Forum - La Califfa - Avis
Accueil
Forum : La Califfa

Sujet : Avis


De fretyl, le 5 septembre 2010 à 00:23
Note du film : 2/6

Il ne suffit pas de savoir filmer de belles images pour faire un bon film. La réussite d'une œuvre cinématographique implique également une créativité dans la composition des personnages, dans l'écriture du scénario, dans l'ambiance désiré.
Hélas, si Alberto Bevilacqua a de bien belles intentions l'ensemble de son film s'avère au final n'être qu'une magnifique coquille, superbe même, mais malheureusement… Vide ; bien sûr.
Je passe sur l'aspect social du film particulièrement mal rédigé, sur la mauvaise tenu de la plupart des interprètes ; (Ugo Tognazzi n'est pas tellement à sa place ici) et sur l'ode ouvrière mollassonne.
Alors que reste t'il ?
Une scène d'amour particulièrement torride avec Romy – et surtout : la musique.

Musique d'Ennio Morricone sublime, berçant chaque image, transportant le spectateur et lui laissant rêver de ce que ce film aurait pu être.

Pour les amateurs d'Ennio Morricone, à écouter absolument :

http://www.youtube.com/watch?v=EnJsHSF6zgg


Répondre

De Arca1943, le 5 septembre 2010 à 00:49

D'après mes renseignements, Alberto Bevilacqua est d'abord un prestigieux écrivain italien qui s'est obstiné à vouloir réaliser des films même si ce n'était pas sa vocation. En entrevue avec Jean A. Gili dans Le Cinéma italien, l'acteur Nino Manfredi parle du film suivant du réalisateur Attenti al buffone (1975), dont il est le protagoniste, en des termes à peine plus élogieux que cette descente de Fretyl.

Mais bon, il se pourrait que les romans de M. Bevilacqua soient super…

Musique superbe, en effet, du maestro Morricone. Mais pour être aussi inspiré, est-ce que ça ne veut pas dire que lui aurait vu quelque chose dans ce film que d'autres ne voient pas ?


Répondre

De fretyl, le 5 septembre 2010 à 02:00
Note du film : 2/6

Je ne suis pas trop sévère. La califfa ne mérite pas la moyenne c'est tout. Il y'a dans La califfa de très bonnes choses, mais il y'a quelque chose de faux, dans l'histoire, d'improbable dans les comportements et au final d'assez ridicule dans le résultat.

L'idée de départ n'est pas mauvaise, on attend avec certitude un beau film et puis l'on est déçu. Je vous conseillerais simplement de le voir.

Quand à Bevilacqua je ne remettrai pas en cause tout son talent, il en a certainement : Viol à l'italienne. Peut-être d'ailleurs (surement) qu'en livre La califfa dont il est l'auteur, doit être beaucoup plus réussi.


Répondre

De verdun, le 7 mars 2011 à 23:37
Note du film : 3/6

Effectivement, c'est un film extrêmement frustrant et peu convaincant. Comme on pouvait s'y attendre, l'écrivain Bevilacqua est aussi mauvais cinéaste qu'un Romain Gary ou qu'un Michel Houellebecq: et voilà que je te fais un zoom avant, et puis je te fais un zoom arrière.. avec au final une mise en scène digne des plus mauvais films d'années 70 qui ont pourtant donné aussi bien des films on ne peut plus accomplis sur le plan formel.

Là où le bât blesse, c'est qu'au niveau du scénario ça patine aussi: la romance entre la passionaria ouvrière et le patron haï peu de temps auparavant est improbable, menée sans aucune grâce. Et puis la lutte sociale n'est pas décrite de façon plus convaincante. Un Bolognini ou un Petri auraient manifesté à la fois plus de force et de subtilité.

Et puis les acteurs… Le couple Tognazzi – Romy Schneider était une très bonne idée mais ni l'un ni l'autre ne sont pleinement convaincants. Il y aurait beaucoup à dire sur Tognazzi, grand acteur sous-estimé en France car trop souvent réduit à sa piteuse prestation dans la multidiffusée La cage aux folles. Mais ici force est de constater qu'il n'est pas aussi étincelant que dans Au nom du peuple italien. Et Romy Schneider n'est pas non plus au mieux. Cependant elle a rarement été aussi belle et sensuelle que dans cette Califfa.

Bilan peu brillant ? Oui mais on peut aussi voir dans ce film moyen des années 70 des qualités que l'on trouve trop peu dans la production courante des années 2000. A savoir une actrice principale sensuelle, une musique sublime de Morricone, presque aussi belle que celle de L'héritage, ce qui n'est pas peu dire, des images assez belles dans certaines séquences où le zoom est au repos, un pessimisme qui fait son effet et fait de ce film une sorte de boucle narrative assez fascinante. Un film très moyen mais auquel je donne quand même 3 car il reste en mémoire et fournit pas mal d'éléments fascinants malgré tout.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.041 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter