Forum - La Fille de Jack l'éventreur - Drame émouvant
Accueil
Forum : La Fille de Jack l'éventreur

Sujet : Drame émouvant


De verdun, le 3 octobre 2010 à 22:23
Note du film : 5/6

La fille de Jack l'éventreur est un drame émouvant, mis en scène par un des réalisateur les plus talentueux de la hammer. Il s'agit d'une réappropriation très émouvante et intelligente du mythe de "Jack the ripper".

Les acteurs sont très bons, notamment Éric Porter, acteur surtout connu pour son rôle dans la série télé La dynastie des Forsythe et les effets gores bien dosés même s'il paraîtront évidemment datés. Le spiritisme et la psychanalyse, deux disciplines en plein essor au moment des faits, sont plutôt bien utilisées sur le plan dramaturgique.

Une rigueur certaine dans le récit ainsi que dans la mise en scène donne à ce long-métrage des allures de tragédie. Ainsi la séquence finale, digne du De Palma des grands jours emporte l'adhésion malgré son caractère prévisible. La rigueur du cinéaste tient en haleine le spectateur.

Même si la Hammer s'effondrait dans les années 70, elle continuait à produire une poignée de très beaux films.


Répondre

De Impétueux, le 29 juillet 2015 à 19:06
Note du film : 2/6

La Hammer au début des années 70, engagée sur la pente irrésistible du déclin, avait encore quelques beaux restes et, en tout cas, n'hésitait pas à mettre les moyens financiers pour proposer aux amateurs des films tournés dans de beaux décors, des acteurs bien costumés et une atmosphère fin de siècle très convaincante. Elle essayait aussi, ici et là, de mettre un peu davantage de crudité dans l'érotisme, montrant quelques seins nus et faisant miroiter quelques perversions, mais elle n'osait tout de même pas choisir délibérément de passer à une étape nouvelle dans ce domaine. Pourtant la nudité, le sexe explicite, les cingleries charnelles allaient se payer un assez joli succès dans la décennie qui venait.

Cette pusillanimité bien britannique – tant à faire et puisque la compagnie déclinait, elle aurait pu mettre le paquet sur l'excès et l'outrance – est très sensible dans La fille de Jack l'éventreur. Le scénario n'est pas plus idiot qu'un autre : Anna (Angharad Rees, à l’œil tout de même assez vide et bovin) a assisté, alors qu'elle était toute gamine, à l'assassinat de sa mère par son monstre de père. Abandonnée, recueillie d'abord par une vieille maquerelle spirite, Mrs Golding (Dora Bryan) puis par le docteur Pritchard (Éric Porter) qui souhaite tester sur elle ses convictions freudiennes, elle est trop engluée sans ses traumas d'enfance pour pouvoir en sortir. Et donc, régulièrement et dès que certaines conditions se reproduisent, elle assassine abominablement, à l'instar de son père, celui ou celle qui se trouve à ce moment sur son chemin.

Il y avait là de quoi faire largement plaisir aux amateurs. La fracture entre les taudis désolés de l'East end londonien de 1890 et les demeures bourgeoises opulentes et surchargées de végétations exotiques où les fariboles spirites recueillent de grands succès, le clivage entre la saleté primaire des pauvres et la vertueuse saleté des riches peut donner de riches et intéressants contrastes : c'est le meilleur de Elephant man, par exemple. Mais Peter Sasdy, le réalisateur de La fille de Jack l'éventreur n'exploite pas ce joli filon. Et pas davantage la folie furieuse de Jack père qui ne se contentait pas de zigouiller ses pauvres victimes mais les éviscérait, les mutilait sexuellement, partait, si je puis dire, dans des dimensions oniriques un peu attractives.

La fille de Jack l'éventreur est d'une trop grande prévisibilité ; alors qu'un des personnages principaux, Laura (Jane Merrow), fiancée du fils insignifiant du Dr. Pritchard se trouve être aveugle, cette infirmité est à peine mise en valeur, qui aurait pu, de surcroît, donner un élément d'ambiguë séduction entre les deux jeunes femmes.

Pusillanimité, oui, c'est bien ça : un scénario qui aurait pu donner quelque chose et qui est d'une banalité extraordinaire ; on espère, in fine que ça se terminera mal, sur le beau pavage de la cathédrale Saint Paul : mais non ! happy end banal…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0051 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter