Forum - Le Schpountz - "Je n'ai jamais compris l'amour..."
Accueil
Forum : Le Schpountz

Sujet : "Je n'ai jamais compris l'amour..."


De Le sage, le 29 mai 2010 à 22:47

Avez vous remarqué dans l'existence
Que les couples ne sont pas assortis
Car bien souvent si la dame est immense
En général le monsieur est petit
La femme à barbe épouse l'homme imberbe
Le gros la maigre et la maigre le gras
Le doucereux adore la femme acerbe
Quoique l'on dise moi je ne comprends pas ça
Car pour s'aimer c'est très curieux
Il n'y a pas de juste milieu !

Je n'ai jamais compris l'amour
Il est souvent aveugle et sourd
Pas besoin de discours
On y revient toujours
Je n'ai jamais compris l'amour

Approuvez vous tous ces chats de gouttière
Qui pour l'amour se courent après en miaulant
Si on faisait comme eux des heures entières
On trouverait que c'est trop fatigant
Et pour les chiens croyez vous que c'est bizarre
Même dans la rue sous le nez des passants
Pour le taureau c'est encore plus barbare
C'est un peu vache je vous le dis en passant
Taureau la vache, le chat le chien
Moi je trouve que ce n'est pas bien

Je n'ai jamais compris l'amour
Il est souvent aveugle et sourd
Pas besoin de discours
On y revient toujours
Je n'ai jamais compris l'amour…

Voilà !


Répondre

De New-JPL, le 14 février 2012 à 17:48
Note du film : 6/6

Joyau incontournable du VIIème art français, LE SCHPOUNTZ, en dépit des nombreuses rediffusions, ne lasse pas le cinéphile véritablement passionné.

Tout a déjà été dit sur ce film extraordinaire, je ne rappellerai ici qu'une seule citation : " le rire… peut-être est-ce Dieu qui a donné cela aux hommes pour les consoler d'être intelligents ". Une pensée constante chez Marcel Pagnol, qui défendra ce point de vue dans ses NOTES.

Le rôle qui consacra définitivement la carrière de Fernandel en " monstre sacré ".

Un monstre sacré dont certains (encore) se souviennent aujourd'hui.


Répondre

De Impétueux, le 26 octobre 2012 à 11:09
Note du film : 6/6

Ce n'est peut-être pas le meilleur film de Marcel Pagnol (il me semble que La femme du boulanger est un zeste au-dessus, et il faudra que je revoie Regain quand la Compagnie méditerranéenne de films aura cessé de s'embrouiller avec Sylvie Giono), peut-être pas le meilleur film, donc, mais sans doute le meilleur écrit pour le cinéma, qui n'adapte ni un succès de théâtre (Topaze ou les deux premiers volets de la Trilogie Marius/Fanny/César), ni un autre écrivain (Giono, la plupart du temps, Daudet, Zola, Maupassant). C'est mieux que La fille du puisatier, mieux que Manon des sources qui sont pourtant des films formidables.

Ultra connu, Le Schpountz restauré et fort bien présenté dans ce DVD très attendu, émerveille toujours autant, aussi bien par la pertinence de son regard sur le monde du spectacle, les illusions et déconvenues qu'il suscite, la dureté de son atmosphère, que par les scènes absolument incroyables de pure bouffonnerie. Car s'il est un film où la formidable verve de Marcel Pagnol s'est donnée à plein, c'est bien celui-ci

C'est ouvert par la scène éblouissante de l'épicerie où les mots succèdent aux mots, les trouvailles aux trouvailles, les merveilles aux merveilles ; très écrit, comme on l'a beaucoup dit, mais porté par des acteurs d'un tel niveau, Charpin et Fernandel, qu'on en demeure sidéré, guettant avec gourmandise chaque réplique, comme l'épicier des Accates guette les Anchois des Tropiques.

Il est bien dommage d'ailleurs que l'apparition de la notion de film-culte, dont plusieurs générations connaissent par cœur les répliques (Les bronzés, ou Le Père Noel est une ordure, par exemple) soit un phénomène relativement récent, suscité par des passages continus à la télévision ; sinon, que de merveilles pagnolesques bruisseraient repas de famille, cours de recréation ou soirées entre amis ! (Tu manges, mais tu ne te nourris pas : c'est moi qui te nourris ! ou Rondin malsain de viande ambulante (le rôti de porc avarié) ou Je ne me vois pas vivre entre la morue sèche et le Roquefort humide ou encore Dieu m'aurait-il envoyé ce don pour me laisser vivre dans le gorgonzola ?).

Partant à une allure folle – car peu après la scène extraordinaire de l'épicerie, il y a le fameux Tout condamné à mort aura la tête tranchée – où Fernandel, souvent si mal employé, donne la mesure de son immense talent -, le film se calme ensuite. Un peu trop, peut-être, mais il n'était sans doute pas possible de conserver tout uniment le brio fabuleux de la première demi-heure.

Et puis le reportage acide sur les studios à la fin de l'Entre-deux-guerres est, pour les férus de cinéma que nous sommes, instructif et drôle à souhait. Et cette partie-là est aussi enluminée par le merveilleux monologue de Meyerboom (Léon Belières), si poignant et triste sous ses allures bonhommes (j'ai déjà dû dire quelque part qu'il m'a fait songer à ces pages définitives de Michel Houellebecq dans La possibilité d'une île sur l'effacement des vieux du paysage des jeunes, leur disparition symbolique).

Contrairement à beaucoup, je ne trouve pas niaise et complaisante la fin du film, le retour d'Irénée et de Françoise (Fernandel et Orane Demazis) dans la vieille épicerie, la supercherie et la révélation de la fortune d'Irénée. C'est attendrissant, doux, ça met la larme à l'œil et ce n'est pas un reproche…

C'est en tout cas du Pagnol bien exact. Quel bonheur d'avoir conservé en film ce Trésor !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.018 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter