoles avaient pour noms Lys gauty, Renée Lebas, Rina Ketty, Damia pour ne citer que les dames…Et comme d'autres enfants furent bercés par Sheila ou Richard Anthony, je pris mes premiers bains en écoutant J'aime tes grands yeux, la Madone aux fleurs, le chaland qui passe ou la complainte du corsaire

Et quand cette Goualeuse me lança son beau regard profond via la jaquette de René Château, j'ai cru sentir la main de mon père se posait sur mon épaule…ô mon papa comme chantait Tino Rossi, quelle catastrophe ! Ce film ne vaut que par la scène de deux minutes trente ou Lys Gauty entonne , devant un parterre de loqueteux, au fond d'un bouge, son fameux Le bonheur est entré dans mon cœur. Belle envolée lyrique, une voix retrouvée revenue des fins fonds des années 70 qui m'ont connu gamine. Mais pour le reste , un naufrage absolu ! Un désastre ! Surement le plus mauvais film que j'ai vu depuis des décennies ! Sans rien exagérer, ce film est une horreur ! La main sur la bible, je jure que je préfère encore voir Mon curé chez les nudistes ! Ce dernier peut, peut-être, à la rigueur, un soir de blues, éventuellement, m'arracher un sourire.

Mais cette mascarade , ce semblant de scénario, joué (tellement peu !!) par des acteurs plus mauvais les uns que les autres, ces scènes qui se veulent amusantes et qui nous laissent pantois devant tant de bêtises, c'est immonde ! D'ou sort ce Constant Remy, abominable comédien ? Oh ! Le mauvais, le mauvais ! Qui est ce Fernand Rivers qui a massacré ce film de façon honteuse ? A t-il été arrêté après et condamné pour insulte au cinéma ? Arthur Devère, excellent Goupi mes sous de bonne mémoire, est ici un innocent aux mains pleines qui se croit surement dans un film de Laurel et Hardy. Et Monsieur Dorville, le truculent bistrot de Circonstances atténuantes, ou a t-il mis son talent ? Marguerite Pierry elle non plus ne sauve rien ! Étonnant de sa part ! Et puis, si elle possède un indéniable talent de Goualeuse, Lys Gauty est tout sauf une actrice ! Quel carnage !

Ce film est un monticule de ridicule, de niaiseries imbuvables avec une mise en scène épouvantable ! C'est parfaitement insupportable ! On pourrait dire que la grandiloquence exprimée en ces temps reculés….etc, etc…, même pas ! C'est archi-mauvais ! Voir, par exemple, Lys Gauty, un peu éblouie par les phares d'une voiture, porter sa main devant ses yeux comme si elle dansait le lac des cygnes, non, non, et non ! Je veux bien que tous ces gens là aient eu du mal à sortir du cinéma muet et de ses emphases disproportionnées mais quand même. Et quand je lis que le scénario et les dialogues sont, entre autres, de Jean Guitton, ce n'est quand même pas le Guitton du livre de la sagesse et des vertus retrouvées ? C'est pas possible …Non, oublions ce cauchemar…

1/6 pour la chanson ! Dors en paix mon papa…


Répondre

De Impétueux, le 3 mars 2011 à 22:24

Puisque ce temps et ces chansons vous intéressent, Gilou40, peut-être ne connaissez-vous pas ce double admirable CD de chansons de l'époque, narquoises, révolutionnaires ou évaporées :

http://www.blanche-net.fr/boutique/image(..)

Si vous ne connaissez pas, courrez-y : c'est formidable !


Répondre

De riccardo, le 5 mars 2011 à 11:19

note du film 4/6 Ne pas oubliez des acteurs de talent comme : A. Devevre et A.Lurville .


Répondre

De Florian, le 30 avril 2011 à 19:24

Pour répondre à Gilou, bien que ce film ne soit pas exempt de défauts, je vous trouve un peu dure. Je vous accorde que Lys Gauty n'a aucun talent de comédienne, mais Devère, Dorville et Pierry ne sont pas si mauvais. Les répliques que se lancent le couple Pierre/Devère m'ont parfois fait sourire.

Constant Rémy était plus à l'aise dans les films parlant de bas-fonds parisiens, voyez-le dans "Un soir de rafle", si il est mauvais, c'est parce que le rôle n'est absolument pas pour son style. Parlons de Rivers Cadet (que son réalisateur de frère a placé dans la distribution), son physique lunaire convient parfaitement au rôle qu'il tient, à l'instar de Numès fils, cet acteur n'a pas eu la carrière méritée. On peut être heureux de voir de près Maurice Dorléac, le père de Catherine Deneuve et Françoise Dorléac, car en 1938, il ne va pas tarder à s'enfermer dans les studios de synchro pour n'en sortir que rarement et aigri.

Vous semblez apprécier l'ancienne scène française, avez-vous remarqué Edmond Roze dans le rôle de Firmin Broustel ? Ce personnage fit quelques disques et était un habitué des opérettes d'entre-deux-guerres, les nazis l'ont déporté à Auschwitz en 1943.

Bref, si le film est bancal, c'est en grande partie à cause d'une mauvaise gestion entre les parties comiques assurées par Dorville, Devère, Pierry et Rivers-Cadet et dramatiques jouées par Lys Gauty (effroyable), Constant Rémy (pas à sa place), Jean Martinelli (meilleur en synchro) et l'emphatique Roger Monteaux.

Néanmoins si voulez savoir ce que j'entends par "très mauvais film", voyez "Branquignol" (1949) ou "La rue sans loi" (1950).


Répondre

De Impétueux, le 30 avril 2011 à 21:24

Florian qui, depuis quelques semaines nous gratifiez de messages fort intéressants sur le cinéma d'avant-guerre et des immédiates années d'après le conflit, essayez de profiter des fonctionnalités que nous offre ce site en aérant vos messages (je viens de procéder à la césure des paragraphes), mais aussi en créant ces liens hypertextes si précieux, à quoi vous pouvez accéder aisément en cliquant sur les cartouches film ou artiste placés juste au dessus de l'espace message.

Et je vous rejoins mille fois sur le regard effaré que vous jetez sur Branquignol ; c'est une des choses les plus pénibles que j'aie jamais vues !


Répondre

De Florian, le 1er mai 2011 à 00:36

Entendu Impétueux, je ferai un effort sur l'aération et tenterai d'utiliser l'hypertexte avec lequel je suis en froid. Je viens de découvrir ce forum où l'on s'aperçoit que de nombreux messages pertinents sont postés (souvent par les mêmes) et serai heureux de prendre part aux débats et d'apporter une petite participation, mais des frictions sont palpables, j'essaierai de plaire au plus grand nombre. Je n'interviendrai que sur les productions françaises 1920-1960, où-en écartant un peu la modestie-je peux m'enorgueillir d'avoir vu quelques raretés et d'avoir connus quelques survivants de cette époque.


Répondre

De Impétueux, le 1er mai 2011 à 09:40

Si personne ici ne s'interdit d'embrasser de larges palettes cinématographiques, il n'est pas rare que chacun ait ne orientation privilégiée : Arca est incollable sur le cinéma italien, Steeve McQueen fait découvrir ou illumine de commentaires passionnants nombre de films étasuniens, Frétyl est souvent pertinent sur le cinéma français des années Soixante-Dix et suivantes, Vincentp est une sorte de Philéas Fogg, piochant ici ou là des pépites birmanes, guatémaltèques ou hindoues, Gilou connaît particulièrement bien les œuvres françaises…

C'est l'addition de nos connaissances et de nos sensibilités qui donne de la pertinence à ce site !

Soyez-y le bienvenu !


Répondre

De Gilou40, le 3 mai 2011 à 15:31
Note du film : 1/6

Constant rémy est mauvais, c'est parce que le rôle n'est absolument pas pour son style..

C'est original…Peut-être avez vous entendu parler d'un certain Gabin qui pouvait jouer les aristocrates dans Les grandes familles et dans la foulée se fondre de façon déconcertante dans la peau de Archimède, le clochard ? Il ne vous aura pas échappé que Pierre fresnay pouvait être bistrot dans Marius et se retrouver Mèdeçin dans Le corbeau ou Un grand patron en faisant, au passage, un stage de concierge dans L'homme aux clés d'or ? Vous vous souvenez certainement d'un dénommé Coluche qui était à la fois le joyeux maitre d'école de Claude Berri et un émouvant Lambert dans Tchao Pantin…Maintenant, si Constant rémy ne pouvait jouer qu'une partition, il eut mieux fait de voir du côté de la sécurité sociale…Pour ce qui est des rires que pouvaient provoquer Marguerite Pierry ou Dorville, je pense, Florian, que vous devez être une bonne nature…


Répondre

De 30/40, le 3 mai 2011 à 19:03

C. Rémy est accusé de meutre ,dans ce film : je ne savais pas que celui-ci ne pouvait pas ce role . Il est vrai qu'aujourd'hui , Dorville ,on ne connait pas. Mais il a une trogne à faire rire sans etre vulgaire .


Répondre

De Florian, le 3 mai 2011 à 21:33

Chère Gilou40, vous ne pouvez nier que les acteurs français ne sont pas tous à mettre sur le même pied d'égalité: ceux que vous me citez avaient atteint le summum de leur art, de plus vous prenez des exemples où ils étaient dirigés par des réalisateurs de talent. On ne peut pas dire que Fernand Rivers fut un directeur de talent.

Le parcours d'un comédien est aussi conditionné par les rencontres qu'il fait, si il s'illustre particulièrement dans un rôle, il lui faudra de l'abnégation pour quitter le style qui lui a valu la popularité (Fernandel en a bavé pour passer de La meilleure bobonne à Angèle). Constant Rémy a tellement été habitué à faire les gouapes et les escarpes qu'il s'est spécialisé là-dedans et n'a plus pu en sortir qu'en étant très moyen. Mais que serait-il advenu de Madeleine Guitty si au lieu d'être concierge ou bistrotière, quelqu'un l'avait distribué en grand-mère attentionnée ? Ou imaginé un instant Baron fils en père éploré dans un drame ? Mieux que de souffrir la comparaison avec les Gabin, Fresnay et autres (que j'admire comme il se doit), c'est avec cette seconde classe qu'il faut mettre Constant Rémy. Ah oui, et pour finir, relisez mon premier message, j'ai souris et non pas ris à certaines répliques entre Pierry et Devère…je ne suis pas d'une nature si facile.


Répondre

De Gilou40, le 4 mai 2011 à 00:22
Note du film : 1/6

J'entends bien vos propos sur les "registres" dans lesquels se confinent certains acteurs, mais je ne suis pas globalement d'accord avec vous, Florian…Ce sont souvent les immenses acteurs qui ont magnifiquement servis les metteurs en scène. Pagnol n'a pas créé Fernandel avec Angèle. C'est bien notre Fernandel qui a fait d'Angèle le film qu'il est. Pareil pour Le Schpountz ! J'en veux pour preuve que Smain, acteur médiocre, n'a pas reussi à faire décoller une seconde la version de Oury. Fernandel n'a pas attendu un metteur en scène mais un bon scénario. Et si il n'y avait pas eu Raimu, Fernandel, Edouard Delmont, Gabriel Gabrio, ou Charpin pour ne citer qu'eux, Pagnol serait resté un écrivain. Un grand écrivain, mais "juste" un écrivain. Et serait'il aussi connu aujourd'hui sans ces monstres sacrés qui, à défaut d'avoir créé Pagnol, ont très largemenent contribué à le faire connaitre ?
Qui a créé Verneuil ? Encore notre Fernandel avec La table aux crevés. Sans lui, sans ce film, Verneuil n'aurait pas existé. Fernandel a posé le radier, les autres acteurs de Gabin à Belmondo ont parachevé l'édifice Verneuil. Bien sur et peut-être n'avez vous pas tort, un acteur se construit par les rencontres qu'il fait. Mais j'ai toujours pensé que c'était surtout les metteurs en scène qui avaient la chance de rencontrer et de pouvoir s'offrir certains acteurs. Et d'ailleurs, n'a t'on pas vu quelques comédiens passer à la mise en scène avec bonheur ? Rarement le contraire…

Mais je ne demande pas mieux que de voir ce Constant Rémy dans une autre oeuvre que celle là. Je pourrais alors vous en dire plus. Pour ce qui est de ce Fernand Rivers que j'ai découvert avec cette goualeuse, j'apprends (et peut-être grâce à votre insistance bienvenue) qu'il a co-réalisé avec Guitry le film Bonne chance que je ne connais pas. Une erreur que je me dois de réparer. Parce que Guitry / Rivers, je demande à voir…


Répondre

De Winnie l'Ourson, le 4 mai 2011 à 09:57
Note du film : 5/6

Un petit commentaire sur ce film de ma part – moins pour " moucher " Mme Gilou que pour donner au vaste public de nos internautes mon modeste avis sur ce film. " La Goualeuse " est un film de Fernand Rivers ( 1er argument en sa faveur ). Il se situe, dans l'oeuvre du réalisateur, juste après " Quatre heures du matin " – tragi-comique – et un an avant " Berlingot & cie ". Avec ce film, Rivers, loin de se reposer, recrée avant tout l'atomsphère grisante des " bords de l'eau ". Un fleuve, une péniche, une femme brisée qui chante à vous faire saigner les larmes. Survient l'intrigue. Un meurtre. Des accusations. Un passé qui resurgit. … Le tout sur une musique prestigieuse. " L'Amour est entré dans mon coeur ", d'ailleurs l'un des plus grands succès de Gauty, fera de ce film un joli succès de l'époque. Condamner gratuitement ce petit " chef-d'oeuvre des bords de Marne ", comme dirait R. Château, c'est oublier un peu facilement qu'avant d'être un commerce, le cinéma français fut une institution.


Répondre

De Winnie l'Ourson, le 4 mai 2011 à 10:04
Note du film : 5/6

Petite mise au point sur Constant Rémy. Plus de cinquante films à son actif. Une véritable vedette du muet, un peu en retrait à l'apogée du parlant. Comment ne pas saluer sa prestation ici ? d'autant qu'à ses côtés, Dorville en patron de pêche faussement débonnaire équilibre parfaitement la distribution. Quant à Lys Gauty, tout a déjà été dit sur elle… mais pas assez, à mon goût, en bien sur " La Goualeuse ". Et je salue de ce pas sa réédition DVD chez Château, même si leur copie n'est pas la meilleure.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.049 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter