Forum - Sénéchal le magnifique - Avec plaisir...
Accueil
Forum : Sénéchal le magnifique

Sujet : Avec plaisir...


De Gilou40, le 26 janvier 2011 à 20:44
Note du film : 3/6

La première critique que l'on peut faire, faisons la sans hésiter : Quel est le pingouin qui a barbouillé cette affiche ? Je parle de celle que présente notre site ? C'est quoi cette horreur ? On dirait du Bernard Buffet un soir de beuverie. Pour une fois, nous mettrons celle de René Château à l'honneur.

Et je dois dire que le ramage vaut le plumage. Nous sommes dans le haut des montagnes russes de Boyer. Et puis aussi une bonne période pour l'acteur. Car suivront de près La vie à deux, La vache et le prisonnier et le grand Crésus. Un rôle en or, cousu, ciselé pour notre Fernandel. Disons que c'est une très bonne Fernandelerie au vu de celles que l'on s'est égaré à boire jusqu'à la lie les soirs de déprime. Un film qui parle…de théâtre. J'adore.
…Des heures à attendre des trains pas toujours à l'heure, pour rejoindre des villes inconnues ou si peu de gens feront le déplacement vers nous. Des loges glaçiales comme l'acceuil du directeur de ce Théâtre qui tombe en ruines, nous nourrissant d'un sandwich parce que le producteur de la tournée a quelques problèmes pécuniers, et des représentations annulées parce que des gens moins enrhumés que nous ne seront pas venus. Et tout ça pourquoi ? Pour le plaisir d'aller déclamer au fin fond de la France, cette phrase magique :"-Madame est servie !-"

Sénéchal est un ringard. Mais un ringard comme on en redemande. Un qui s'accroche à sa passion. Qui refuse de dépoussiérer le théâtre, qui défend à sa ringardise d'avoir honte, qui s'obstine encore et toujours dans ce qu'il ne maitrise pas assez aux yeux de ceux qui ne le comprennent pas… La vraie passion de jouer . Jusqu'à la vivre sur la grande scène de la vie. Le hasard le fera légionnaire, Ambassadeur, Gangster et bien d'autres rôles seront à jouer au hasard de ses rencontres et de ses costumes. Il nous offrira des tirades que nous reconnaitrons pour peu que le théâtre ne soit pas Persona non grata dans notre vie. Et, comme dans Le Schpountz il finira par être reconnu et fera rire aux éclats une foule qu'il voulait émouvoir. L'amour aussi se dérangera et viendra à lui. Entre temps nous aurons sourit de bon coeur et partagé son bonheur d'être à l'honneur dans une société sans rideau rouge et sans rappels.

Un film bien enlevé, sans temps morts. Des imbroglios bien amenés et la rencontre de forts jolies femmes. Et surtout la vie au plus près de ces petites tournées assez minables que les serviteurs zélés du théâtre n'ont pas d'autres choix que de faire s'ils veulent vivre de leurs métiers, de leurs arts. Producteurs qui chipotent cent sous, affiches immenses de vedettes de l'époque, Troisièmes couteaux blazés des rôles de valets de chambre, et des rêves plein les regrets. La vie avant La fin du jour… Du plaisir, oui, à voir Ernest le rebelle se faire très agréablement pardonner…Qu'il en soit ainsi.


Répondre

De riccardo, le 26 janvier 2011 à 22:12

rien à voir avec les grands artistes tel que : ROJAC / BONNNEAUD/ VACHER/SOUBIE/BELINSKY/ VENABERT.


Répondre

De vincentp, le 26 janvier 2011 à 22:14

Ca aussi, c'est pas mal !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0089 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter