Forum - Les Aveux les plus doux - Avis
Accueil
Forum : Les Aveux les plus doux

Sujet : Avis


De fretyl, le 29 mai 2010 à 22:00
Note du film : 5/6

Les aveux les plus doux avait été une pièce de théâtre à succès, joué je crois par Michel Piccoli. Pour une fois on pourra saluer le désir de Roger Hanin de voir la pièce dont il était amoureux mis à l'écran.
Il alla frapper à la porte de tous les producteurs, Hanin ne voulait même pas réaliser le film et n'avait à cette époque là, même pas suffisamment d'argent pour espérer le coproduire. Mais c'était pour lui une ambition que de voir abboutir ce projet.
Finalement c'est sa femme et un producteur Algérien qui réussirent à mettre en œuvre ce que Hanin considérait comme un succès certains. Et à sa sortie Les aveux les plus doux fut un échec commercial, qui fit beaucoup de mal à Roger Hanin. Pourtant le film eu d'excellentes critiques.

Encore aujourd'hui cette Garde à vue éprouvante n'a rien perdu de sa vigueur. Car, que l'on soit de droite ou de gauche, on sait bien que des flics tel que ceux incarné par Philippe Noiret et Roger Hanin existent. L'actualité, le prouve encore, de temps en temps. Les aveux les plus doux est honnête ; le film sort dans l'époque ou il est de bon gout de faire des films pour attaquer la police, la justice (Un condé, Les Assassins de l'ordre, Deux hommes dans la ville) le film a l'intelligence, malgré son sujet, de ne pas être un film anti flic.
Le film raconte la stratégie adopté par deux inspecteurs, pour faire avouer un suspect. Lui faire sadiquement croire que s'il passe aux aveux il aura le droit une dernière fois avant d'aller en prison, de coucher avec la femme qu'il vient juste d'épouser.
Ce qu'il y'a de juste c'est que Hanin et Noiret ne sont pas des salauds ou même des fachos. Lorsqu'on les voit en famille, sur la plage, ou en discussion, ils paraissent au contraire avoir l'air d'être des braves types, plutôt sympathiques. Mais dans leurs boulots, ils deviennent alors des crapules parfaites.
Ceux-ci ne sont même pas condamnable à cent pour cent, vu qu'ils essayent de faire parler un jeune voyou, qui n'a rien de vraiment angélique, complice d'un meurtre ; on pourrait à la limite presque leur donner raison de vouloir utiliser des méthodes contraignantes pour le faire craquer. Il y'a quand même eu mort d'homme !
D'autant qu'ils essayent en parti de faire comprendre au coupable (à raison d'ailleurs) que celui-ci, seul au tribunal paiera pour ses complices. Bref, même si je ne vais pas me faire le défenseur de la violence dans les interrogatoires de police, même si je ne vais pas prôner la gégéne pour faire parler les détenus, j'avoue que je peut personnellement trouver de hautes circonstances atténuantes, à ces deux flics.

Hanin qui utilise sa grosse voix pour impressionner le suspect encore un peu gamin, et Noiret qui manipule tout en souplesse sont franchement très, très bien ! Caroline Cellier très mignonne et érotique n'est pas mal non plus ; Marc Porel par contre, dans le rôle du suspect est assez mauvais et a dans certaines scènes, du mal à résisté aux deux fortes personnalités qui sont celles de Hanin et Noiret.
La petite musique de George Delerue donne au film l'allure d'une tragédie antique, avec des magnifiques paysages méditerranéens, avec un traitement agréable et sobre.
Je le répète, il n'y a dans Les aveux les plus doux pas de réelle attaque contre la police, le film ne caricature rien du tout et n'a strictement rien de gauchiste, ni d'anarchiste, Edouard Molinaro n'a d'ailleurs jamais eu la prétention d'être un agitateur ou un polémiste.
Ce que l'on retiendra de ce film, ça restera surtout cet intenable huit-clos, écrit et réalisé avec beaucoup de passion et de rigueur, ou les grands comédiens que sont Hanin et Noiret ont l'occasion de donner le meilleur d'eux mêmes.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0069 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter